Halacha pour vendredi 8 Av 5779 9 août 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

« Maudits soient les calculateurs du temps de la rédemption finale ! »

La Guémara Sanhedrin cite la célèbre malédiction de Rabbi Chémouel Bar Nah’mani à l’encontre de ceux qui calculent la fin de l’exil : « Maudits soient les calculateurs du temps de la rédemption finale ! »

La raison pour laquelle il ne faut pas calculer la date de la Rédemption Finale
En effet, lorsqu’on s’autorise à établir un calcul sur la fin de l’exil (à partir d’allusions citées dans le livre de Daniel), on cause par cela le désespoir parmi le peuple qui se découragera de la venue du Machiah’ voyant la fin de l’exil trop reculée dans le temps.

il est de triste notoriété que le peuple d’Israël a souffert il y a plus de 300 ans, lorsqu’apparut le faux Machiah’ Chabbétaï Tsévi qui réalisa des miracles, et en qui de nombreuses personnes ont cru voir le Machiah’ libérateur d’Israël. Or, puisque le peuple était certain que se dévoilait à lui le Machiah’ fils de David, chacun se hâta de se repentir et de multiplier les bonnes actions, en jeûnant pour expier ses fautes, puisque le temps de rendre des comptes arrivait, et Hachem allait rétribuer les Tsaddikim et châtier les impies selon leurs actes. C’est pourquoi, tout le monde se dépêcha de se renforcer dans le service divin. Mais lorsque la supercherie de Chabbétaï Tsévi fut découverte, et que l’on comprit qu’il n’était pas le Machiah’ -  puisque par crainte de la royauté turque il décida de se convertir à l’islam - le cœur du peuple se brisa et son esprit s’attrista en voyant que leur consolateur était encore loin.

Puis, quelques temps plus tard, dans les pays Achkénazes, le trouble augmenta avec des gens qui se voulaient les disciples de Chabbétaï Tsévi qui rendaient hommage à leur maître par des actes inacceptables, et par leur fautes, plusieurs grands de ce monde furent soupçonnés d’appartenir à la secte de Chabbétaï Tsévi, et se voyaient humiliés en public pour des faits qu’ils n’avaient pas commis.
En conséquence, le respect envers la Torah diminua de façon significative dans les pays Achkénazes, au point de laisser la place à la « Haskala » (le siècle des lumières) pour installer ses conceptions mêlées d’idées hérétiques et renégates au sein du peuple d’Israël. Ce qui engendra de terribles catastrophes spirituelles pour Israël.

Nous apprenons de tout cela à quel point les sujets du messianisme et du calcul du temps de la rédemption finale sont des sujets graves, car ils ont des conséquences et des retombées infinies. Toute personne voulant se préserver, doit s’éloigner de ces sujets.

Le MALBIM a calculé la Fin des Temps
La Gaon MALBIM établit dans son livre un calcul sur la fin de l’exil.
Lorsqu’il fut interrogé sur cela à partir des propos de Rabbi Chémouel Bar Nah’amani, il répondit qu’il n’y a d’interdiction de calculer la fin de l’exil que lorsque la fin est encore très lointaine, comme du temps de nos maîtres du Talmud où les gens pouvaient se décourager de la venue du Machiah’, voyant que la fin de l’exil était annoncée dans de nombreuses années. Mais à présent où nous nous trouvons grâce à Hachem très proches de la venue du Machiah’, il est permis de calculer la fin de l’exil.
Notre maître le Rav z.ts.l cite tout ceci dans ses Dérachot.

Cependant, il faut se comporter avec beaucoup de discernement et ne pas innover chaque jour de nouvelles découvertes sur la venue proche du Machiah’, car au contraire, cela ne peut qu’entraîner le public à ne plus accorder de crédit à ces choses là, ce qui représenterait un gros dégât.
Mais nous devons guetter très fortement la proche rédemption, qui se réalisera rapidement et de nos jours. Mais tout dépend de nos actes ! Si le nombre de Ba’alé Téchouva augmente considérablement au sein du peuple d’Israël, aussi bien de véritables Ba’alé Téchouva, aussi bien des gens déjà qualifiables de religieux orthodoxes, mais qui doivent eux aussi faire un repentir chacun à son niveau individuel, à ce moment-là, Hachem hâtera notre délivrance.
Cela dépend aussi de la mesure avec laquelle nous prenons conscience de la perte du Temple et de notre exil spirituel et physique, car malheureusement l’obscurité recouvre la terre de nos jours, et il n’y a pas un jour plus maudit que le précédent.
Les assidus dans l’étude de la Torah ainsi que les décisionnaires ont diminué. Il est donc certain que nous devons davantage implorer Hachem afin qu’il hâte notre délivrance, dans la bonté et la miséricorde, rapidement et de nos jours, Amen.

Il y a environ 18 ans, notre maître le Rav z.ts.l raconta à deux occasions à travers ses ouvrages qu’il vit en rêve le Machiah’ Fils de David au Kotel Ha-Ma’aravi (le Mur Occidental). Notre maître le Rav z.ts.l demanda au Machiah’:
« Quand viendras-tu délivrer Israël ? »
Le Machiah’ lui répondit : « Barouh’ Hachem ! Il y a de nombreuses personnes qui font Téchouva, et si d’autres personnes font elles aussi Téchouva, je pourrais dans quelques temps venir délivrer Israël, la chose n’est pas loin. »

Par conséquent, il faut influencer les autres à se repentir de façon sincère devant Hachem. « Celui qui fait beaucoup ou celui qui fait peu, ce qui compte c’est de diriger son cœur vers Hachem ».

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha