Halacha pour mardi 13 Tammuz 5779 16 juillet 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Le devoir de la Mézouza

Il est un devoir positif ordonné par la Torah de rédiger les deux paragraphes suivants : « Chéma’ Israël », et « Véhaya Im Chamowa’ » sur un parchemin, et de les fixer sur l’encadrement de la porte de la maison, comme il est dit (Dévarim chap.6 et chap.11) : « Tu les écriras sur les linteaux de ta maison et dans tes portes. »

Qui est soumis au devoir de la Mézouza?

Les femmes vis-à-vis du devoir de Mézouza
Chacun se doit d’être vigilant vis-à-vis du devoir de la Mézouza, car tout le monde y est soumis. Les femmes sont elles aussi soumises au devoir de la Mézouza, comme pour les autres devoirs, comme il est dit (Dévarim chap.11) : « Tu les écriras sur les linteaux de ta maison et dans tes portes. Afin que vos jours se multiplient, ainsi que les jours de vos enfants … ». Or, nos maîtres en déduisent dans la Guémara (Kiddouchin 34a et Yoma 11b) que puisque les femmes réclament elles aussi la vie, elles sont donc elles aussi soumises au devoir de Mézouza.

Certains décisionnaires tranchent qu’une femme ne doit pas fixer elle-même la Mézouza, et ces décisionnaires citent des preuves à leur opinion. Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (dans son livre Halih’ot ‘Olam vol.8 pages 201 et 216) réfute cette opinion et conclut que la femme est autorisée à fixer elle-même la Mézouza avec la bénédiction, comme un homme.

Des enfants vis-à-vis du devoir de Mézouza
Le  RAMBAM écrit (chap.5 des règles relatives aux Téfilin et à la Mézouza):
On éduque les enfants à placer la Mézouza dans leurs maisons.
Cela signifie que même lorsqu’une maison est habitée uniquement par des enfants (par exemple un internat pour enfants en dessous de la Bar ou Bat Mitsva), il faut malgré tout y fixer la Mézouza. Même si un enfant est exempt du devoir de la Mézouza, malgré tout, il faut l’éduquer à ce devoir au même titre que nous l’éduquons dans toutes les autres Mitsvot. C’est pourquoi, il faut fixer des Mézouzot dans les maisons et les chambres des enfants. Particulièrement du fait que la Mézouza possède une importance spécifique, car à chaque fois que l’on entre par la porte, on rencontre l’unicité du Nom d’Hachem (« Chéma’ Israël … »), et l’on se souviendra ainsi de Son amour, et l’on prendra conscience que rien ne pérennise dans l’univers si ce n’est la connaissance et la foi en Hachem. De plus, la Mézouza a pour propriété de préserver les habitants de la maison.

Lorsqu’on fixe une Mézouza, il ne faut pas laisser un petit garçon en dessous l’âge de 13 ans ou une petite fille en dessous l’âge de 12 ans fixer eux mêmes la Mézouza, car leur acte n’acquitte pas des adultes de ce devoir.

L’importance de la Mézouza
Nos maîtres enseignent (Ménah’ot 43b):
Celui qui porte le Téfilin à sa tête et à son bras, le Tsitsit à son vêtement et une Mézouza à sa porte, est assuré de ne pas commettre une faute, car il possède de nombreux plaidants qui sont en réalité les anges qui épargne l’individu de la faute, comme il est dit : « L’ange d’Hachem plane autour de ceux qui Le craigne et les libère … ». Par le mérite du devoir de la Mézouza, l’individu est et les membres de son foyer sont préservés des Mazikin (créatures malfaisantes). C’est pour cette raison que l’on écrit sur la Mézouza le Nom de שדי (Chaddaï) qui est formé des lettres hébreu initiales des mots « שומר דלתות ישראל » (Chomer Daltot Israël, qui préserve les portes d’Israël).

De qui doit-on acheter la Mézouza?
Le Sofer (scribe) qui rédige la Mézouza doit être une personne qui craint Hachem de façon fondamentale. Les règles relatives à la Mézouza sont très nombreuses, et de ce fait, il ne faut acheter une Mézouza que d’un Sofer ou d’un commerçant craignant Hachem de façon fondamentale. Il en est de même concernant une paire de Téfilin ou des Sifré Torah, il ne faut pas les acheter de n’importe qui, mais seulement d’un Sofer expert et craignant Hachem exclusivement. Il est juste à priori qu’un Séfaradi utilise un Séfer Torah ou une Mézouza rédigés dans l’écriture Séfarade, et qu’un Achkénazi utilise un Sefer Torah ou une Mézouza rédigés dans l’écriture Achkénaze.

Concernant les Téfilin, nous avons déjà expliqué la rège dans un autre contexte.

8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha