Halacha pour dimanche 12 Cheshvan 5780 10 novembre 2019

Prendre des antalgiques ou des somnifères pendant Chabbat

Question: Est-il permis de prendre pendant Chabbat des médicaments de classe antalgiques (paracétamol, et autres médicaments de ce type …), ou bien des somnifères ? De même, est-il permis de donner un médicament contre la fièvre à un enfant malade?

Réponse: Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le décret de nos maîtres, selon lequel une personne qui n’est pas réellement malade (alité), n’est pas autorisée à prendre un médicament pendant Chabbat, et nous en avons expliqué la raison.

Les sommeliers 
Le Gaon auteur du livre Echel Avraham (chap.327) écrit qu’il est permis de se laver la tête avec du vin pendant Chabbat, afin de pouvoir s’endormir facilement, car cela ne s’apparente pas à la médication interdite pendant Chabbat, puisque l’endormissement n’est pas une médication.

C’est à partir de ses propos que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l déduit (dans son livre Choulh’an Chélomo chap.328) qu’il est permis de prendre des somnifères pendant Chabbat. Les décisionnaires de notre époque débattent sur ce point dans un sens comme dans un autre. Sur le plan pratique, notre maître Rabbénou Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) tranche qu’il faut autoriser la prise de somnifères pour une personne qui en a besoin pour s’endormir, car cela ne s’apparente pas à une médication pour guérir une maladie. En effet, le manque de sommeil n’est pas une maladie, mais une grande souffrance. De ce fait, le décret de nos maîtres selon lequel on ne doit pas se soigner pendant Chabbat ne s’applique pas à ce cas. Notre maître le Rav z.ts.l cite plusieurs preuves pour autoriser. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 367).

Les antalgiques 
Concernant la prise de médicaments de classe antalgiques pour apaiser les douleurs (paracétamol ou autre …), nous avons déjà expliqué qu’une personne malade qui souffre de sa maladie, comme quelqu’un alité du fait de sa maladie, il lui est permis de prendre des médicaments à sa guise, car le décret interdisant de prendre des médicaments pendant Chabbat « pour ne pas en arriver à écraser des plantes médicinales » ne concerne pas une personne réellement malade. Par conséquent, même si pour une simple douleur légère, comme un léger mal de tête par exemple, on ne peut autoriser la prise d’un comprimé antalgique, malgré tout, une personne réellement malade, qui souffre de fièvre ou de douleurs, est autorisée à prendre ce type de médicaments, pour apaiser les douleurs ou pour faire redescendre la fièvre. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 368).

La règle pour un enfant 
Pour un enfant, on peut autoriser de façon évidente, comme nous l’avons écrit, puisque jusqu’à l’âge de 9 ans il est permis de lui donner tous les médicaments dont il a besoin. En particulier, les enfants en bas âge chez qui la montée de fièvre peut représenter un danger, et pour lesquels il faut agir rapidement pour rééquilibrer la température de leurs corps.

En conclusion: Il est permis de prendre en cas de nécessité des médicaments somnifères pendant Chabbat. Une personne qui souffre d’une douleur, comme un léger mal de ventre, ne doit pas prendre un médicament pour apaiser ses douleurs, mais si cette personne souffre dans tout son corps, par exemple lorsque la personne doit être alité du fait de ses douleurs, est autorisée à prendre tout médicament nécessaire. Pour un enfant, il est permis de lui donner tout médicament nécessaire pendant Chabbat.

8 Halachot Les plus populaires

REGALOS A LOS POBRES

Ya hemos visto en la entrega anterior, que uno de los preceptos de Purim establece el envío de dos regalos a dos pobres. Escribe Ramba”m (Leyes sobre Meguilá cap. 2) Cada persona está obligada a enviar a su compañero dos porciones de carne u otro tipo de alimento......

Lire la Halacha

ENVIO DE PRESENTES Y REGALOS A LOS NECESITADOS EN PURIM

Encontramos escrito en la Meguilat Esther: Envío de porciones entre un hombre y su compañero y regalos a los pobres (Meguila 9,22). El Talmud (Meguilá 7ª) aprende de estos versículos que el mínimo de porciones a enviar es de dos a una persona, en tanto que las......

Lire la Halacha

DESDE EL COMIENZO DE ADAR SE INCREMENTA LA ALEGRÍA

Escribe el Talmud (Ta´anit 29ª): Dijo Rabí Yehuda, hijo de Rab Shemuel ben Shilat en nombre de Rab, así como desde el comienzo del mes de Ab se disminuye la alegría, a partir del comienzo del mes de Adar se incrementa la alegría. Agregó Rab Papá, ......

Lire la Halacha

CUANDO RESPONDER BARUJ HU UBARUJ SHEMO

Dijo Moshe, El nombre de D-os he de convocar, demos gloria a nuestro D-os, y explica esta frase la traducción aramea de la siguiente forma, Cuando haya de convocar el nombre divino en mis plegarias, demos grandeza a nuestro Señor. De este versículo, aprende el Ro”sh, citad......

Lire la Halacha


SOBRE LA BENDICIÓN MEHAYE HAMETIM

Como vimos anteriormente, si se ausenta de su casa durante treinta días, al regresar y reencontrarse con sus familiares y amigos, aquellos por los que realmente posee una amistad genuina, debe pronunciar la bendición de Sheehayianu. El mismo párrafo del Talmud (Berajot 58) qu......

Lire la Halacha

ESCRITURA SOBRE LA VENTANA EN SHABBAT

Pregunta: En invierno, cuando las ventanas se hallan empañadas por efecto de la humedad interna en las casas ¿se puede escribir sobre esta humedad con los dedos? Respuesta: Una de las treinta y nueve actividades prohibidas en shabbat es la de escribir. Esta prohibición aplica......

Lire la Halacha

BARUJ HU UBARUJ SHEMO –CONTINUACIÓN-

Como vimos en la entrega anterior, el Ro”sh instituyó la costumbre de responder Baruj Hu Ubaruj Shemo cada vez que se oye el nombre sagrado en una bendición. Pero aclaramos que, debido a que se trata de una costumbre, no de una obligación absoluta, no se responde en medio ......

Lire la Halacha

BENDICIÓN DE SHEEHAYIAN POR EL REENCUENTRO CON UN AMIGO

Pregunta: La persona que se ausenta de su casa por treinta días y al regresar se alegra de reencontrarse con sus familiares y amigos ¿debe pronunciar la bendición de Sheehayianu? Respuesta: El Talmud (Berajot 58) enseña en nombre de Rabí Yehoshua ben Levy que la......

Lire la Halacha