Halacha pour mercredi 14 Tammuz 5779 17 juillet 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Quand doit-on fixer les Mézouzot ?

Question: Dans un mois, nous emménageons dans le nouvel appartement que nous avons acheté, mais nous y avons déjà fixé les Mézouzot, avons-nous agis correctement?

Réponse: Le devoir de la Mézouza est une obligation qui incombe à l’habitant. Cela signifie qu’une personne qui habite une maison est soumise au devoir de fixer la Mézouza. Mais quelqu’un qui possède une maison totalement vide, et qui n’y habite pas, n’est pas tenu d’y fixer la Mézouza. Nos maîtres apprennent cette règle (Bava Métsi’a 101b et commentaire de Rachi sur Péssah’im 4a) à partir du verset : « …les linteaux de ta maison … ». Or, le mot « ta maison » se dit en hébreu : « Bétéh’a » qui peut venir du mot : « Biate’ha » qui signifie « ta venue ». Cela désigne donc une porte que tu empruntes pour entrer et sortir. C’est ainsi que tranche le  RAMBAM (fin du chap.5 des règles relatives aux Téfilin).

C’est pourquoi, notre maître le H’YDA écrit dans le livre Birké Yossef (O.H chap.19) que lorsqu’on entre dans une nouvelle maison, louée ou achetée, on ne doit pas y fixer la Mézouza tant qu’on ne vient pas y habiter réellement. Dès qu’on viendra pour s’y installer, on récitera la bénédiction « Likbowa’ Mézouza » et on fixera la Mézouza, car la fixation de la Mézouza représente le devoir, et l’on ne doit pas accomplir le devoir lorsqu’on n’y est pas encore soumis.

A la lueur des propos de notre maître le H’YDA, le Gaon auteur du Michna Béroura écrit (chap.19 note 4) que l’on ne doit réciter la bénédiction sur la Mézouza que lorsqu’on entre dans la maison afin d’y habiter immédiatement, au même titre que l’on ne récite la bénédiction sur le Tsitsit que lorsqu’on s’apprête à s’y envelopper.

Cependant, dans son livre Halih’ot ‘Olam (vol.8 page 218), notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l réfute les propos du Michna Béroura sur ce point, et il écrit qu’il n’est pas nécessaire de fixer la Méouza seulement lorsqu’on va entrer dans la maison pour y habiter immédiatement, mais on peut aussi la fixer dès qu’on s’apprête à entrer dans la maison, lorsqu’on y a introduit une partie des meubles et de la literie ou autre, car à ce moment là on se rend déjà soumis au devoir de la Mézouza. Au même titre qu’un homme qui possède 10 maisons est soumis au devoir de fixer la Mézouza à chacune des maisons, même pour une maison où il ne va s’y rendre qu’une fois par an. Notre maître le Rav z.ts.l précise que c’est ainsi que tranchent la majorité des grands décisionnaires des générations récentes et contemporaines.

En conclusion: Lorsqu’on entre pour habiter dans un nouvel appartement, il faut fixer la Mézouza. La Mézouza doit être fixée dès qu’on introduit une partie des affaires dans l’appartement. Mais on ne doit pas fixer la Mézouza lorsque l’appartement est vide et que l’on ne va y emménager que dans quelques jours.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

האם מותר לחמם בשבת סופגנייה עם ריבה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha