Halacha pour mercredi 17 Shevat 5780 12 février 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Appareil « écoute bébé » pendant Shabbat

Question: Est il permis de placer avant Shabbat, un appareil « Intercom » (« écoute bébé ») dans la chambre d’un bébé, afin de pouvoir entendre pendant Shabbat, s’il pleur, et de pouvoir le surveiller à distance? 

Réponse: En apparence, le statut de l’appareil « écoute bébé » est le même que celui du haut-parleur, dont l’utilisation est formellement interdite pendant Shabbat, par les Guéonim des dernières générations, pour différentes raisons.
L’une de ces raisons est que le haut-parleur est un objet spécifique pour émettre un son (Hashma’at Kol), ce qui est un interdit Miderabbanan (interdit par nos maîtres).
Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l s’est longuement étendu sur ce sujet dans une responsa publiée dans son livre Shou’t Yabiya’ Omer (tome 1 chap.19), en concluant qu’il est strictement interdit d’utiliser un haut-parleur pendant Shabbat, pour différentes raisons.

Toutefois, en ce qui concerne l’ « écoute bébé », nous pouvons autoriser, à cause du fait que le bébé a le statut de « Malade sans gravité » (‘Holé Sheen Bo Sakana), et cela, même lorsqu’il se porte bien, puisque l’état d’un bébé est très fragile et qu’il nécessite une attention permanente.
C’est pour cela que lorsqu’il s’agit d’un interdit Miderabbanan qui n’est pas accompli par les parents mais par le bébé lui-même (pour qui, le terme d’interdit n’est même pas à envisager) en émettant des sons avec sa voix dans l’appareil, on peut autoriser.
Et même si lorsque les parents pénètrent dans la chambre du bébé pour s’occuper de lui, ils émettent des sons avec leurs voix, qui passent également par l’appareil « écoute bébé », cela reste de toute façon permis, car les parents n’agissent pas dans l’intention que leur voix soit entendue et n’en n’ont absolument aucune utilité, et de plus, ils ne réalisent aucune action manuelle. C’est pourquoi, on peut autoriser puisque nous sommes face à un interdit érigé par nos maîtres.

Mais certains décisionnaires considèrent que le fait d’émettre des sons à l’intérieur d’un appareil comme un micro où un « écoute bébé », constitue non pas un interdit Derabbanan, mais un interdit Min Hatorah (interdit par la Torah elle-même).
En effet, selon ces décisionnaires, lorsque nous émettons un son qui passe dans un micro, nous activons une membrane qui déclenche des étincelles à l’intérieur de l’appareil. Or, ces étincelles correspondent à l’interdit de Mav’ir (allumer un feu) qui est un interdit de la Torah. Tel est l’opinion de plusieurs décisionnaires des dernières générations.
Cependant, notre maître le Rav z.ts.l émet une remarque sur leurs propos, en disant qu’il s’était entretenu de ce sujet avec son ami le Gaon Rabbi Shélomo Zalman OYERBACH z.ts.l (qui était expert dans toutes les questions Hala’hic en rapport avec l’électricité). Il lui a certifié que les propos des Rabbanim prétendant que des étincelles sont produites lorsque l’on émet des sons dans un micro, ne reposent sur aucun fondement d’un point de vue électrique, et aucune étincelle n’est produite par le son émis dans le micro, mais seulement une augmentation du courant électrique, qui n’engendre aucun allumage ni aucune extinction. Il lui a aussi certifié que le seul problème réside dans l’augmentation du courant électrique, par l’émission du son dans le micro. Le fait que des Rabbanim aient tranché différemment dans les dernières générations, provient du fait qu’à leur époque, les connaissances en électricité n’étaient pas encore suffisamment maîtrisées.

Par conséquent, il est évident que l’utilisation d’un micro reste interdite Shabbat mais uniquement Miderabbanan.
De ce fait, lorsqu’il s’agit des besoins d’un bébé, et qu’aucun geste n’est réalisé manuellement, la personne qui s’autorise à utiliser un tel appareil Interphone « écoute bébé » pendant Shabbat a sur quoi s’appuyer dans la Hala’ha.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha


Qui est soumis à l’obligation de donner la Tsédaka

Toute personne du peuple d’Israël est soumise à l’obligation de donner la Tsédaka. Même le nécessiteux qui se nourrit de la Tsédaka, qui n’a pas d’autre moyen de se nourrir, et dont toute la subsistance provient de ce que lui donnent le......

Lire la Halacha

La Mitsva de Tsédaka – Notre maitre le Rav z.ts.l

Notre maitre le TOUR écrit: La Mitsva de Tsédaka incombe chaque membre du peuple d’Israël, en donnant de son argent, selon ses possibilités. Hormis le fait que toute personne qui donne la Tsédaka, accompli une ordonnance positive de la Torah, toute personne......

Lire la Halacha

Le mérite nécessaire pour donner de la Tsédaka – Le rêve extraordinaire

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné la demande du prophète Irméyahou auprès d’Hachem afin que lorsque les Récha’im (impies) désireront donner de la Tsédaka, Hachem les heurte à des gens incorrectes. Cela s......

Lire la Halacha

La Tsédaka envers des personnes incorrectes

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principes de la Mitsva de Tsédaka. Une personne qui transgresse une des Mitsvot de la Torah et ne fait pas Téchouva, par exemple un homme qui a conscience de l’interdiction de se raser à la lame......

Lire la Halacha