Halacha pour dimanche 12 Cheshvan 5780 10 novembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Prendre des antalgiques ou des somnifères pendant Chabbat

Question: Est-il permis de prendre pendant Chabbat des médicaments de classe antalgiques (paracétamol, et autres médicaments de ce type …), ou bien des somnifères ? De même, est-il permis de donner un médicament contre la fièvre à un enfant malade?

Réponse: Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le décret de nos maîtres, selon lequel une personne qui n’est pas réellement malade (alité), n’est pas autorisée à prendre un médicament pendant Chabbat, et nous en avons expliqué la raison.

Les sommeliers 
Le Gaon auteur du livre Echel Avraham (chap.327) écrit qu’il est permis de se laver la tête avec du vin pendant Chabbat, afin de pouvoir s’endormir facilement, car cela ne s’apparente pas à la médication interdite pendant Chabbat, puisque l’endormissement n’est pas une médication.

C’est à partir de ses propos que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l déduit (dans son livre Choulh’an Chélomo chap.328) qu’il est permis de prendre des somnifères pendant Chabbat. Les décisionnaires de notre époque débattent sur ce point dans un sens comme dans un autre. Sur le plan pratique, notre maître Rabbénou Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) tranche qu’il faut autoriser la prise de somnifères pour une personne qui en a besoin pour s’endormir, car cela ne s’apparente pas à une médication pour guérir une maladie. En effet, le manque de sommeil n’est pas une maladie, mais une grande souffrance. De ce fait, le décret de nos maîtres selon lequel on ne doit pas se soigner pendant Chabbat ne s’applique pas à ce cas. Notre maître le Rav z.ts.l cite plusieurs preuves pour autoriser. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 367).

Les antalgiques 
Concernant la prise de médicaments de classe antalgiques pour apaiser les douleurs (paracétamol ou autre …), nous avons déjà expliqué qu’une personne malade qui souffre de sa maladie, comme quelqu’un alité du fait de sa maladie, il lui est permis de prendre des médicaments à sa guise, car le décret interdisant de prendre des médicaments pendant Chabbat « pour ne pas en arriver à écraser des plantes médicinales » ne concerne pas une personne réellement malade. Par conséquent, même si pour une simple douleur légère, comme un léger mal de tête par exemple, on ne peut autoriser la prise d’un comprimé antalgique, malgré tout, une personne réellement malade, qui souffre de fièvre ou de douleurs, est autorisée à prendre ce type de médicaments, pour apaiser les douleurs ou pour faire redescendre la fièvre. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 368).

La règle pour un enfant 
Pour un enfant, on peut autoriser de façon évidente, comme nous l’avons écrit, puisque jusqu’à l’âge de 9 ans il est permis de lui donner tous les médicaments dont il a besoin. En particulier, les enfants en bas âge chez qui la montée de fièvre peut représenter un danger, et pour lesquels il faut agir rapidement pour rééquilibrer la température de leurs corps.

En conclusion: Il est permis de prendre en cas de nécessité des médicaments somnifères pendant Chabbat. Une personne qui souffre d’une douleur, comme un léger mal de ventre, ne doit pas prendre un médicament pour apaiser ses douleurs, mais si cette personne souffre dans tout son corps, par exemple lorsque la personne doit être alité du fait de ses douleurs, est autorisée à prendre tout médicament nécessaire. Pour un enfant, il est permis de lui donner tout médicament nécessaire pendant Chabbat.

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha