Halacha pour mercredi 1 Cheshvan 5780 30 octobre 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

On a oublié de mentionner « Ya’alé Véyavo » et l’heure limite de la prière est passée

Question : Un personne qui a oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans la prière quotidienne le jour de Roch H’odech, mais qui se rend compte de son oublie seulement après l’heure limite de la prière du matin, que doit-elle faire ?
Quelle est la règle pour une femme qui a prié en oubliant de mentionner « Ya’alé Véyavo »?

Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que lorsqu’une personne a prié la ‘Amida de Chah’arit ou de Minh’a de Roch H’odech en oubliant de mentionner dans sa prière le passage de Ya’alé Véyavo », et s’en souvient après avoir achevé la ‘Amida, cette personne est tenue de recommencer la ‘Amida, comme expliqué.

Rappel – la règle de la prière de rattrapage (« Téfilat Tachloumin ») 
A présent, concernant le sujet de notre question, nous devons rappeler que lorsqu’une personne a totalement oublié de prier l’une des 3 prières quotidiennes, par exemple, lorsqu’elle a oublié de prier Chah’arit, et qu’elle s’en souvient après l’heure limite de cette prière, la règle exige de prier ensuite 2 fois. Exemple : la personne a oublié de prier Chah’arit, et l’heure limite de Chaha’rit est passée, elle doit prier 2 fois la ‘Amida de Minh’a, en considérant la première à titre de Minh’a et la seconde à titre de rattrapage de Chah’arit.

Prière de rattrapage pour celui qui a oublié « Ya’alé véyavo » 
Il semble que le statut de la personne qui a oublié de mentionné « Ya’alé Véyavo » dans la ‘Amida et qui s’en souvient seulement après l’heure limite de la prière de Chah’arit (C'est-à-dire, après l’heure de H’atsot, la moitié de la journée, qui correspond actuellement en Israël à environ 12h45, et en France à environ 13h45) est le même que celui de la personne qui a complètement oublié de prier une des 3 prières quotidiennes, et dont l’heure limite de la prière oubliée est passée, cette personne doit prier la prochaine prière et recommencer une fois de plus la ‘Amida à titre de prière de rattrapage de la prière précédente oubliée.

Comme dans notre cas.
L’heure limite de la prière de chah’aritt est passée et la personne a oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo », elle est considérée comme quelqu’un qui n’a absolument pas prié Chah’aritt, et qui doit rattraper cette prière après la prière de Minh’a.
Par conséquent, immédiatement après la ‘Amida de Minh’a, la personne doit de nouveau dire la ‘Amida en rattrapage de la prière de Chah’aritt qu’elle n’a pas priée.

La personne a oublié « Ya’alé Véyavo » et a totalement oublié de prier Moussaf 
Cependant, si cette personne a eu une double négligence :
Elle a oublié non seulement de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans la prière de Chah’aritt, mais elle oublie également de prier Moussaf puisqu’elle ne s’est pas rendue à la synagogue ce matin là, et elle a complètement oublié qu’on était Roch H’odech. Si elle se rend compte de ce double oubli après l’heure limite de la prière de Chah’aritt, l’après midi elle devra avant tout prier Minh’a, puis une deuxième ‘Amida en rattrapage de Chah’aritt, et ensuite la prière de Moussaf. Ceci en raison du fait que la prière de Moussaf peut être dite durant toute la journée (même après H’atsot, la moitié de la journée, jusqu’au couché du soleil), mais il est impossible de prier Moussaf avant la prière de Chah’aritt, car la prière de Chah’aritt est placée avant. Et dans notre cas, la personne ne peut plus prier Chah’aritt puisque son heure limité est passée. C’est pourquoi, on doit d’abord prier Minh’a, puis la ‘Amida de rattrapage de Chah’aritt, et ensuite Moussaf.

Une femme qui a oublié de mentionner « Ya’alé Véyavo » dans la ’Amida 
Le statut d’une femme qui a oublié de mentionner « Ya’alé Véyavo » est le même que celui d’un homme, et cette femme est tenue de recommencer la ‘Amida une deuxième fois, avec toutes les règles expliquées plus haut. 

En conclusion:
Lorsqu’on a oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans la prière quotidienne le jour de Roch H’odech, on est tenu de recommencer la ‘Amida.
Si l’on s’en rend compte après l’heure de H’atsot Ha-Yom (après l’heure de la moitié de la journée), on doit prier Minh’a, puis une ‘Amida supplémentaire pour rattraper la prière de Chah’aritt. Si l’on oublie également Moussaf en plus d’avoir oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans Chah’aritt, si l’heure de H’atsot est passée, on doit d’abord prier Minh’a, puis une ‘Amida supplémentaire en rattrapage de Chah’aritt, et ensuite la prière de Moussaf.

Le statut d’une femme est le même que celui d’un homme pour toutes ces règles.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

האם מותר לחמם בשבת סופגנייה עם ריבה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha