Halacha pour mercredi 3 Tishrei 5780 2 octobre 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Hamele’h Hakadoch

  מרן זצ"ל בעריכת הכפרות

Aujourd’hui, nous sommes à la date du 3 Tichri qui est le jeûne de Guédalya, et les règles relatives à ce jeûne ont déjà été développées à plusieurs reprises sur notre site dans les règles relatives aux autres jeûnes.

Il est enseigné dans la Guémara Béra’hot (12b):
Rabba Bar ‘Hinnana dit au nom de Rav:
Durant toute l’année, nous disons dans la ‘Amida quotidienne « Hael Hakadoch », et « Mele’h Ohev Tsedaka Oumichpatt », mais durant les 10 jours, depuis  Roch Hachana jusqu’à Yom Kippour, nous disons « Hamele’h Hakadoch », et « Hamele’h Hamichpat ».
Explication : Durant toute l’année, nous terminons la 3ème bénédiction de la ‘Amida quotidienne, par les termes « Hael Hakadoch » (« le D.ieu Saint »), ainsi que la 11ème bénédiction de la ‘Amida des jours de semaine par les termes, « Mele’h Ohev Tsedaka Oumichpat » (« le Roi qui aime la justice et le jugement »).
Mais durant les 10 jours, depuis Roch Hachana jusqu’à Yom Kippour, nous modifions ces deux terminaisons par les termes « Hamele’h Hakadoch » (« le Roi Saint »), et « Hamele’h Hamichpat » (« le Roi du jugement »).
Rachi explique que durant cette période, Hachem montre sa royauté en jugeant le monde. Cela signifie que la conduite d’Hachem durant cette période est davantage celle d’un roi qui juge l’univers, et c’est pourquoi nous devons le mentionner sous ce qualificatif dans la prière.

Si une personne prie la ‘Amida durant les 10 jours de Téchouva, et qu’au milieu de sa prière, ou même si elle a terminé la ‘Amida, cette personne a le doute si elle a dit « Hael Hakadoch » ou « Hamele’h Hakadoch », dans ce cas là, l’opinion de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l est qu’il faut recommencer la ‘Amida depuis le début, puisqu’il est plus que probable que cette personne a dit « Hael Hakadoch », selon son habitude de toute l’année, et dans ce cas, la Halacha considère que cette personne n’a pas prier la ‘Amida, puisqu’elle a omis de citer les termes exacts de la prière.

Si une personne a dit par erreur « Hael Hakadoch », et qu’elle s’est corrigé immédiatement en disant  « Hamele’h Hakadoch », c'est-à-dire avant que ne s’écoule le laps de temps que l’on appelle « TO’H KEDE DIBOUR » qui représente le temps qu’il faut pour dire « CHALOM ‘ALE’HA RABBI », environs 2 secondes, cette personne est quitte et ne doit pas recommencer la ‘Amida du début.
De même pour la bénédiction de « Hachiva Chofétenou », si une personne a dit par erreur « Mele’h Hoev Tsedaka Oumichpatt », et qu’elle s’est corrigé immédiatement en disant « Hamele’h Hamichpatt », c'est-à-dire avant que ne s’écoule le laps de temps que l’on appelle « TO’H KEDE DIBOUR », cette personne est quitte, et ne doit pas reprendre la ‘Amida depuis le début de la bénédiction de « Hachiva Chofétenou », mais simplement poursuivre jusqu’à la fin.

Si une personne a dit par erreur « Hamele’h Hamichpatt », mais ne s’est pas corrigée avant que ne s’écoule le temps de TO’H KEDE DIBOUR, et se rend compte de son erreur avant d’avoir terminé la ‘Amida, elle ne reprend pas du début de la ‘Amida, mais seulement depuis la bénédiction de « Hachiva Chofétenou » et poursuit jusqu’à la fin.
Mais si cette personne se rend compte de son erreur après avoir terminé la ‘Amida, c'est-à-dire après avoir dit le dernier IHYOU LERAYTSON IMRE FI, même si elle n’a pas encore reculé, cette personne doit reprendre sa ‘Amida depuis le début.

Les Ashkenazim, conformément à l’opinion du RAMA dans le Choul’han Arou’h Ora’h ‘Haïm chap.118, n’ont pas la tradition de reprendre la ‘Amida en cas d’erreur sur Hamele’h Hamichpatt, aussi bien quand on s’en rend compte au milieu de la ‘Amida, aussi bien quand on s’en rend compte après avoir terminé la ‘Amida.
Même pour un Juif Sefarade, qui doit reprendre la ‘Amida même dans le cas d’une erreur sur « Hamele’h Hamichpatt » comme nous l’avons expliqué plus haut, il est bon qu’avant de reprendre sa ‘Amida du début, il émette la condition suivante:
« Si je suis réellement tenu de reprendre la ‘Amida, je prie en tant qu’obligation, mais si je ne suis pas tenu de reprendre la ‘Amida, qu’elle soit considérée comme NEDAVA (une prière offerte à Hashem) ».

Durant les 10 jours de Téchouva, nous avons l’usage d’ajouter dans la ‘Amida les phrases « Zo’hrénou Lé’haïm », « Mi ‘Hamo’ha », Ou’htov Lé’haïm Tovim », et « Ouvséfer ‘Haïm Béra’ha Véchalom », comme imprimé dans les rituels de prières. Si l’on a omis d’ajouter la phrase « Zo’hrénou Lé’haïm » et que l’on s’en rend compte au milieu de la bénédiction de « Chéma’ Kolénou », on est autorisé à l’incérer dans cette bénédiction avant de conclure par « Ki Ata Choméya’ Téfilatt Kol Pé, Barou’h … », car dans cette bénédiction précise on est autorisé à exprimer des demandes personnelles, et « Zo’hrénou Lé’haïm » est aussi considéré comme une demande pour la personne. Par contre, si l’on a omis la phrase « Mi ‘Hamo’ha », on n’est pas autorisé à l’incérer dans la bénédiction de Chéma’ Kolénou car cette phrase n’est qu’une glorification d’Hachem et non une demande.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

העובר דירה, יכול להוציא את המזוזה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Bérah’a de Léshev Ba-Souccah

Question: Quel est l’usage le plus juste selon la Halah’a concernant la Bérah’a de « Léshev Ba-Souccah » : Faut-il la réciter debout, avant de s’asseoir pour prendre le repas dans la Souccah, ou bien faut-il réciter cette Bérah&r......

Lire la Halacha

Le devoir d’habiter dans la Souccah

Le devoir de siéger dans la Souccah Il est dit dans notre sainte Torah  (Vayikra 23):  « Vous habiterez dans des Souccot pendant 7 jours. Chaque membre d’Israël devra habiter dans les Souccot. Afin que les générations futures sachent que j&rsquo......

Lire la Halacha

« Hocha’ana Rabba »

La tradition des prières le soir de Hocha’ana Rabba Le 7ème jour de la fête de Soukkot – qui tombera cette année ce dimanche (depuis samedi soir) – est appelé le jour de « Hocha’ana Rabba », et l’on augmente ce jour l&agrav......

Lire la Halacha

La veille de Yom Kippour – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l en 5768 : « Je pardonne à tout le monde ! »

Le devoir de consommer la veille de Yom Kippour Il est écrit dans la Torah (Vaykra 23): « …Vous jeûnerez le 9 du mois, au soir… » Ce qui veut dire que, dès le soir qui précède le 10 Tichré, entre en vigueur l’obligation de j......

Lire la Halacha


La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

Le statut de celui qui oublie « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l&rs......

Lire la Halacha

La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les diffé......

Lire la Halacha

Sim’hatt Torah

Le RAMBAM écrit (chap.8 des règles relatives au Loulav): Bien qu’il soit un devoir de se réjouir lors de toutes les fêtes, lors de la fête de Soukkot il y avait dans le Temple une joie particulièrement intense, comme il est dit : « Vous vous r&eac......

Lire la Halacha