Halacha pour dimanche 29 Sivan 5780 21 juin 2020

Etudier la Torah en étant seul

Question: Un homme a-t-il le droit d’étudier seul, ou bien est-il tenu d’étudier exclusivement avec un compagnon d’étude (« H’avrouta »)?

Réponse: Dans la Guémara Ta’anit (7a), nos maitres commentent un verset du livre de Irméyahou: « Guerre aux trafiquants de mensonge ! Ils perdront la tête » Guerre (condamnation à mort) pour ceux qui étudient la Torah en étant seuls sans compagnon d’étude (les termes « trafiquants de mensonge » sont exprimés dans le versets par le terme « Badim » qui provient de la racine étymologique « Lévad » qui signifie « seul »). De plus, ils en deviennent sots, comme il est dit dans la fin du même verset : « Ils perdront la tête », et ils finissent même par fauter. Fin de citation de la Guémara.

Nous pouvons en déduire que selon le fondement de la Halah’a, il serait interdit d’étudier régulièrement la Torah seul, car l’étude de la Torah est une chose complexe, qui possède plusieurs façons d’expliquer chaque sujet, et lorsqu’un homme étudie seul, il est susceptible de commettre des erreurs d’interprétation qui s’enracineront en lui au point de se tromper complètement durant tout son parcours dans l’étude de la Torah, et il induira même les autres en erreur avec lui. De ce fait, il est interdit d’étudier la Torah régulièrement seul, mais seulement avec un compagnon d’étude qui le sauvera de toute embuche.

Cependant, les commentateurs expliquent que de nos jours où de nombreux livres sont à la disposition de chacun, des livres qui expliquent chaque sujet en utilisant différents points de vue pour expliquer, l’interdiction d’étudier seul n’est plus applicable, car même si l’étudiant se trompe, il se rendra compte de toutes manières de son erreur à travers les livres. Les livres sont devenus des sortes de compagnons d’étude pour l’étudiant qui met en eux toute sa réflexion. Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l disait toujours qu’il n’y a pas la moindre crainte d’interdiction d’étudier la nuit alors que l’on ne va probablement pas trouver de compagnon d’étude, puisqu’on étudie profondément dans les livres qui sont nos maitres et nos compagnons d’étude. (Comme il l’écrit dans son livre Halih’ot ‘Olam à la fin du volume 8).

De même, le Gaon Rabbi H‘aïm FALLAG’I - dans son livre Guinzé H’aïm – cite un appui à cela, à partir de l’explication donnée par le Maharam Mints sur l’enseignement de nos maitres « Acquiert-toi un compagnon d’étude ». Le mot « acquiert » se dit « Kéné » qui a la même racine étymologique que le mot « Kané » qui signifie « la plume ». L’enseignement de nos maitres fait donc allusion aux livres qui sont rédigés avec « la plume », et qui sont donc pour nous de véritables « compagnons d’étude ».

Le Gaon Ya’abets (Rabbi Ya’akov Ben Tsévi, fils du H’ah’am Tsévi) ajoute à cela dans l’introduction à son rituel de prières, que les étudiant d’Erets Israël ne sont pas concernés par cet interdit, puisque l’air de la terre d’Israël procure de la sagesse aux étudiants qui s’y trouvent. Grâce au mérite de la sagesse supplémentaire que possèdent les étudiants d’Erets Israël, ils sont autorisés à étudier la Torah seuls.

Cependant, dans la pratique, il faut se montrer vigilant sur la question car même si des érudits qui connaissent et maitrisent l’étude sont autorisés à étudier seuls, ceci n’est pas un chemin commun à tout le monde, car en réalité, quelqu’un qui débute dans l’étude de la Torah et étudie seul, est facilement susceptible de rencontrer des erreurs. Par conséquent, même notre maitre le Rav z.ts.l faisait la remarque aux jeunes de ne pas étudier seuls, par crainte qu’ils ne se trompent dans leur étude. Ce n’est qu’occasionnellement qu’ils sont autorisés à étudier seuls. (Comme nous l’avons écrit dans le livre « Avir Ha-Ro’im » page 141).

En particulier pour des chefs de familles qui travaillent (« Ba’alé Batim ») et ne fixent que quelques heures pour étudier régulièrement, ils doivent avoir l’exigence particulière – eux, ainsi que leurs épouses qui doivent les stimuler à cela – d’aller étudier la Torah auprès d’un Rav érudit dans la Torah, qui craint Hachem, afin qui leur indique de façon correcte le chemin à suivre et les actes à accomplir. Grâce à cela, ils mériteront un grand bien dans ce monde-ci, comme dans le monde futur.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

MOVILIZACIÓN DE PERIÓDICOS Y LIBROS EN SHABBAT

Pregunta: Está permitido movilizar en Shabbat libros sobre medicina, guías telefónicas, etc.? Está permitido leer el periódico en Shabbat? Respuesta: Escribe Maran (Sh. A. cap. 307 inc. 16) Parábolas y relatos seculares, relatos amorosos como el libro Ema......

Lire la Halacha

MANIPULACIÓN DE ARTEFACTOS ELÉCTRICOS EN Shabbat

Pregunta: Está permitido en Shabbat cubrirse con una manta eléctrica o se prohibe por considerarse ésta un objeto muksé? Asimismo ¿puede manipularse un artefacto eléctrico en Shabbat o no? Respuesta: En principio, debemos aclarar dentro de qué tipo......

Lire la Halacha

OBJETOS DE USO ESPECÍFICO

Ya hemos visto en entregas anteriores, los distintos tipos de muksé existentes, a saber: Queli shemelajtó leheter –objetos con función permitida- como los vasos, platos, cubiertos, etc. Queli shemelajtó leisur –objetos con función prohibida-, por ej. el......

Lire la Halacha


OBJETOS DE FUNCIÓN PROHIBIDA EN SHABBAT

Ya hemos enumerado las distintas categorías de muksé que existen en Shabbat, a continuación nos explayaremos sobre una de estas categorías, “queli shemelajtó leisur, o sea los objetos destinados a una función prohibida en Shabbat, como por ejemplo un m......

Lire la Halacha

GENERALIDADES SOBRE EL MUKSÉ

Ya comenzamos en las entregas anteriores a interiorizarnos sobre los principios del concepto de Muksé y los orígenes de esta institución rabínica. A continuación veremos algunas generalidades sobre el mismo. QUELIM SHEMELAJTAM LEHETER –objetos cuya funci&o......

Lire la Halacha

MANIPULACIÓN DE ALIMENTOS EN Shabbat

Pregunta: Está permitido manipular alimentos que no pueden ser utilizados en Shabbat, por ej. carne preparada para el domingo, polvo de hornear, vainilla, etc.? Respuesta: Ya hemos visto anteriormente algunas generalidades sobre la halajá de Muksé en Shabbat y el tipo de obje......

Lire la Halacha

USUFRUCTO DE UN MUKSÉ

Pregunta: Está permitido apoyarse sobre una piedra o un automóvil en Shabbat? Respuesta: Ya hemos visto los distintos tipos de muksé instituidos por nuestros sabios, así como, en general, sus características. A continuación, veremos si está permiti......

Lire la Halacha