Halacha pour mercredi 1 Cheshvan 5780 30 octobre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

On a oublié de mentionner « Ya’alé Véyavo » et l’heure limite de la prière est passée

Question : Un personne qui a oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans la prière quotidienne le jour de Roch H’odech, mais qui se rend compte de son oublie seulement après l’heure limite de la prière du matin, que doit-elle faire ?
Quelle est la règle pour une femme qui a prié en oubliant de mentionner « Ya’alé Véyavo »?

Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que lorsqu’une personne a prié la ‘Amida de Chah’arit ou de Minh’a de Roch H’odech en oubliant de mentionner dans sa prière le passage de Ya’alé Véyavo », et s’en souvient après avoir achevé la ‘Amida, cette personne est tenue de recommencer la ‘Amida, comme expliqué.

Rappel – la règle de la prière de rattrapage (« Téfilat Tachloumin ») 
A présent, concernant le sujet de notre question, nous devons rappeler que lorsqu’une personne a totalement oublié de prier l’une des 3 prières quotidiennes, par exemple, lorsqu’elle a oublié de prier Chah’arit, et qu’elle s’en souvient après l’heure limite de cette prière, la règle exige de prier ensuite 2 fois. Exemple : la personne a oublié de prier Chah’arit, et l’heure limite de Chaha’rit est passée, elle doit prier 2 fois la ‘Amida de Minh’a, en considérant la première à titre de Minh’a et la seconde à titre de rattrapage de Chah’arit.

Prière de rattrapage pour celui qui a oublié « Ya’alé véyavo » 
Il semble que le statut de la personne qui a oublié de mentionné « Ya’alé Véyavo » dans la ‘Amida et qui s’en souvient seulement après l’heure limite de la prière de Chah’arit (C'est-à-dire, après l’heure de H’atsot, la moitié de la journée, qui correspond actuellement en Israël à environ 12h45, et en France à environ 13h45) est le même que celui de la personne qui a complètement oublié de prier une des 3 prières quotidiennes, et dont l’heure limite de la prière oubliée est passée, cette personne doit prier la prochaine prière et recommencer une fois de plus la ‘Amida à titre de prière de rattrapage de la prière précédente oubliée.

Comme dans notre cas.
L’heure limite de la prière de chah’aritt est passée et la personne a oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo », elle est considérée comme quelqu’un qui n’a absolument pas prié Chah’aritt, et qui doit rattraper cette prière après la prière de Minh’a.
Par conséquent, immédiatement après la ‘Amida de Minh’a, la personne doit de nouveau dire la ‘Amida en rattrapage de la prière de Chah’aritt qu’elle n’a pas priée.

La personne a oublié « Ya’alé Véyavo » et a totalement oublié de prier Moussaf 
Cependant, si cette personne a eu une double négligence :
Elle a oublié non seulement de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans la prière de Chah’aritt, mais elle oublie également de prier Moussaf puisqu’elle ne s’est pas rendue à la synagogue ce matin là, et elle a complètement oublié qu’on était Roch H’odech. Si elle se rend compte de ce double oubli après l’heure limite de la prière de Chah’aritt, l’après midi elle devra avant tout prier Minh’a, puis une deuxième ‘Amida en rattrapage de Chah’aritt, et ensuite la prière de Moussaf. Ceci en raison du fait que la prière de Moussaf peut être dite durant toute la journée (même après H’atsot, la moitié de la journée, jusqu’au couché du soleil), mais il est impossible de prier Moussaf avant la prière de Chah’aritt, car la prière de Chah’aritt est placée avant. Et dans notre cas, la personne ne peut plus prier Chah’aritt puisque son heure limité est passée. C’est pourquoi, on doit d’abord prier Minh’a, puis la ‘Amida de rattrapage de Chah’aritt, et ensuite Moussaf.

Une femme qui a oublié de mentionner « Ya’alé Véyavo » dans la ’Amida 
Le statut d’une femme qui a oublié de mentionner « Ya’alé Véyavo » est le même que celui d’un homme, et cette femme est tenue de recommencer la ‘Amida une deuxième fois, avec toutes les règles expliquées plus haut. 

En conclusion:
Lorsqu’on a oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans la prière quotidienne le jour de Roch H’odech, on est tenu de recommencer la ‘Amida.
Si l’on s’en rend compte après l’heure de H’atsot Ha-Yom (après l’heure de la moitié de la journée), on doit prier Minh’a, puis une ‘Amida supplémentaire pour rattraper la prière de Chah’aritt. Si l’on oublie également Moussaf en plus d’avoir oublié de dire le passage de « Ya’alé Véyavo » dans Chah’aritt, si l’heure de H’atsot est passée, on doit d’abord prier Minh’a, puis une ‘Amida supplémentaire en rattrapage de Chah’aritt, et ensuite la prière de Moussaf.

Le statut d’une femme est le même que celui d’un homme pour toutes ces règles.

8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha


La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha