Halacha pour dimanche 28 Shevat 5780 23 février 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »?

Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah:
« Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. »
Le Targoum Ounkéloss (traduction araméenne de la Torah) traduit :
« Je prie en utilisant le Nom d’Hachem, donnez de la grandeur à notre D. »
C'est-à-dire : lorsque je mentionne le Nom d’Hachem dans la prière, donnez de la louange à notre D.
Notre maître le TOUR (chap.124) écrit qu’il a entendu son père notre maître le ROCH z’’l répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » à toute bénédiction qu’il entendait, afin d’accomplir ce qui est dit « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. », car à chaque fois que l’on invoque le Nom d’Hachem dans une bénédiction, nous donnons de la grandeur et de la gloire à Hachem en disant « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo ». C’est ce que nous faisons lorsque l’officiant récite la répétition de la ‘Amida ou bien lors de bénédictions diverses, le public répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » et à la fin de la bénédiction on répond « AMEN ».

C’est ainsi que tranche MARAN dans le CHoulh’an ‘Arouh’ (chap.124) en ces termes :
« A toute bénédiction que l‘on entend en toute situation, on dit « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo ».

Cependant, puisque le fait de répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » n’est pas une totale obligation selon le Din, lorsqu’on se trouve au milieu des Péssouké Dé-Zimra (entre « Barouh’ Chéamar » et « Yichtabah’ ») même si l’on répond « Amen » (puisque le fait de répondre « Amen » est une totale obligation), malgré tout on ne doit pas répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » à ce moment-là, car il est interdit de s’interrompre durant les Péssouké Dé-Zimra pour une chose qui n’est pas une totale obligation. C’est ainsi que tranchent de nombreux décisionnaires récents et contemporains. C’est ainsi que tranche le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l dans son livre Chou’t Iguérott Moché (tome 2 chap.98) en disant qu’étant donné qu’il n’y a pas de réelle obligation de répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », il ne faut donc pas s’interrompre pour cela au milieu des Péssouké Dé-Zimra. Il ajoute que puisque ce n’est pas une totale obligation, les gens n’ont pas l’usage de veiller particulièrement à répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » de façon systématique à toute bénédiction qu’ils entendent, mais seulement aux bénédictions dites en public, comme les bénédictions de la répétition de la ‘Amida. Fin de citation.
Quoi qu’il en soit, même s’il est juste de répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » même aux bénédictions dites par un particulier, malgré tout, il ne faut pas pour autant s’interrompre au milieu des Péssouké De-Zimra. C’est ainsi que tranche notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l dans son livre Chou’t Yabi’a’ Omer (tome 2).

Dans la prochaine Halah’a, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – s’il faut répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » à toute bénédiction, ou bien s’il existe certaines bénédictions auxquelles il ne faut pas répondre.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha


Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha