Halacha pour mercredi 17 Shevat 5780 12 février 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Appareil « écoute bébé » pendant Shabbat

Question: Est il permis de placer avant Shabbat, un appareil « Intercom » (« écoute bébé ») dans la chambre d’un bébé, afin de pouvoir entendre pendant Shabbat, s’il pleur, et de pouvoir le surveiller à distance? 

Réponse: En apparence, le statut de l’appareil « écoute bébé » est le même que celui du haut-parleur, dont l’utilisation est formellement interdite pendant Shabbat, par les Guéonim des dernières générations, pour différentes raisons.
L’une de ces raisons est que le haut-parleur est un objet spécifique pour émettre un son (Hashma’at Kol), ce qui est un interdit Miderabbanan (interdit par nos maîtres).
Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l s’est longuement étendu sur ce sujet dans une responsa publiée dans son livre Shou’t Yabiya’ Omer (tome 1 chap.19), en concluant qu’il est strictement interdit d’utiliser un haut-parleur pendant Shabbat, pour différentes raisons.

Toutefois, en ce qui concerne l’ « écoute bébé », nous pouvons autoriser, à cause du fait que le bébé a le statut de « Malade sans gravité » (‘Holé Sheen Bo Sakana), et cela, même lorsqu’il se porte bien, puisque l’état d’un bébé est très fragile et qu’il nécessite une attention permanente.
C’est pour cela que lorsqu’il s’agit d’un interdit Miderabbanan qui n’est pas accompli par les parents mais par le bébé lui-même (pour qui, le terme d’interdit n’est même pas à envisager) en émettant des sons avec sa voix dans l’appareil, on peut autoriser.
Et même si lorsque les parents pénètrent dans la chambre du bébé pour s’occuper de lui, ils émettent des sons avec leurs voix, qui passent également par l’appareil « écoute bébé », cela reste de toute façon permis, car les parents n’agissent pas dans l’intention que leur voix soit entendue et n’en n’ont absolument aucune utilité, et de plus, ils ne réalisent aucune action manuelle. C’est pourquoi, on peut autoriser puisque nous sommes face à un interdit érigé par nos maîtres.

Mais certains décisionnaires considèrent que le fait d’émettre des sons à l’intérieur d’un appareil comme un micro où un « écoute bébé », constitue non pas un interdit Derabbanan, mais un interdit Min Hatorah (interdit par la Torah elle-même).
En effet, selon ces décisionnaires, lorsque nous émettons un son qui passe dans un micro, nous activons une membrane qui déclenche des étincelles à l’intérieur de l’appareil. Or, ces étincelles correspondent à l’interdit de Mav’ir (allumer un feu) qui est un interdit de la Torah. Tel est l’opinion de plusieurs décisionnaires des dernières générations.
Cependant, notre maître le Rav z.ts.l émet une remarque sur leurs propos, en disant qu’il s’était entretenu de ce sujet avec son ami le Gaon Rabbi Shélomo Zalman OYERBACH z.ts.l (qui était expert dans toutes les questions Hala’hic en rapport avec l’électricité). Il lui a certifié que les propos des Rabbanim prétendant que des étincelles sont produites lorsque l’on émet des sons dans un micro, ne reposent sur aucun fondement d’un point de vue électrique, et aucune étincelle n’est produite par le son émis dans le micro, mais seulement une augmentation du courant électrique, qui n’engendre aucun allumage ni aucune extinction. Il lui a aussi certifié que le seul problème réside dans l’augmentation du courant électrique, par l’émission du son dans le micro. Le fait que des Rabbanim aient tranché différemment dans les dernières générations, provient du fait qu’à leur époque, les connaissances en électricité n’étaient pas encore suffisamment maîtrisées.

Par conséquent, il est évident que l’utilisation d’un micro reste interdite Shabbat mais uniquement Miderabbanan.
De ce fait, lorsqu’il s’agit des besoins d’un bébé, et qu’aucun geste n’est réalisé manuellement, la personne qui s’autorise à utiliser un tel appareil Interphone « écoute bébé » pendant Shabbat a sur quoi s’appuyer dans la Hala’ha.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha