Halacha pour lundi 23 Tevet 5780 20 janvier 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

La veuve et l’orphelin

Il est dit dans la Torah (Chémot (22): « N'humiliez jamais toute veuve ni tout orphelin. Si tu l'humiliais, sache que, quand sa plainte s'élèvera vers moi, assurément j'entendrai cette plainte. Mon courroux s'enflammera, et je vous ferai périr par le glaive, et alors vos femmes aussi deviendront veuves et vos enfants orphelins. »
Il est explicite à travers ces versets de la Torah qu’Hachem est très exigeant vis-à-vis de la dignité et du respect des gens défavorisés, les orphelins et les veuves.
La Torah exprime explicitement le châtiment infligé à celui qui les fera souffrir, il finira par mourir et son châtiment sera trop lourd à supporter.

Rabbénou Bah’yé (dans son commentaire sur Béréchit 37) cite un Midrach de nos maitres selon lequel lorsque la Torah met en garde sur le respect de la veuve et de l’orphelin, cela concerne même la veuve d’un roi, ou bien les orphelins d’un roi. Ceci en raison du fait que dans une telle situation « ils se sentent (eux aussi) rabaissés et leur larme est fréquente. » Il explique aussi le fait qu’Hachem écoute particulièrement la prière des orphelins et des veuves, car les autres personnes - lorsqu’elles subissent du désarroi - se tournent vers leurs amis et leurs proches, et placent toute leur confiance en eux. C’est pour cela qu’Hachem écoute particulièrement l’imploration de la veuve et de l’orphelin (qui ne bénéficient généralement pas d’autant de soutient moral que les autres) et prend leur défense dans leurs querelles.

Nos maitres enseignent dans le Midrach (Otsar Ha-Midrachim page 262) que lorsque Moché Rabbénou monta dans la montagne du Sinaï, on lui montra depuis le Ciel tout ce qui se passait dans le ciel. Il vit les anges qui entonnaient un chant devant Hachem, ainsi que d’autres visions précieuses. Ensuite, on lui montra des personnes impies (Récha’im) qui étaient suspendus la tête en bas et les pieds en haut, et depuis la plante de leurs pieds jusqu’à leurs têtes, ils étaient couverts de supplices tous aussi durs que douloureux. Les impies imploraient et disaient : « Donnez nous la mort et lassiez nous mourir ! », comme il est dit : « Ceux qui attendent la mort qui ne vient pas ». Moché demanda aux anges : « Quels ont été les actes de ces gens pour souffrir à ce point ?! » Les anges lui répondirent : « Ces gens ont fait souffrir des veuves et des orphelins. »

Et si nous voyons parfois que les prières des veuves et des orphelins ne sont pas exaucées, c’est en raison de l’enseignement donné par nos maitres dans la Guémara (Chabbat 33a) selon lequel la vulgarité verbale entraîne de grands malheurs, et l’innovation de durs décrets, ainsi que la morts de jeunes gens du peuple d’Israël (qu’Hachem nous en préserve…). Les orphelins et les veuves implorent Hachem mais ne sont pas répondus comme il est dit : « C'est pourquoi Hachem n'a aucune satisfaction de ses jeunes gens, ni n'éprouve aucune pitié pour ses veuves et ses orphelins, car tous, ils sont dépravés et malfaisants, toutes les bouches profèrent des propos honteux... »
Malgré tout cela, Hachem reste davantage fidèle à l’écoute de la prière des orphelins et des veuves, qu’aux autres prières. Toute personne leur faisant subir des souffrances s’expose à un grand danger.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l était très vigilant envers le respect des orphelins et des veuves, et sa porte leur était ouverte. Il n’était pas rare de le voir amasser de l’argent pour une veuve (dans le livre Avir Ha-Ro’im, nous nous étendrons davantage sur ce point, avec l’aide d’Hachem). Un jour, il entendit parler d’une veuve isolée, l’épouse d’un grand Rav décédé. Il nous envoya chez elle afin de la bénir en son nom et prendre de ses nouvelles.
Une autre fois, il entendit que le mari de sa petite-fille - le Gaon Rabbi Ya’akov SINAÏ Chlita - devait voyager à Nétanya. Il lui demanda de transmettre l’un de ses livres à la veuve d’un grand Rav décédé cette année là, avec une dédicace et une bénédiction personnelle. Ensuite, lorsqu’on lui fit part de la joie de la veuve lorsqu’elle reçu le livre, il s’exclama le verset : « Je réjouirai le cœur de la veuve ».

Dans la prochaine Halacha, nous amènerons des cas pratiques sur ce sujet.

8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha


La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha