Halacha pour mercredi 7 Tammuz 5779 10 juillet 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon

Mettre des fleurs dans l’eau pendant Chabbat

Question: Est-il permis de mettre dans de l’eau pendant Chabbat, des fleurs (cueillies ou achetées avant Chabbat)?

Réponse: Nous avons expliqué dans des précédentes Hala’hot, que l’une des Mela’hot (activités interdites pendant Chabbat), était la Mela’ha de Zorea’ (planter). Nous avons aussi expliqué que selon la Guémara, celui qui arrose des végétaux pendant Chabbat est condamnable par la Torah à titre de la Mela’ha de Zorea’, puisque le but de planter est de faire pousser des fruits et des graines, de la même manière, celui qui arrose des végétaux pendant Chabbat.

A présent, nous allons débattre au sujet de fleurs ou de Hadassim (feuilles de myrte) que l’on désire mettre dans de l’eau pendant Chabbat, ou bien verser de l’eau dans l’ustensile où ils se trouvent. La chose est-elle permise pendant Chabbat, ou bien y a – t il un interdit à titre d’arroser des végétaux pendant Chabbat?

Placer des graines dans l’eau pendant Chabbat
Nous devons avant tout expliquer que de manière évidente, il est strictement interdit de placer des graines de blé ou autre dans l’eau pendant Chabbat, afin qu’elles bourgeonnent, car un tel acte entre véritablement dans le cadre d’arroser pendant Chabbat, puisqu’une chose nouvelle se créé par l’ajout de l’eau, et par conséquent, cet acte est catégoriquement interdit.

Il nous reste à présent à débattre au sujet de fleurs ou autres branches, s’il est permis de les mettre dans l’eau pendant Chabbat, ou s’il y a là un interdit, au même titre qu’il est interdit de mettre des graines dans l’eau pendant Chabbat.

Les propos du RACHBA
Il est expliqué dans une Respnsa (réponse Hala’hic) du RACHBA (tome 4 chap.73) qu’il est permis de placer pendant Chabbat des branches d’arbres, comme des branches de Hadass (feuilles de myrtes) ou d’autres plantes aromatiques, dans un ustensile rempli d’eau, sans qu’il y ai un interdit à titre de Zorea’ (planter), puisque dans ce cas, on ne fait rien pousser, mais on fait simplement en sorte que les feuilles ne sèchent pas.
Bien qu’il soit interdit de placer dans de l’eau pendant Chabbat des grains de blés ou d’orges pour un certain temps, puisque cela pourrait engendrer un phénomène nouveau : l’ouverture des grains de blés ou d’orges et leur bourgeonnement naturel dans l’eau. Malgré tout, en ce qui concerne des branches d’arbres, il n’y a là aucun interdit, puisqu’on ne provoque pas le fait de faire pousser une chose nouvelle. Tel est également l’opinion du MAHARYL et du RAMA.

Divergence d’opinion entre le RAMA et le MAHARYKCH
Cependant, le RAMA écrit (sur Ch.A O.H chap.336 parag.11) au nom du MAHARYL en ces termes:
Il est permis de placer des branches d’arbres dans de l’eau pendant Chabbat, à la condition qu’il n’y a pas de fleurs ou de bourgeons qui pourraient s’ouvrir au contact de l’eau.
Il ressort des propos du RAMA que même s’il n’y a pas d’interdiction de placer des branches d’arbres dans de l’eau pendant Chabbat, malgré tout, s’il y a des fleurs susceptibles de s’ouvrir au contact de l’eau, c’est considéré comme faire pousser une chose de nouvelle, et il y a donc un interdit à titre de la Mela’ha de Zorea’ (planter), comme pour le fait de placer des graines de blés ou d’orges dans de l’eau pendant Chabbat.

Mais le Gaon MAHARYKCH (Morenou Harav Rabbi Ya’akov KACHTERO, qui a vécut en Egypte à l’époque de MARAN, et lorsqu’il vint en pèlerinage sur les tombes des Tsaddikim à Tsfat, il fut hébergé dans la demeure de MARAN qui lui fit un grand honneur. Il revint ensuite en Egypte où il décéda en 5370 – 1609) (au chapitre 337-11) réfute les propos du RAMA, en faisant remarquer qu’il n’y a que les grains de blés et d’orges qui ont la particularité de repousser et de s’enraciner de nouveau au contact de l’eau, et c’est pourquoi, il y a un interdit de les placer dans l’eau pendant Chabbat à titre de Zorea’ (planter). Par contre, l’ouverture de fleurs ou de bourgeons n’est pas considérée comme faire pousser une chose nouvelle. C’est la raison pour laquelle, il n’y a pas d’interdit à placer des roses ou d’autres fleurs dans de l’eau pendant Chabbat.

Dans la pratique
Malgré tout, la chose reste l’objet d’une Ma‘hloket (une divergence d’opinion Hala’hic), et sur le plan de la Hala’ha, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche que lorsque les boutons des fleurs sont fermés, et qu’ils sont susceptibles de s’ouvrir au contact de l’eau, il faut s’imposer la ‘Houmra (la rigueur) – conformément à l’opinion du RAMA - de ne pas les placer dans l’eau pendant Chabbat.
mais s’il s’agit de fleurs déjà ouvertes, ou bien de branches d’arbre décoratifs, il est permis de les placer dans l’eau pendant Chabbat
(De même, dans un tel cas, il est permis d’ajouter de l’eau dans le vase pendant Chabbat.)
[Chou’t Yé’havé Da’at vol.2 chap.53 ;’Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 25]

Il est évident que tout ceci ne concerne que des fleurs préparées avant Chabbat à titre décoratif ou afin de respirer leur parfum, et qu’il ne reste qu’à mettre dans l’eau pendant Chabbat. Mais s’il s’agit de branches d’arbres que l’on trouve pendant Chabbat (ou tombés pendant Chabbat), ils ont le statut de Mouktsé et il est interdit de les déplacer pendant Chabbat.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha