Halacha pour dimanche 14 Shevat 5780 9 février 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Tou Bichvat – Les fraises

Ce soir (dimanche soir) tombe la fête de Tou Bichvat où plusieurs traditions sont en vigueur.

L’interdiction de jeûner et l’étude du Zohar Ha-Kadoch
Il est interdit de jeûner le jour de Tou Bichvatt. Certains ont la coutume d’étudier ce soir-là des Michnayott et des passages du Zohar Ha-Kadoch qui traitent de cette fête.
Le Gaon Rabbi Yaakov Rakah’ z.ts.l a édité un livre intitulé « Péri Ets Hadar » qui traite exclusivement du jour de Tou Bichvatt. Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’il est bon d’étudier ces passages « avec compréhension » et non pas se contenter d’une simple lecture des textes. Il faut en particulier étudier les règles relatives à Tou Bichvat concernant les fruits ‘Orla, ainsi que les règles relatives aux différents prélèvements agricoles qui incombe un juif. Il faudra s’efforcer - comme nous l’avons précisé – d’étudier en comprenant ce que l’on dit et ne pas se contenter d’une lecture superficielle sans compréhension, car la valeur d’une étude avec compréhension est incommensurable vis-à-vis d’une étude sans une compréhension correcte. Parfois, l’absence de compréhension fait que cette lecture n’est pas considérée comme une étude.

Prier pour obtenir un Etrog
Certains ont pour coutume de prier le jour de Tou Bichvatt pour avoir un bel Etrog pour la fête de Souccott. Même si certains décisionnaires discutent la fiabilité de cette coutume puisque le jour de Tou Bichvat n’est pas réellement le jour où le statut des arbres est décidé puisque cette décision n’est prise qu’à la fête de Chavou’ott (comme enseigné dans le chapitre 1 du traité Roch Ha-Chana), malgré tout, cette coutume est partiellement justifiée. Dans la pratique, elle est observée par des grands de la Torah. (Kol Sinaï, H’azon Ovadia- Bérah’ot-Tou Bichvat).  

La tradition de consommer des fruits
Nous avons la tradition de consommer toutes sortes de fruits le soir de Tou Bichvat, afin de montrer que ce jour est le Rosh Ha-Chana des arbres, en récitant la bénédiction propre à chaque fruit. Cette belle tradition est mentionnée dans les enseignements de plusieurs Kabbalistes. Même notre maitre le Rav z.ts.l l’observait, et il récitait la bénédiction sur toutes les sortes de fruits qu’on lui apportait, avec joie et bonne humeur. 

Vérifier les fruits avant de les manger
Les fruits dans lesquels il est fréquent de trouver des vers devront être ouverts et vérifiés avant de réciter la bénédiction. Il faut être très attentif à cela, car la consommation des vers se trouvant dans les fruits est une très grave transgression de la Torah. En effet, lorsqu’on mange un vers, on transgresse pas moins de 5 interdits d’un seul coup (Péssahim 24a), hormis le fait que la consommation d’aliments interdits souille son l’âme et éloigne le cœur de l’individu du service divin. Le Gaon Rabbi H’izkiyahou DA SILVA (auteur du Péri H’adach) fit de son temps la remontrance aux chefs de communautés qui passent leur temps à prononcer de simples discours narratifs et n’enseignent pas la gravité de l’interdiction de consommer des vers. 
Il faut surtout faire preuve de vigilance dans ce domaine envers les fruits secs de Tou Bichvatt, comme les figues sèches dont la présence de vers est très fréquente, et leur vérification est très complexe. Plusieurs Rabbanim ont même catégoriquement interdit de les consommer, de par la difficulté à les vérifier, il nous incombe donc la sainte obligation de faire preuve de beaucoup de vigilance sur ce sujet. « Celui qui met en garde ainsi que celui qui sait être vigilant, résidera dans une paix aussi fluide que la coulée d’un fleuve » (Langage emprunté au livre de Michlé).

Les fraises
Nous avons été consulté à plusieurs reprises concernant les fraises, qui – selon certains – contiennent un risque de présence de vers.

Nous allons citer les indications Halachiques du Gaon Rabbi Chnéour Zalman REVA’H Chlita, qui est experts sur ces sujets, et après avoir fait de minutieuses vérifications en la matière, il a conclu qu’il faut nettoyer les fraises de la façon suivante:

  1. Choisir des fraises entières et belles d’aspect, et non les « jumelles » ou les fendues
  2. Retirer la partie verte qui se trouve à l’extrémité de la fraise en retirant aussi une petite partie de la fraise
  3. Faire tremper les fraises dans l’eau avec un produit d’entretien durant 1,5 mn (pas plus, pour ne pas détériorer les fraises), et remuer les fraises à l’intérieur de l’ustensile avec le produit
  4. Retirer les fraises au bout d’1,5 mn et les rincer avec du savon
  5. Frotter les fraises sous le robinet d’eau avec une éponge ou une brosse souple, ou même à la main tout autour des parties de chaque fraise, particulièrement aux endroits cachés
  6. Si une fraise comporte un risque d’intrusion ou si elle a une peau tendre, il faut la couper en 2 parties avant de procéder aux étapes précédentes. Les autres fraises ne nécessitent pas d’être coupées en deux.             

La bénédiction de Chéhéh’eyanou sur un fruit nouveau
Sur un nouveau fruit, c'est-à-dire un fruit que l’on n’a pas consommé depuis la saison dernière on doit réciter la bénédiction de « Chéhéh’eyanou Vékyémanou Véhigui’anou Lazémann Hazé ».
On doit débord réciter la bénédiction sur le fruit lui-même avant celle de Chéhéh’eyanou, car celle-ci est moins fréquente que la bénédiction du fruit comme nous avons déjà mentionné cette règle à mainte reprise que l’on doit d’abord réciter la bénédiction la plus fréquente.
Si l’on a 2 genres de fruits nouveaux, une seule bénédiction de Chéhéh’eyanou suffit. Cependant s’il l’un d’eux n’était pas présent au moment de la bénédiction, il faudra à nouveau la réciter avant de manger l’autre fruit.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha