Halacha pourvendredi 21 Elul 5780 septembre 10 2020

Repentir sur le Lachon Ha-Ra’ (médisance), et repentir pour avoir statué sur une loi de façon erronée

Deux questions: Si j’ai dit du Lachon Ha-Ra’ à l’encontre de mon prochain, dois-je aller le trouver pour lui raconter ce que j’ai dis sur lui et pour lui demander pardon?
Quel est le Din au sujet d’un Rav qui a statué de façon rigoureuse dans un cas où il y avait matière à autoriser, doit-il demander pardon pour cela à la personne qui est venue le consulter?

Réponse: Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué que Yom Kippour n’a pas la faculté d’expier les fautes commises envers le prochain, tant qu’on ne lui demande pas pardon.

L’opinion du H’afets H’aïm
A partir de là, il semble effectivement que lorsqu’on a dit du Lachon Ha-Ra’ sur quelqu’un, il est certain que l’on doit aller le trouver soi-même afin de lui raconter ce qui s’est passé et lui demander pardon. Sinon, comment pourrait-on lui demander pardon ? Telle est l’opinion du Gaon auteur du H’afets H’aïm (règle 4 paragraphe 12), qu’il faut dévoiler à la personne ce que l’on a dit sur elle.

L’opinion du Gaon Rabbi Israël SALENTER
Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (dans son livre sur les Yamim Noraïm page 244) que si la personne ignore que l’on a dit du Lachon Ha-Ra’ sur elle, et qu’il est très probable qu’elle se fâcherait et en aurait beaucoup de peine en l’apprenant, il ne faut pas aller lui raconté que l’on a dit du Lachon Ha-Ra’ sur elle. Notre maître le Rav z.ts.l cite que telle est l’opinion du livre Chalmé Mo’ed (page 56) au nom du Gaon Rabbi Israël SALENTER.

Une telle opinion semble logique car l’objectif est de faire régner la paix et la tranquillité parmi le peuple d’Israël, et en allant raconter à la personne que l’on a proférer du Lachon Ha-Ra’ à son encontre, on augmentera au contraire la discorde, et la paix se retirera davantage. Il est donc plus juste de se taire, et demander simplement « pardon » à la personne, de façon anonyme, comme de nombreuses personnes en ont l’usage la veille de Roch Ha-Chana, sans détailler à la personne ce qui s’est passé. Et dans l’avenir, on se repentira pour ne plus agir ainsi.

Les propos du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH
Le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l ajoute (Chalmé Mo’ed ibid.) que si l’on a porté atteinte au respect de quelqu’un, et que la personne offensée l’ignore, si la personne se vexerait et se mettrait en colère si les choses lui étaient relatées telles qu’elles sont, on est autorisé à ne rien lui raconté. On se contentera dans ce cas de lui demander pardon uniquement. Sur une telle situation il est dit : « Heureux celui qui porte la faute et qui la dissimule. » Mais dans l’avenir, on sera vigilent afin de ne plus fauter de la sorte.

« La faute (involontaire) de l’étude équivaut à une faute volontaire »
Au sujet de la deuxième question : Un Rav qui a statué de façon rigoureuse envers la personne venue le consulter, par exemple, lorsqu’un Rav statue que le poulet qui lui est soumis est Téréfa, et qu’il s’avère que cette décision était erronée et que l’on pouvait autoriser. Ou bien un Rav qui tranche de façon rigoureuse pour un Séfaradi dans un cas où les Séfaradim autorisent, ou bien le contraire, et que cette décision a occasionné une perte à la personne venue consulter le Rav, est-ce que le Rav doit demander pardon dans une telle situation?

Selon certains, le Rav n’est pas tenu de demander pardon dans un tel cas, et ils citent des explications à leur propos. Mais notre maître le Rav z.ts.l (page 243) écrit que leurs propos « n’ont ni goût, ni odeur », car nos maîtres enseignent que « la faute (involontaire) de l’étude équivaut à une faute volontaire » Cela signifie que celui qui n’a pas étudié et qui de ce fait commet une faute, cette homme est considéré comme ayant fauté volontairement. Par conséquent, il est certain que dans les situations citées en exemples, le Rav est tenu de demander pardon à la personne venue le consulter, et de la dédommager financièrement si elle a subit une perte matérielle conséquente à la décision erronée du Rav.

Lorsque des nécessiteux venaient consulter notre maître le Gaon Rabbi Tsévi Péssah’ FRANK z.ts.l en lui soumettant des volailles afin de vérifier leur Cacherout, s’il semblait au Rav que le poulet était Térefa, il statuait que le poulet était Térefa et payait au nécessiteux toute la somme du poulet, afin qu’aucune perte ne soit causée par sa décision. C’est pour cette raison que tous les nécessiteux de Jérusalem avaient l’usage de se rendre au domicile de ce Gaon et Tsaddik, sachant que par lui il ne leur arriverait aucun désagrément …

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Megillah Reading- Coronavirus

Every member of the Jewish nation is obligated to read the Megillah on the day of Purim. One must read it during the night and once again the next day, as the verse states, “My G-d, I call out to you during the day and you do not answer; during the night I have no rest.” This verse is wr......

Lire la Halacha

The Laws of Hearing Parashat Zachor- Coronavirus

“Remember What Amalek Has Done to You” On the Shabbat preceding Purim, which is this coming Shabbat, after the opening of the Ark immediately following Shacharit prayers, two Sifrei Torah are removed; in the first one, we read the weekly Parasha (which is Parashat Vayikra this year, 577......

Lire la Halacha

Caution Regarding Chametz Issues

Our Sages (Tosefta Pesachim, Chapter 3) taught: “We inquire about and expound the laws of Pesach from thirty days before Pesach.” Based on this, great rabbis throughout the generations have taken the opportunity to teach the laws of Pesach to the public between Purim and Pesach since eve......

Lire la Halacha

Silver Vessels

Question: May one continue to use silver vessels or utensils, such as a Kiddush goblet, on Pesach after they have been used throughout the rest of the year? Answer: All vessels used all year round with cold foods or beverages may be used on Pesach after having been thoroughly washed beforehand, f......

Lire la Halacha


The Laws of Koshering Vessels for Pesach

One may not use Chametz vessels on Pesach since vessels which have been used to cook in or have had hot Chametz placed in them have Chametz flavor absorbed in them. Thus, just as we separate between meat and dairy utensils all year long, we must likewise separate between the utensils we use all year......

Lire la Halacha

The Laws of the Blessing of the Trees

The Proper Time for the Blessing of the Trees Our Sages, who have established the Blessing of the Tress, write that the proper time for this blessing is during the month of Nissan, for it is then that trees begin to blossom and buds come forth. It would seem from the words of our Sages though that ......

Lire la Halacha

Matanot La’Evyonim- Coronavirus

In the previous Halacha we briefly discussed the Mitzvah of “Matanot La’Evyonim” on Purim day which is the distribution of two monetary gifts, one to each pauper. What Must One Give? In order to fulfill this Mitzvah, one need not give actual gifts; rather, it is permissible to ......

Lire la Halacha

The Blessing of the Trees

One who goes out during the month of Nissan and sees trees starting to blossom recites the blessing: “Baruch Ata Hashem Elokeinu Melech Ha’Olam Shelo Chiser Be’Olamo Kelum U’Vara Vo Beriyot Tovot Ve’Ilanot Tovot Le’hanot Bahem Beneh Adam”. This year (5781......

Lire la Halacha