Halacha pour dimanche 12 Av 5780 2 août 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La tradition de briser un verre sous la ‘Houpa (le mariage)

Il est écrit dans le livre des Téhilim (137):
« Si je t’oublie jamais, Jérusalem, que ma droite me refuse son service ! Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens toujours de toi, si je ne place Jérusalem au sommet de toutes mes joies ! »
La Guémara Bava Batra (60b) commente sur ce verset:
« …au sommet de toutes mes joies » - c’est la cendre grillée que les ‘Hatanim (les nouveaux mariés) placent sur leur tête.
En effet, lors de la célébration d’une ‘Houpa, ils avaient l’habitude de placer de la cendre sur la tête du ‘Hatan, en souvenir de la destruction du Beit Hamikdash.
Telle est d’ailleurs la tradition de nombreuses communautés d’origine Ashkenaze, de mettre un peu de cendre sur la tête du ‘Hatan, en souvenir de la destruction du Beit Hamikdash.

Cette tradition est rapportée également par les décisionnaires.
Le RAMBAM, ainsi que MARAN dans le Shoul’han Arou’h la mentionnent en ces termes:
Lorsque le ‘Hatan épouse une femme, il prend de la cendre qu’il placera à sa tête, à l’endroit exact où il met les Téfilin, comme il est dit dans une prophétie sur la consolation d’Israël dans les temps messianiques: « …afin de mettre aux endeuillés de Tsion (Jérusalem), une couronne à la place de la cendre » (Yésha’ya 61), la « couronne » représente les Téfilin.
C’est ainsi que tranchent également le RIF et le ROSH.
Et tel est l’usage de nombreux Ashkenazim, lors de la ‘Houpa, ils placent un peu de cendre sur la tête du ‘Hatan, en souvenir de la destruction du Temple.

Nous devons comprendre pourquoi les Séfaradim n’ont pas cet usage qui est cité explicitement dans la Guémara?

MARAN explique dans le Beit Yossef (Even Haezer chap.65) au nom du KOL BO, qu’il y a des régions dans lesquelles on préfère s’abstenir de cette tradition, par crainte que les Téfilin du ‘Hatan ne soient pas Casher (valables) à ce moment là, et il y aurait lieu de craindre que puisque ne se réalise pas en lui « la cendre à la place de la couronne » (si ses Téfilin ne sont pas Casher, il n’a pas de couronne !), de même ne se réalisera pas en lui la prophétie de Yésha’ya « La couronne à la place de la cendre ».
Toutefois, ces régions adoptent une autre tradition pour rappeler le souvenir de la destruction du Beit Hamikdash lors d’un mariage: ils brisent un verre après avoir récité les Shéva Béra’hot (les 7 Bénédictions) sous la ‘Houpa.
C’est ce que nous faisons aujourd’hui, lors de la ‘Houpa, le ‘Hatan brise un verre en souvenir de la destruction du Beit Hamikdash.

Le MAHARYT, dans son livre TSAFNAT PA’NEYA’H (sur Parashat Dévarim), ajoute une explication au fait de briser exclusivement un verre en verre.
En effet, le verre, même quand il est brisé, possède la particularité de pouvoir être reconstitué en le faisant fondre. Par ce procédé, nous pouvons recréer un nouveau verre.
Il en est de même pour le peuple d’Israël, il dispose lui aussi d’un moyen de réparation, lorsqu’ Hashem délivrera son peuple pour l’éternité!

Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l fait remarquer qu’à notre époque, nous pouvons constater malheureusement qu’un certain comportement émanant de gens ignorants, s’est installé dans nos communautés.
Lorsque le ‘Hatan brise le verre, tous les invités se mettent à sourire en criant « MAZAL TOV ! », et il arrive parfois que le ‘Hatan lui-même se livre de façon grossière à un tel comportement.
Cette mauvais habitude à pour conséquence  de transformer cette belle tradition de briser le verre - qui a pour vocation, d’éveiller de la tristesse sur la destruction de notre prestigieux Beit Hamikdash, et de « placer Jérusalem au sommet de toutes mes joies ! » - en un usage absurde qui n’exprime que rire et légèreté!
De nombreux décisionnaires se sont déjà élevé contre une telle attitude.
Par conséquent, il semble juste qu’avant que le ‘Hatan ne brise le verre, il prononce à haute voix  (et dans une langue comprise par l’assistance !) le verset : « Si je t’oublie jamais, Jérusalem, que ma droite me refuse son service ! Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens toujours de toi, si je ne place Jérusalem au sommet de toutes mes joies ! ».
Grâce à cela, peut être que l’assemblé préservera une attitude de respect et de dignité!

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha


Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha