Halacha pour dimanche 5 Cheshvan 5780 3 novembre 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

L’emballage de gélules

Question: Est-il permis de déchirer pendant Chabbat l’emballage aluminium qui enveloppe une gélule ou un comprimé?

Réponse: Les gélules ou comprimés fabriqués de notre époque sont enveloppés à l’usine sur un de leurs côtés d’une matière plastique, et sur l’autre côté d’une matière aluminium sur laquelle il est écrit le nom du médicament.

Or, lorsqu’on désire extraire la gélule, il faut déchirer l’emballage aluminium qui l’entoure.
L’une des activités interdites pendant Chabbat (enseignées dans le traité Chabbat chapitre 7) est celle d’effacer (« Moh’ek »), et puisque le nom du médicament est inscrit sur l’emballage aluminium, si l’on déchire cet emballage, cela entrainera l’impossibilité de lire ce qui était écrit. Il y a là une crainte de l’interdiction d’effacer pendant Chabbat.        
C’est pourquoi, nous devons définir s’il est oui ou non permis de déchirer pendant Chabbat l’emballage qui entoure la gélule.

En réalité, l’interdiction d’effacer une écriture pendant Chabbat est un interdit de la Torah, mais ceci à la condition que l’on efface afin de réécrire, comme quelqu’un qui efface une écriture écrite sur un cahier par exemple, l’effacement permet de réécrire sur le papier. Mais lorsque l’on n’efface sans intention de réécrire, cela ne représente qu’un interdit érigé par nos maîtres qui ont décrété qu’un tel effacement est également interdit pendant Chabbat.
Il est certain que l’effacement d’une écriture se trouvant derrière l’emballage de gélules n’est pas considéré comme un effacement dans l’intention de réécrire.
Le sujet de notre question ne concerne donc que l’interdit d’effacer pendant Chabbat érigé par nos maîtres, mais il n’y a absolument pas le moindre risque de transgression du véritable interdit d’effacer selon la Torah.

Nous devons donc débattre à partir d’un principe cité de nombreuses fois par notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l à travers ses nombreux ouvrages, principe selon lequel lorsqu’une personne enfreint pendant Chabbat un interdit érigé par nos maîtres sans avoir de pensée particulière vers cet interdit (dans le langage de décisionnaires « Lo Mitkavène »), et aussi lorsque la conséquence de cette transgression lui est complètement égale (« Lo Ih’pate Lé »), dans ces conditions, il y a matière à autoriser.

Voici un exemple:
Lorsqu’une personne marche sur la neige pendant Chabbat, malgré le fait qu’elle écrase la neige en marchant, puisque l’interdit d’écraser la neige n’est qu’érigé par nos maîtres, il est permis de marcher sur la neige pendant Chabbat car la marche entraine uniquement un interdit érigé par nos maîtres « qui n’apporte aucune satisfaction à la personne » et de plus « ça lui est égale ». Cela reste donc permis pendant Chabbat. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.4 page 171).   Il en est de même concernant le fait de déchirer l’emballage de comprimés ou autres médicaments. Puisque la personne qui déchire l’emballage ne vise strictement pas l’effacement des lettres, et de plus, cette conséquence lui est complètement égale, il semble donc qu’il y a matière à autoriser la déchirure d’emballages de médicaments afin de pouvoir les utiliser pendant Chabbat.

C’est ainsi que tranche le Gaon Rabbi Chlomo Zalman OYERBACH z.ts.l comme le rapporte le livre Chemirat Chabbat Ké-Hilh’ata (page 519) où il est ajouté que même selon l’opinion des décisionnaires qui interdisent un cas similaire, malgré tout, en situation de maladie où l’on doit prendre des médicaments pour se guérir, l’essentiel est qu’il faut autoriser.

Malgré tout, la personne qui s’impose la rigueur de déchirer l’emballage depuis la veille de Chabbat en préparant le nombre exact de comprimés ou de gélules qu’elle aura besoin pendant Chabbat, cette personne est digne de la Bénédiction. En particulier, lorsqu’il s’agit de gélules ou comprimés qui ne sont pas nécessairement destinés à un malade.

En conclusion: Il est permis selon le strict Din de déchirer l’emballage de comprimés ou gélules pendant Chabbat, même si le fait de déchirer l’emballage va engendrer l’effacement de l’écriture qui se trouve sur l’emballage. Toutefois, la personne qui s’impose la rigueur de déchirer depuis la veille de Chabbat, cette personne est digne de la Bénédiction.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha