Halacha pour vendredi 12 Tishrei 5779 21 septembre 2018

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Règle du Ska’h de la Souccah et des décorations suspendues au Ska’h

Le devoir d’embellir la Souccah
Il est une très grande Mitsva d’embellir la Souccah et de la décorer le plus possible, en y introduisant de beaux objets, et en l’éclairant de façon agréable.
Les Kabbalistes écrivent que par le fait d’éclairer la Souccah de lumières agréables, l’homme aura le mérite de voir son âme siéger dans la paix au Gan ‘Eden, et en fonction de son accomplissement de la Mitsva avec une bonne pensée, on lui construira une Souccah pour son âme dans le Gan ‘Eden, comme expliqué dans le Zohar (Pinéh’ass). En plaçant dans la Souccah les plus beaux objets et les plus belles nappes que l’on possède, on méritera qu’Hachem nous constitue plusieurs H’oupot (dais nuptiaux) dans le Gan ‘Eden supérieur.
Cependant, partant d’une bonne pensée de décorer la Souccah, il arrive parfois que la Souccah n’est pas valable. C’est pourquoi, il faut parfaitement maîtriser les règles rapportées ici, afin d’agir selon la Halah’a.

Les conditions pour la validité du Skah’
Il est dit dans la Torah (Dévarim 16):
« Tu feras la fête de Souccot lorsque tu rassembleras la récolte de ta grange et de ta vigne. »
Nos maîtres apprennent de ce verset (dans le traité Soucca 12a) qu’il faut constituer la Souccah avec des choses provenant de la récolte de la grange et de la vigne, c'est-à-dire, avec les déchets de la grange et de la vigne qui sont la paille, le foin, les branches vidées de leurs raisins, etc …

Il est dit aussi dans le livre de Néh’emya (chap.8) que les chefs du peuple dirent aux Béné Israël : « Sortez vers la montagne et apportez des branches d’oliviers, des branches de tournesol, des branches de myrte, des branches de dattiers et des branches de saules, afin de constituer des Souccot comme il est écrit. »
A partir de là, nos maîtres ont tirés 3 conditions pour la validité du Skah’:
Il doit être constitué de végétaux. Il doit être constitué d’éléments coupés de la terre et non encore rattachés. Il doit être constitué d’éléments non réceptifs de l’impureté. Tout ceci à l’instar des déchets de la récolte et de la vigne qui sont des végétaux, qui ne sont plus rattachés à la terre et qui ne sont pas réceptifs de l’impureté, car toute chose qui n’est ni objet ni aliment n’est pas réceptif de l’impureté. Par exemple, si le corps d’un mort est entré en contact avec une branche de roseau, la branche ne contracte pas l’impureté, mais si le corps du mort entre en contact avec un objet en bois, l’objet contracte immédiatement l’impureté. C’est pourquoi, il ne faut pas constituer le Skah’ avec des objets (même s’il s’agit de débris d’objets).

Par conséquent, il est interdit de constituer le Skah’ avec toutes sortes de métaux, car il ne s’agit pas de végétaux. De même, il ne faut pas constituer le Skah’ avec des branches d’un arbre encore rattaché au sol, car on doit constituer le Skah’ uniquement avec des choses détachées du sol. De même, on ne doit pas constituer le Skah’ avec toutes sortes d’aliments, comme des fruits par exemple, car ils sont réceptifs de l’impureté. De même, on ne doit pas constituer le Skah’ avec des objets, même s’ils sont faits de bois, car ils sont réceptifs de l’impureté. Même si l’on a constitué le Skah’ de façon valable, mais qu’on a ajouté au Skah’ des éléments non valables, la Souccah n’est pas valable. C’est pourquoi, si l’on a construit la Souccah de façon valable mais qu’elle se trouve sous le balcon du voisin ou autre, il est certain que cette Souccah n’est pas valable.

La règle pour les décorations en papier
On ne doit pas constituer le Skah’ avec du papier, même s’il provient du bois, car son aspect a été complètement modifié, et il n’est plus considéré comme un végétal.
Par conséquent, les décorations que l’on a l’usage de suspendre sous le Skah’ de la Souccah pour embellir la Souccah sont susceptibles d’invalider la Souccah, car elles ne sont pas des éléments valables pour constituer le Skah’.

C’est pourquoi, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’il faut veiller à suspendre les décorations de la Souccah sous le Skah’ de sorte qu’elles soient collées au Skah’ et suspendues dans les 4 Téfah’im (environ 32 cm) du Skah’, car si elles descendent plus bas, à une hauteur supérieure à 32 cm du Skah’, il est à craindre qu’elles rendent la Souccah non conforme. Mais lorsqu’elles se trouvent dans les 4 Téfah’im du Skah’, elles deviennent nulles vis-à-vis du Skah’, et dans ce cas, il n’y a pas de crainte qu’elles rendent non conforme la Souccah, même si elles sont très grandes.

En conclusion: Il faut constituer la Souccah avec des éléments végétaux, détachés de leur base d’origine, et qui ne sont pas réceptif de l’impureté. Si l’on désire placer des décorations de papier dans la Souccah, on peut le faire à la condition de les suspendre le plus proche possible du Skah’ et qu’elles ne descendent pas en dessous de 32 cm du Skah’, car sinon, elles sont susceptibles de rendre la Souccah non conforme.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha