Halacha pour jeudi 17 Sivan 5778 31 mai 2018

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Laitue provenant d’une production non surveillée

Question: Est-il permis d’utiliser une laitue ordinaire vendue dans le commerce, sans surveillance particulière au sujet des vers ? Qu’en est-il des feuilles de vigne?

Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Péssah’im (24a) que toute personne consommant un ver est condamnable pour la transgression de 5 interdits de la Torah. Le Gaon Rabbi H’aïm BENBENICHTI – auteur du Kénesset Ha-Guédola – écrit (Y.D chap.84) au sujet de la laitue : « Dans ces contrés (il vivait en Turquie) les vers sont très fréquents, et il faut exercer une bonne vérification, car les vers sont très fins et très petits, et leur apparence ressemble à celle du légume lui-même. Auparavant, je consommais la laitue (pour la Mitsva du Maror le soir de Péssah’) au moyen d’une grande vérification, mais récemment, je m’en abstiens catégoriquement, et je ne consomme que le cœur qui est blanc et toujours avec vérification. »

Il est rapporté dans les usages du Gaon auteur du H’atam Sofer (règles de Péssah’ note 18) que le H’atam Sofer avait l’usage d’utiliser la laitue le soir de Péssah’. Mais des jeunes étudiants en Torah étaient nommés pour la vérifier au préalable à la loupe. Tout ceci uniquement le soir de Péssah’, mais le reste de l’année, un tel légume n’apparaissait pas à sa table.

De même, le Gaon Rabbenou Yossef H’AÏM écrit dans son livre Ben Ich H’aï (Tsav note 27) que l’épouse – qui représente la poutre du foyer – doit être très vigilante lors de la vérification des feuilles de laitue dans lesquelles se trouvent des vers, car tous les membres du foyer se fient à elle pour ça, et si elle se montre négligente dans la vérification, la faute lui sera imputée. Il est même probable qu’elle se rende passible par une telle attitude de la sentence de « Malkout » (39 coups) beaucoup plus de fois que le nombre de cheveux de sa tête, car pour chaque ver consommé on est passible de 5 fois cette sentence ! Si les membres du foyer sont nombreux et qu’il est difficile de vérifier la laitue car une telle vérification demanderait beaucoup de temps, il faut retirer les feuilles et prendre uniquement les cœurs, car leur vérification est facile et l’on peut s’en acquitter de la Mitsva de Maror.

Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l cite tout ceci dans son livre Chou’t Yéh’avé Da’at (vol.1 chap.18).

Le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l traite (Chou’t Iguérot Moché sect. O.H vol.4 chap.91) au sujet du chou, afin de définir si l’on peut le consommer après une vérification ordinaire que l’on réalise pour les vers. Il écrit : « Lorsque nous étions en Europe, les choux étaient réputés pour contenir beaucoup de vers, et cela nécessitait une grande vérification, mais ici en Amérique, les choux ne contiennent absolument pas de vers. C’est pourquoi, une vérification ordinaire suffit pour consommer les choux d’Amérique. Il en est de même pour la laitue poussant dans des contrées où elle ne contient pas de vers. Mais un légume réputé pour contenir de nombreux vers, ou bien les endroits où les choux ou les laitues contiennent des vers, ceux-ci sont de couleur verte et sont de très petite taille, et il ne faut pas se fier à toute personne pour la vérification de ce type de feuilles. »

Dans nos contrés et de notre époque, l’expérience a prouvé que les feuilles de laitue sont remplies de vers par centaines. Il est quasiment impossible de les vérifier correctement. Lorsque notre maître le Rav z.ts.l était jeune, il vit un jour dans une famille que l’on nettoya correctement les feuilles de laitue avec du vinaigre, et qu’on les vérifia ensuite à la lumière, puis on les plaça à table pour la Mitsva du Maror. Notre maître la Rav z.ts.l pris les feuilles et les plaça sur une nappe blanche face au soleil. Au bout de quelques minutes, on vit la nappe entièrement remplie de vers qui étaient sortis de la laitue.

C’est pourquoi, notre maître le Rav z.ts.l tranche qu’il est préférable de prendre pour la Mitsva de Maror uniquement les cœurs blancs de la laitue, et non les feuilles vertes. Même ainsi, on ne peut autoriser qu’au moyen d’une minutieuse vérification dans le calme.
Cependant, il existe des pays (Amérique du sud) où l’on prétend que la laitue locale n’est pas tellement infestée de vers et qu’il est possible de la vérifier. Les habitants de ces endroits se doivent de vérifier la véracité de ces propos, et s’il est effectivement possible de poursuivre leur usage de consommer la laitue.

Ces dernières années, les habitants du « Gouch Katif » ont commencé à produire de la laitue sous serres surveillées, de sorte qu’il n’y a plus de risque. De même, après leur expulsion de ces régions, ils continuèrent à produire cette laitue selon le même procédé. Après un bon rinçage conformément aux instructions des producteurs, il est possible de consommer de ces feuilles de laitue. D’autres ont ensuite suivis leur exemple et des sociétés commercialisent elles-aussi ce type de laitue. Par conséquent, il est très souhaitable de ne pas acheter une laitue d’une autre production, mais uniquement d’une production surveillée sans risque de présence de vers. C’est ainsi que notre maitre le Rav z.ts.l tranchait.

La personne craignant pour elle-même et ne désirant pas acheter ce type de production en raison des différents pesticides utilisés dans ces productions - ce qui représente un certain danger - peut s’imposer la rigueur sur ce point, mais il ne faut en aucun cas acheter une production de laitue non surveillée, car cela pose un très grand risque de présence de vers.

Concernant les feuilles de vignes, il y a déjà environ plus de 100 ans que les sages de la ville de Alep (Syrie) ont décrété l’interdiction formelle de consommer les feuilles de vignes, puisqu’il est impossible de les vérifier correctement des vers qu’elles contiennent. Cependant, il existe de nos jours des feuilles de vignes conservées et préservées, provenant de productions sous surveillance.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels  

Ce lundi 7 novembre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous commencerons (en Erets Israël) à demander les pluies dans ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts.  L’institutio......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha