Halacha pour mercredi 12 Tishrei 5781 30 septembre 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Règle du Ska’h de la Souccah et des décorations suspendues au Ska’h

Le devoir d’embellir la Souccah
Il est une très grande Mitsva d’embellir la Souccah et de la décorer le plus possible, en y introduisant de beaux objets, et en l’éclairant de façon agréable.
Les Kabbalistes écrivent que par le fait d’éclairer la Souccah de lumières agréables, l’homme aura le mérite de voir son âme siéger dans la paix au Gan ‘Eden, et en fonction de son accomplissement de la Mitsva avec une bonne pensée, on lui construira une Souccah pour son âme dans le Gan ‘Eden, comme expliqué dans le Zohar (Pinéh’ass). En plaçant dans la Souccah les plus beaux objets et les plus belles nappes que l’on possède, on méritera qu’Hachem nous constitue plusieurs H’oupot (dais nuptiaux) dans le Gan ‘Eden supérieur.
Cependant, partant d’une bonne pensée de décorer la Souccah, il arrive parfois que la Souccah n’est pas valable. C’est pourquoi, il faut parfaitement maîtriser les règles rapportées ici, afin d’agir selon la Halah’a.

Les conditions pour la validité du Skah’
Il est dit dans la Torah (Dévarim 16):
« Tu feras la fête de Souccot lorsque tu rassembleras la récolte de ta grange et de ta vigne. »
Nos maîtres apprennent de ce verset (dans le traité Soucca 12a) qu’il faut constituer la Souccah avec des choses provenant de la récolte de la grange et de la vigne, c'est-à-dire, avec les déchets de la grange et de la vigne qui sont la paille, le foin, les branches vidées de leurs raisins, etc …

Il est dit aussi dans le livre de Néh’emya (chap.8) que les chefs du peuple dirent aux Béné Israël : « Sortez vers la montagne et apportez des branches d’oliviers, des branches de tournesol, des branches de myrte, des branches de dattiers et des branches de saules, afin de constituer des Souccot comme il est écrit. »
A partir de là, nos maîtres ont tirés 3 conditions pour la validité du Skah’:
Il doit être constitué de végétaux. Il doit être constitué d’éléments coupés de la terre et non encore rattachés. Il doit être constitué d’éléments non réceptifs de l’impureté. Tout ceci à l’instar des déchets de la récolte et de la vigne qui sont des végétaux, qui ne sont plus rattachés à la terre et qui ne sont pas réceptifs de l’impureté, car toute chose qui n’est ni objet ni aliment n’est pas réceptif de l’impureté. Par exemple, si le corps d’un mort est entré en contact avec une branche de roseau, la branche ne contracte pas l’impureté, mais si le corps du mort entre en contact avec un objet en bois, l’objet contracte immédiatement l’impureté. C’est pourquoi, il ne faut pas constituer le Skah’ avec des objets (même s’il s’agit de débris d’objets).

Par conséquent, il est interdit de constituer le Skah’ avec toutes sortes de métaux, car il ne s’agit pas de végétaux. De même, il ne faut pas constituer le Skah’ avec des branches d’un arbre encore rattaché au sol, car on doit constituer le Skah’ uniquement avec des choses détachées du sol. De même, on ne doit pas constituer le Skah’ avec toutes sortes d’aliments, comme des fruits par exemple, car ils sont réceptifs de l’impureté. De même, on ne doit pas constituer le Skah’ avec des objets, même s’ils sont faits de bois, car ils sont réceptifs de l’impureté. Même si l’on a constitué le Skah’ de façon valable, mais qu’on a ajouté au Skah’ des éléments non valables, la Souccah n’est pas valable. C’est pourquoi, si l’on a construit la Souccah de façon valable mais qu’elle se trouve sous le balcon du voisin ou autre, il est certain que cette Souccah n’est pas valable.

La règle pour les décorations en papier
On ne doit pas constituer le Skah’ avec du papier, même s’il provient du bois, car son aspect a été complètement modifié, et il n’est plus considéré comme un végétal.
Par conséquent, les décorations que l’on a l’usage de suspendre sous le Skah’ de la Souccah pour embellir la Souccah sont susceptibles d’invalider la Souccah, car elles ne sont pas des éléments valables pour constituer le Skah’.

C’est pourquoi, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’il faut veiller à suspendre les décorations de la Souccah sous le Skah’ de sorte qu’elles soient collées au Skah’ et suspendues dans les 4 Téfah’im (environ 32 cm) du Skah’, car si elles descendent plus bas, à une hauteur supérieure à 32 cm du Skah’, il est à craindre qu’elles rendent la Souccah non conforme. Mais lorsqu’elles se trouvent dans les 4 Téfah’im du Skah’, elles deviennent nulles vis-à-vis du Skah’, et dans ce cas, il n’y a pas de crainte qu’elles rendent non conforme la Souccah, même si elles sont très grandes.

En conclusion: Il faut constituer la Souccah avec des éléments végétaux, détachés de leur base d’origine, et qui ne sont pas réceptif de l’impureté. Si l’on désire placer des décorations de papier dans la Souccah, on peut le faire à la condition de les suspendre le plus proche possible du Skah’ et qu’elles ne descendent pas en dessous de 32 cm du Skah’, car sinon, elles sont susceptibles de rendre la Souccah non conforme.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha