Halacha pour dimanche 22 Tevet 5779 30 décembre 2018

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Un Aron Ha-Kodech (armoire sainte où sont posés les Sifré Torah) sans rideau

Question: Une synagogue dans laquelle se trouve un splendide Aron Ha-Kodech que l’on va recouvrir d’or, est-il permis de retirer définitivement son rideau afin de montrer sa beauté aux fidèles?

Réponse: Avant tout, il n’y a pas le moindre doute que le fait d’embellir le Aron Ha-Kodech représente une très grande Mitsva, comme nos maîtres nous l’enseignent (Chabbat 133b) : « Celui-ci est mon D., je l’embellirais » - Embellis les Mitsvot que tu accomplis devant Lui. Réalise une belle Soukka ; procure toi un beau Loulav ; procure toi un beau Tsitsit ; un beau Sefer Torah ; rédigé avec une belle encre ; enroule le avec de beau tissus.

Il est enseigné dans le traité Yoma (70a) qu’à l’époque du Beit Ha-Mikdach, chacun apportait son Sefer Torah et lisait en public, afin de montrer son aspect au public. Rachi explique : Afin de montrer la beauté du Sefer Torah et la grandeur de son propriétaire qui s’est investir à l’embellir, comme il est dit : « Celui-ci est mon D., je l’embellirais ».

Ici aussi, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yé’havé Da’at vol.6 chap.9), qu’il est juste de montrer l’aspect et la beauté du splendide Aron Ha-Kodech lorsqu’on tire le rideau et que l’on ouvre ses porte pour en sortir le Sefer Torah et l’y introduire.

Mais retirer définitivement le rideau du Aron Ha-Kodech est inconcevable, car en réalité cette tradition répandue dans toutes les communautés juives de recouvrir le Aron Ha-Kodech d’un rideau est mentionnée dans les propos des Tossafot (Méguila 26b), et il ne s’agit pas seulement d’esthétique, mais aussi en correspondance à un verset de la Torah en rapport avec le Michkan (Chémot 26-33) : « Le rideau fera séparation pour vous entre le Kodech et le Kodeh – Ha-Kodachim. » (Dans certaines synagogues Séfarades, on a même l’usage d’ajouter un deuxième rideau à l’intérieur du Aron Ha-Kodech, comme l’écrit le Gaon auteur du Chou’t Yaskil ‘Avdi vol.4 sect. O.H chap.7).

De même, il est expliqué dans le Chou’t Zéra’ Emet (vol.1 sect. O.H chap.26) que même si le Aron Ha-Kodech est particulièrement beau, et qu’il est encore plus beau sans rideau, malgré tout, il n’est pas juste de retirer définitivement le rideau, car cette tradition n’est pas seulement basée sur de l’esthétique mais aussi en relation avec le verset « Le rideau fera séparation pour vous entre le Kodech et le Kodeh – Ha-Kodachim. ». Cette tradition est aussi basée sur le fait de recouvrir les objets sacrés.
Le Téroumat Ha-Dechen écrit lui aussi (chap.68) que le rideau suspendu devant le Aron Ha-Kodech a pour fonction la discrétion et le respect.

Selon cela, même si le Aron Ha-Kodech est plus beau sans rideau, on ne doit pas modifier la tradition d’Israël répandue dans tout le peuple d’Israël et basée sur de solide fondements.

Notre maître le Rav z.ts.l ajoute que le fait de placer un rideau devant le Aron Ha-Kodech a aussi pour raison le fait que le Aron Ha-Kodech possède une sainteté très élevée car il est un « Tachmich Kédoucha » (il sert directement la sainteté en contenant les Sifré Torah), alors que le rideau n’est que « Tachmich Dé-Tachmich » (puisque le rideau ne sert qu’à recouvrir le Aron), et il n’est pas correct que l’assemblée régale ses yeux de la sainteté du Aron lui-même en permanence. Le Rav cite des preuves à ses propos.

Nous savons qu’une tradition du peuple d’Israël a force de loi (Tossafot sur Ména’hot 20b), et par conséquent, il ne faut pas porter atteinte aux traditions en voulant les modifier. Le Mahary KOLON s’est déjà longuement étendu sur le sujet dans l’une de ses réponses Hala’hiques (Chorech 9), afin de prouver à partir de la Guémara (Ta’anit 28b) qu’il ne faut annuler aucune tradition. Il cite aussi Rabbi Its’hak IBN GIAT selon lequel il ne faut modifier aucune tradition locale, même pour adopter une meilleur tradition. Ainsi écrivent également d’autres grands décisionnaires.
Le Gaon Rabbi Yéhouda ‘Ayach écrit dans son livre Maté Yéhouda (vol.2 chap.582 page 36a) qu’il ne faut absolument pas modifier les saintes traditions d’Israël, et celui qui se le permettrait se verrait perdant et ne ferait que se tromper. Il est aussi qualifiable de « briseur de la barrière » érigée par nos maîtres, car chaque tradition possède une racine et une source d’En Haut.
Le Gaon s’exprime également ainsi dans son livre Chou’t Beit Yéhouda (sect. O.H chap.60) où il ajoute que tous les Rabbanim qui ont dirigés leurs communautés respectives selon la Torah ont toujours veillés à ne jamais modifier les traditions d’Israël, ils se sont investit afin de préserver la tradition et en la renforçant très solidement avec des moyens très puissants.

Par conséquent, notre maître le Rav z.ts.l en conclut qu’il en est de même dans notre sujet, il faut donc maintenir la tradition de couvrir le Aron Ha-Kodech avec un rideau, même si le Aron est particulièrement splendide.
Il en est ainsi dans la synagogue de notre maître le Rav z.ts.l où le Aron est recouvert d’un rideau, conformément à l’ancienne tradition d’Israël.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de la prière de rattrapage

Lors des dernières Halachot, nous avons traité du cas de la personne qui a oublié l’une des prières journalières, et nous avons établi que cette personne est tenue de rattraper la prière manquée, en priant 2 fois la ‘Amida lors de l......

Lire la Halacha

Prier ‘Arvit en guise de « ‘Amida offerte » (Téfilatt Nédava)

Dans les précédente Halacha, nous avons fait mention du cas de celui qui prie la ‘Amida et se souvient soudainement qu’il a déjà prié cet office. Nous avons établit qu’il doit immédiatement interrompre la ‘Amida puisque ses b&e......

Lire la Halacha

Shavou’ot - Le Don de le Torah : Israël et les Anges

Guémara Shabbat (88): Rabbi Yéhoshou’a Ben Levi dit : Lorsque Moshé Rabbenou monta dans les hauteurs (pour aller recevoir la Torah), les Anges du Service Divin s’exclamèrent devant Hashem en disant : « Maître du Monde ! Que vi......

Lire la Halacha

Cas pratiques sur la « prière de rattrapage » – Statut des femmes sur ce sujet

Dans les précédentes Halachot diffusées avant Chavou’ot, nous avons expliqué de façon générale le principe de rattraper une prière manquée, principe selon lequel, lorsqu’on a oublié de prier l’une de prièr......

Lire la Halacha


Une personne est en train de prier la ‘Amida et se rappelle qu’elle a déjà prié cet office

Question: Comment faire lorsqu’on est en train de prier la ‘Amida et que l’on se souvient subitement que l’on a déjà prié cet office? Réponse: Nous avons déjà expliqué que selon le strict Din une personne peut prier une &lsq......

Lire la Halacha

La veillée de Chavou’ot

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch : Les premier......

Lire la Halacha

Questions/Réponses Halacha Yomit - ‘Hanoukatt Ha-Baït (inauguration de la maison) – L’étude du Moussar (morale) – L’influence de l’étude du Moussar

Recueil de réponses données ces derniers temps Question: Est-ce que le repas de ‘Hanoukatt Ha-Baït (inauguration d’un appartement ou d’une maison) est considéré comme « Sé’oudatt Mitsva »? Réponse: Si l’o......

Lire la Halacha

Une pâte à pâtisserie ou du chocolat à base de lait

Lors des dernières Halachot, nous avons expliqué que nos maitres ont interdit de pétrir et de cuire une pâte à pain faite à base de lait (ou inversement, avec de la graisse de viande), par crainte que l’on consomme cette pâte avec de la viande (ou......

Lire la Halacha