Halacha pour mercredi 22 Cheshvan 5779 31 octobre 2018

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Du sel ou du sucre qui se sont solidifiés

Question: Est-il permis d’émietter pendant Chabbat des blocs de sel ou de sucre qui se sont solidifiés par l’humidité?

Réponse: Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que l‘une des activités interdites selon la Torah pendant Chabbat est celle de moudre. De ce fait, il est interdit de moudre des épices pendant Chabbat. Nous avons écrit que lorsqu’on a besoin d’épices diverses, comme du poivre noir par exemple, pour les besoins du repas de Chabbat, il est permis de moudre pendant Chabbat à la condition d’observer deux modifications sur la façon de faire habituelle. On doit le faire au moyen du manche d’un couteau (et pas au moyen de la partie coupante), et à l’intérieur d’une assiette. Mais au moyen d’un pilon et de son bol (qui sont les ustensiles destinés à moudre), il est interdit de moudre, même pour les besoins du Chabbat.

A partir de là, nous allons débattre au sujet de blocs de sel ou de sucre qui parfois se solidifient en conséquence à l’humidité. Est-il permis de les émietter pendant Chabbat ou pas?

Emietter du sel ou du sucre à la main 
Les émietter à la main ou au moyen du manche d’un couteau, il est certain qu’il est permis de le faire, car même pour le poivre noir nous avons écrit qu’il est permis de le moudre si on le fait au moyen du manche d’un couteau et à l’intérieur d’une assiette. Le Egour (chap.480) cité par MARAN dans le Beit Yossef (chap.321-8) écrit que l’opinion Halah’ique autorisant pour les épices, autorise également pour le sel ou le sucre.

Est-il nécessaire d’avoir recourt à deux modifications? 
Cependant, nos maîtres les décisionnaires des générations récentes débattent afin de définir s’il faut absolument avoir recourt à deux modifications lorsqu’on moud du sel, ou bien s’il est suffisant d’en utiliser qu’une seule.

C'est-à-dire: Au moyen d’un véritable moulin, il est certain qu’il est interdit de moudre le sel pendant Chabbat. Mais il faut débattre pour définir si le statut du sel est le même que celui de l’épice qu’il faut moudre au moyen du manche d’un couteau et à l’intérieur d’une assiette, ou bien s’il est permis de moudre le sel au moyen d’un couteau ordinaire (par la partie coupante) à l’intérieur d’une assiette.
Le Gaon auteur du livre Zivh’é Tsédek prouve à partir des propos du RACHBA (sur Chabbat 141a), qu’au sujet du sel, il est possible d’autoriser avec une seule modification. Le RACHBA explique la différence sur ce point. (Voir H’azon Ovadia-Chabbat vol.4 page 251. Cela nécessite réflexion.)

Notre sel, qui était déjà moulu
Cependant, tout ceci n’est valable que pour un sel qui était initialement solidifié et ne formait qu’un seul bloc. Mais notre sel, qui était initialement fin, et qui est redevenu solide par l’humidité, il est permis de le moudre pendant Chabbat sans la moindre modification, car « on ne moud pas ce qui était déjà moulu ». Cela signifie que toute chose qui a été initialement moulue, il n’y a pas d’interdiction à la moudre de nouveau en l’écrasant au moyen d’un couteau. Au même titre qu’il n’y a pas d’interdit à couper du pain en petits morceaux pendant Chabbat au moyen d’un couteau (puisque la farine était déjà moulue). Ce n’est qu’au moyen de l’ustensile destiné véritablement à moudre qu’il faut interdire, à cause du regard des autres qui penseraient que l’on moud pendant Chabbat.

En conclusion: Du sel ou du sucre qui se sont solidifiés et que l’on veut émietter pour les besoins du Chabbat, il est permis de le faire, à la condition de ne pas les moudre au moyen d’un moulin, mais seulement au moyen d’un couteau ou d’une cuillère ou à la main. (H’azon Ovadia-Chabbat vol.4 page 251).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

Parler aux toilettes

Question: Une personne qui se trouve aux toilettes, a-t-elle le droit de parler à quelqu’un qui se trouve à l’extérieur, ou répondre à un appel téléphonique à l’intérieur des toilettes (téléphone portable)......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Observer l’arc en ciel

La personne qui observe l’arc en ciel  Nos maîtres enseignent dans la Guémara H’aguiga (16a): Celui qui observe l’arc en ciel, ses yeux s’affaiblissent, comme il est dit (dans le livre du prophète Yéh’ezkel 1-28) : « Tel......

Lire la Halacha


Le devoir de réprimande pour une faute commise envers le prochain, et comment agir vis-à-vis d’une personne qui bavarde pendant la prière

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué le principe du devoir de réprimande, comme il est dit dans la Torah : « Tu feras la réprimande à ton prochain, et tu ne porteras pas sur lui la faute ». A partir de là, nous......

Lire la Halacha

Comment faire le Kiddouch sur le vin?

Lorsqu’on récite le Kiddouch sur le vin, il faut prendre un verre capable de contenir la quantité d’un Révi’it de vin (81 g ou 8.1 cl). Le verre doit être rincé à l’intérieur comme à l’extérieur. Ensuite, on ......

Lire la Halacha

« Tu réprimanderas ton prochain » La réaction de notre maitre le Rav z.ts.l lorsque son fils a « indiqué son chemin à un conducteur vers … le Guéhinam »

Lorsqu’un juif constate que son prochain commet une transgression, il a le devoir selon le Din, de lui faire la réprimande et la remarque sur ses actes. Cependant, il faut veiller à dire les choses sous une forme acceptable pour l’autre, car sinon, on perd tout l’int......

Lire la Halacha

La Mitsva de la réprimande de notre époque – Les attitudes des Grands d’Israël

Le RAMBAM écrit (chap.6 des règles relatives aux tempéraments): « Lorsqu’on réprimande quelqu’un, il ne faut pas lui parler durement au point de lui faire honte, car il est dit : « Tu ne porteras pas la faute sur lui. » V......

Lire la Halacha