Halacha pour mardi 22 Sivan 5778 5 juin 2018

Pour l’élévation de la Néshama de mon vénéré père Henri Ishoua ben Réphaël (PITOUN) z’’l

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Ajouter un épice à un plat pendant Chabbat

Question: Est-il permis d’ajouter pendant Chabbat un épice à un plat, par exemple du poivre afin d’améliorer le goût du plat. De même, est-il permis d’ajouter du safran dans la nourriture afin de la teindre en jaune, ou bien y a-t-il un interdit à titre de teindre ou de cuire pendant Chabbat?

Réponse: Dans une précédente Halah’a, nous avons expliqué de façon globale l’interdiction de teindre pendant Chabbat, en précisant que l’activité de teindre fait partie des 39 activités interdites pendant Chabbat selon la Torah.

Teindre des aliments
Le Gaon auteur du livre Chibolé Ha-Leket (Rabbi Tsidkiya Ben Rabbi Avraham Ha-Rofé, qui a vécu il y a environ 800 ans à Rome en Italie) écrit :
« Le fait d’ajouter du safran dans la nourriture pendant Chabbat nécessite réflexion, car cela représente peut-être l’interdiction de teindre, mais selon les propos de l’auteur du Yéréïm, il n’y a pas d’interdiction de teindre les aliments, et selon cela, c’est permis ». Fin de citation.

À partir de ses propos, nous constatons que selon l’auteur du Yéréïm il n’y a pas d’interdiction de teindre les aliments pendant Chabbat, car ce n’est pas cette forme de teinte que la Torah interdit, mais uniquement une véritable teinte, comme teindre des tissus par exemple. Mais lorsqu’il s’agit d’aliments que l’on va consommer après les avoir teintés, cela ne fait pas partie de la forme de teinte interdite par la Torah. Selon cela, il serait permis de mettre du safran dans la nourriture, afin de la teindre en jaune. Ainsi tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (fin du chap.320), qu’il n’y a pas d’interdit de teindre des aliments pendant Chabbat.

Notre maître le RAMA z’’l autorise lui aussi la teinte d’aliments pendant Chabbat, puisqu’il écrit qu’il est permis de mélanger pendant Chabbat du vin blanc avec du vin rouge, sans craindre l’interdit de teindre. Il cite pour preuve le fait qu’il est permis de mélanger pendant Chabbat un œuf cru avec de la moutarde même si le mélange n’a pour seul objectif que l’embellissement de l’aspect de l’œuf.
Il en ressort donc que même le RAMA considère qu’il n’y a pas d’interdiction de teinte d’aliments pendant Chabbat.

Cuire un épice dans un ustensile « Kéli Richon » (l’ustensile dans lequelle plat à cuit)
Cependant, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l fait remarquer qu’il est évident que l’on peut autoriser l’ajout du safran ou autre, uniquement dans un « Kéli Chéni », c'est-à-dire, uniquement après avoir sorti le plat de l’ustensile dans lequel il a cuit (Kéli Richon) et l’avoir vidé dans un autre ustensile. Mais il est strictement interdit d’ajouter l’épice dans le plat lorsqu’il se trouve encore dans le Kéli Richon (la marmite) dans lequel il a cuit, car il y a là un interdit à titre de cuisson de l’épice pendant Chabbat, puisque l’importante ébullition du plat va cuire également l’épice. (H’azon Ovadia-Chabbat vol.5 page 32).

En conclusion: Il n’y a pas d’interdiction de teindre les aliments pendant Chabbat, et il est permis d’ajouter du safran à un aliment pendant Chabbat afin de le teindre, dès l’instant où l’aliment est consommable immédiatement. (Mais il est interdit d’ajouter un épice dans un plat lorsque celui-ci se trouve encore dans la marmite dans laquelle il a cuit. On ne pourra le faire que lorsqu’on aura vidé le plat dans un autre ustensile, comme nous l’avons expliqué.).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, lundi 15 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha