Halacha pour dimanche 24 Tammuz 5781 4 juillet 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Le vernis à ongles lors de la Nétilatt Yadaïm

Question: Il y a du vernis sur mes ongles, dois-je le retirer avant de procéder à la Nétilatt Yadaïm?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il faut être vigilant avant la Nétilatt Yadaïm et veiller à ce qu’il n’y ait pas d’élément séparateur (« ‘Hatsitsa ») entre la main et l’eau. Par exemple, une saleté ou autre.
Tout élément considéré comme « ‘Hatsitsa » lors de l’immersion dans le Mikvé, l’est également lors de la Nétilatt Yadaïm, comme nous l’avons expliqué.

Nous avons écrit qu’un élément séparateur (dans une petite partie de la main), et dont la plupart des gens n’ont pas l’exigence personnelle de retirer, comme une saleté provenant de la poussière ou autre, si elle se trouve sous l’ongle dans la partie collée à la peau des doigts, elle n’est pas considérée comme « ‘Hatsitsa » lors de la Nétilatt Yadaïm, car ainsi ont appris nos maitres dans une Halacha enseignée oralement à Moché Rabbénou sur le Mont Sinaï.

A présent, nous devons débattre au sujet d’une femme qui pose du vernis sur les ongles des ses mains. Ce vernis est-il considéré comme « ‘Hatsitsa » ou pas?

Les propos du RACHBA
La chose prend sa source dans une Responsa du RACHBA (dans les Responsas attribuées au RAMBAN chap.124), où il est stipulé que la teinte que les femmes posent sur leurs mains pour des raisons de beauté, n’est pas considérée comme « ‘Hatsitsa », car « il s’agit d’un élément de beauté pour elles, et elles n’ont donc pas l’exigence personnelle de le retirer, au contraire, elles désirent qu’il pérennise.
De plus, cet élément n’est pas concret. » Fin de citation.

Deux raisons pour autoriser la teinte que les femmes posaient sur leurs mains apparaissent dans ses propos:

La première raison : Les femmes n’ont pas l’exigence personnelle de le retirer, au contraire, elles désirent qu’il pérennise.
La deuxième raison : Cette teinte n’avait pas un aspect concret (car elle était absorbée dans la peau du corps, elle n’était pas concrète à l’œil nu lorsqu’elle était appliquée, comme une teinte de cheveux), et de ce fait elle n’est pas considérée comme « ‘Hatsitsa ».

Le vernis que les femmes posent de notre époque
Concernant le vernis que les femmes posent de notre époque, il semble qu’elles n’ont pas l’exigence personnelle de le retirer, au contraire elles désirent qu’il pérennise (lorsqu’il est entier, et non lorsqu’il est effrité car dans ce cas elles désirent le retirer). Mais selon la deuxième raison donné par le RACHBA, « absence d’apparence concrète lorsqu’il est appliqué », la chose n’est pas évidente pour le vernis de notre époque, car il s’agit bien d’un élément concret, qui créé une couche sur l’ongle.

La règle dans la pratique, pour la Nétilatt Yadaïm et pour l’immersion dans le Mikvé
Sur le plan de la Halacha, il est expliqué à partir des propos de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h (chap.161-2) que tant qu’elles n’ont pas l’exigence personnelle de le retirer, et qu’au contraire elles désirent son maintien, il n’est pas nécessaire de le retirer, même s’il possède un aspect concret après son application.

Par conséquent, tant que les femmes désirent le maintien de leur vernis, lorsqu’il n’est pas effrité par le temps, il n’est pas considéré comme « ‘Hatsitsa » lors de la Nétilatt Yadaïm. Elles peuvent même Lé’haté’hila (à priori) procéder à la Nétilatt Yadaïm avec le vernis sur les ongles.

Il est certain que pour l’immersion d’une femme dans le Mikvé, elle se doit Lé’haté’hila (à priori) de retirer le vernis de ses ongles, car sur ce point, les femmes d’Israël ont l’usage de veiller à ne pas laisser sur elles le moindre élément séparateur, même s’il n’est pas considéré comme « ‘Hatsitsa » selon le Din.
Ce n’est que Bédi’avad (à postériori), lorsqu’une femme insiste pour s’immerger exclusivement sans retirer le vernis, que nous lui autorisons à le faire, comme l’a enseigné notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l sur ce point.

Conclusion: Une femme qui a du vernis sur ses ongles, est autorisée à procéder à la Nétilatt Yadaïm avec le vernis, tant qu’elle désire qu’il pérennise et qu’elle ne désire pas le retirer.

Concernant l’immersion dans le Mikvé, on peut aussi autoriser, en cas de force majeure, s’il n’y a pas d’autre solution.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Les choses qui provoquent les pertes de mémoire

Les 5 choses qui provoquent l’oubli de l’étude Il est ramené dans la Guémara Horayot (13b): Nos maîtres enseignent: il y a 5 situations qui provoquent l’oubli de l’étude: lorsqu’on consomme les restes de nourritures consommés p......

Lire la Halacha

Observer l’arc en ciel

La personne qui observe l’arc en ciel  Nos maîtres enseignent dans la Guémara H’aguiga (16a): Celui qui observe l’arc en ciel, ses yeux s’affaiblissent, comme il est dit (dans le livre du prophète Yéh’ezkel 1-28): « Tel l'......

Lire la Halacha

Est-ce que goûter un aliment nécessite une bénédiction?

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer - au sujet des bénédictions alimentaires que nous récitons avant de consommer, comme la bénédiction de « Chéhakol » ou celle de « Mézonot »......

Lire la Halacha


A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté d......

Lire la Halacha

Interruption entre la bénédiction et la consommation

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on récite une bénédiction sur un aliment, il est interdit de prononcer la moindre parole, jusqu’à ce que l’on consomme l’aliment. Nous avons écrit qu’il fa......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&rs......

Lire la Halacha

Quand peut-on parler après avoir réciter une bénédiction sur un aliment?

Question: A quel moment est-il permis de parler lorsqu’on a récité une bénédiction sur un aliment ? Est-il permis de parler immédiatement après avoir introduit l’aliment dans la bouche et après avoir ressentit le goût de l’alim......

Lire la Halacha