Halacha pour mardi 16 Cheshvan 5781 3 novembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Barou’h Méchané Bériyott »

Il est enseigné dans une Baraïta dans le traité Béra’hott (58b):
Lorsqu’on voit un éléphant, un singe ou un « Kipof » (nous expliquerons plus loin), on doit réciter la bénédiction:
Barou’h Ata A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou Mele’h Ha-‘Olam Méchané Bériyott.

Quels sont ces animaux?
L’éléphant et le singe nous sont connus même de notre temps, mais qu’est-ce qu’un « Kipof »?
Les Tossafot écrivent (‘Houlin 63a) qu’il existe 3 espèces de « Kipof »:
Le Yanchouf (que l’on pourrait traduire par « Hibou ») ; le Koss (un rapace nocturne de petite taille que l’on appelle en Israël « Koss ‘Horavott », et qui ferait partie de la famille des chouettes) ; la Tinchamett (qui est elle-aussi un rapace nocturne de la famille des chouettes et pratiquement blanche, et elle existe aussi en Israël).
Ces 3 espèces sont celles sur lesquelles nos maitres disent qu’elles ont les yeux devant, comme l’homme, et l’on sait que telle est la nature des espèces que l’on appelle aujourd’hui « Hibou » et « Chouette », dont les yeux sont devant, par opposition aux oiseaux qui vivent en journée.

Pourquoi réciter cette bénédiction exclusivement sur ces animaux?
Nos maitres ont instauré de réciter cette bénédiction exclusivement sur ces animaux, parce que leur comportement est véritablement différent des autres animaux habituels. Cette raison est également valable au sujet des espèces d’oiseaux que l’on a citées, et il faut dire qu’ils sont véritablement différents des autres volatiles dans le fait que leur regard ressemble à celui des hommes.
Concernant l’éléphant et le singe, il faut dire que leur comportement est particulier et leur apparence diffère de celle des autres animaux. De ce fait, nos maitres ont instauré de réciter cette bénédiction en les voyant.

Mais on peut encore s’interroger car comme on le sait, il existe de nombreuses autres espèces d’animaux qui s’illustrent par leurs différences aves les autres animaux, et pourtant nos maitres n’ont pas instauré de bénédiction en les voyant?

Le Mele’hett Chélomo (du Gaon Rabbi Chélomo ‘ADANI) sur les Michnayot (Kil’aim chap.8 Michna 6) rapporte:
« L’éléphant et le singe sont des espèces d’animaux et l’on récite en les voyant « Barou’h Méchané Bériyott ». J’ai entendu de la bouche du ‘Ha’ham, ‘Hassid et Kabbaliste Rabbénou Méchoulam z.ts.l que l’on peut à priori s’interroger : en quoi diffèrent-ils ? Chaque animal possède une apparence différente de l’autre ?? Et il a répondu en citant les propos de la Guémara Sanhédrin (109.) selon lesquels lors de la génération Palaga (la Tour de Babel), Hachem punit les hommes en transformant certains d’entre eux en singes et en éléphants. De ce fait, le singe a quelques similitudes avec l’homme, et l’éléphant comprend partiellement le langage humain. C’est pourquoi, on récite en les voyant Barou’h Méchané Bériyott ». Fin de citation.

Visite dans un zoo
Selon certains avis, le fait de regarder ces animaux dans un zoo constitue un interdit pour différentes raisons, mais dans la pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche qu’il est permis de visiter un zoo et de contempler les merveilles d’Hachem, et ainsi réciter la bénédiction sur ces animaux.
Le Lekett Yocher (l’élève du Téroumatt Ha-Déchen, 15ème siècle) écrit que son maitre le Téroumatt Ha-Déchen a dit qu’il n’avait jamais vu un lion de sa vie, et de ce fait il se rendit dans un endroit pour y voir 2 lions que l’on avait emmenés.
De même, notre maitre le ‘HYDA (18ème siècle) écrit dans son livre Midbar Kédémott (section du Beit):

« J’ai vu dans la tour qui se trouve à Londres (Tower Bridge) différentes espèces d’animaux, stupéfiants et très agressifs, presque davantage que les lions, attachés à des chaînes de fer. J’ai vu également un aigle très beau, et l’on m’a rapporté qu’il était âgé de 100 ans. J’ai vu également différentes espèces d’animaux venant d’Amérique. »

Dans son livre Ma’gal Tov (qui est le journal personnel du ‘HYDA, qui fut édité après sa disparition), il ajoute:
« Lorsque je me trouvais à Londres, on m’a emmené à une tour où se trouvaient toutes sortes d’animaux, des lions, des léopards et même un aigle de 100 ans. J’ai vu aussi l’apparence des rois d’Angleterre sculptées dans le métal, chevauchant des chevaux de métal, une image extraordinaire au point où celui qui les voit a l’impression qu’ils sont encore en vie. J’ai vu également une couronne royale avec des pierres précieuses qui brillaient et dont la lumière était éblouissante. » Fin de citation.

Le Gaon de Munkatch écrit lui aussi:
« Lorsque j’étais à Berlin, j’ai visité le zoo royal, et j’y ai vu des singes et des éléphants et toutes sortes d’animaux, des serpents et différents reptiles, c’était merveilleux ! Combien sont grandes Tes œuvres Hachem ! J’ai récité la bénédiction sur les singes, en pensant à m’acquitter aussi pour les éléphants, même s’ils se trouvaient dans une autre pièce dans le zoo. »
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a lui-aussi visité un zoo en France, et il a récité Barou’h Méchané Bériyott sur les singes et les éléphants.

Cependant, les décisionnaires débattent afin de savoir si l’on doit réciter cette bénédiction une seule fois dans sa vie, ou s’il faut la réciter à chaque fois que l’on voit un singe ou un éléphant (après 30 jours depuis la dernière fois où on les a vus)?
Dans la pratique, le Gaon et Richon LéTsion Rabbénou Its’hakYOSSEF Chlita écrit (Chou’t Ha-Richon LéTsion, et c’est ainsi que tranche également son illustre frère le Gaon Rabbi David YOSSEF Chlita dans Halacha Béroura sur chap.225) que l’on ne doit réciter cette bénédiction qu’une seule fois dans sa vie, et ensuite, lorsqu’on verra de nouveau un singe ou un éléphant, on récitera cette bénédiction mentalement, puisqu’il y a un doute sur la question.

En conclusion: Lorsqu’on voit un éléphant ou un singe, on récite la bénédiction Barou’h Ata A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou Mele’h Ha-‘Olam Méchané Bériyott, et l’on ne récite cette bénédiction qu’une seule fois dans sa vie.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha


Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha

Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha