Halacha pour dimanche 22 Tevet 5779 30 décembre 2018

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Un Aron Ha-Kodech (armoire sainte où sont posés les Sifré Torah) sans rideau

Question: Une synagogue dans laquelle se trouve un splendide Aron Ha-Kodech que l’on va recouvrir d’or, est-il permis de retirer définitivement son rideau afin de montrer sa beauté aux fidèles?

Réponse: Avant tout, il n’y a pas le moindre doute que le fait d’embellir le Aron Ha-Kodech représente une très grande Mitsva, comme nos maîtres nous l’enseignent (Chabbat 133b) : « Celui-ci est mon D., je l’embellirais » - Embellis les Mitsvot que tu accomplis devant Lui. Réalise une belle Soukka ; procure toi un beau Loulav ; procure toi un beau Tsitsit ; un beau Sefer Torah ; rédigé avec une belle encre ; enroule le avec de beau tissus.

Il est enseigné dans le traité Yoma (70a) qu’à l’époque du Beit Ha-Mikdach, chacun apportait son Sefer Torah et lisait en public, afin de montrer son aspect au public. Rachi explique : Afin de montrer la beauté du Sefer Torah et la grandeur de son propriétaire qui s’est investir à l’embellir, comme il est dit : « Celui-ci est mon D., je l’embellirais ».

Ici aussi, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yé’havé Da’at vol.6 chap.9), qu’il est juste de montrer l’aspect et la beauté du splendide Aron Ha-Kodech lorsqu’on tire le rideau et que l’on ouvre ses porte pour en sortir le Sefer Torah et l’y introduire.

Mais retirer définitivement le rideau du Aron Ha-Kodech est inconcevable, car en réalité cette tradition répandue dans toutes les communautés juives de recouvrir le Aron Ha-Kodech d’un rideau est mentionnée dans les propos des Tossafot (Méguila 26b), et il ne s’agit pas seulement d’esthétique, mais aussi en correspondance à un verset de la Torah en rapport avec le Michkan (Chémot 26-33) : « Le rideau fera séparation pour vous entre le Kodech et le Kodeh – Ha-Kodachim. » (Dans certaines synagogues Séfarades, on a même l’usage d’ajouter un deuxième rideau à l’intérieur du Aron Ha-Kodech, comme l’écrit le Gaon auteur du Chou’t Yaskil ‘Avdi vol.4 sect. O.H chap.7).

De même, il est expliqué dans le Chou’t Zéra’ Emet (vol.1 sect. O.H chap.26) que même si le Aron Ha-Kodech est particulièrement beau, et qu’il est encore plus beau sans rideau, malgré tout, il n’est pas juste de retirer définitivement le rideau, car cette tradition n’est pas seulement basée sur de l’esthétique mais aussi en relation avec le verset « Le rideau fera séparation pour vous entre le Kodech et le Kodeh – Ha-Kodachim. ». Cette tradition est aussi basée sur le fait de recouvrir les objets sacrés.
Le Téroumat Ha-Dechen écrit lui aussi (chap.68) que le rideau suspendu devant le Aron Ha-Kodech a pour fonction la discrétion et le respect.

Selon cela, même si le Aron Ha-Kodech est plus beau sans rideau, on ne doit pas modifier la tradition d’Israël répandue dans tout le peuple d’Israël et basée sur de solide fondements.

Notre maître le Rav z.ts.l ajoute que le fait de placer un rideau devant le Aron Ha-Kodech a aussi pour raison le fait que le Aron Ha-Kodech possède une sainteté très élevée car il est un « Tachmich Kédoucha » (il sert directement la sainteté en contenant les Sifré Torah), alors que le rideau n’est que « Tachmich Dé-Tachmich » (puisque le rideau ne sert qu’à recouvrir le Aron), et il n’est pas correct que l’assemblée régale ses yeux de la sainteté du Aron lui-même en permanence. Le Rav cite des preuves à ses propos.

Nous savons qu’une tradition du peuple d’Israël a force de loi (Tossafot sur Ména’hot 20b), et par conséquent, il ne faut pas porter atteinte aux traditions en voulant les modifier. Le Mahary KOLON s’est déjà longuement étendu sur le sujet dans l’une de ses réponses Hala’hiques (Chorech 9), afin de prouver à partir de la Guémara (Ta’anit 28b) qu’il ne faut annuler aucune tradition. Il cite aussi Rabbi Its’hak IBN GIAT selon lequel il ne faut modifier aucune tradition locale, même pour adopter une meilleur tradition. Ainsi écrivent également d’autres grands décisionnaires.
Le Gaon Rabbi Yéhouda ‘Ayach écrit dans son livre Maté Yéhouda (vol.2 chap.582 page 36a) qu’il ne faut absolument pas modifier les saintes traditions d’Israël, et celui qui se le permettrait se verrait perdant et ne ferait que se tromper. Il est aussi qualifiable de « briseur de la barrière » érigée par nos maîtres, car chaque tradition possède une racine et une source d’En Haut.
Le Gaon s’exprime également ainsi dans son livre Chou’t Beit Yéhouda (sect. O.H chap.60) où il ajoute que tous les Rabbanim qui ont dirigés leurs communautés respectives selon la Torah ont toujours veillés à ne jamais modifier les traditions d’Israël, ils se sont investit afin de préserver la tradition et en la renforçant très solidement avec des moyens très puissants.

Par conséquent, notre maître le Rav z.ts.l en conclut qu’il en est de même dans notre sujet, il faut donc maintenir la tradition de couvrir le Aron Ha-Kodech avec un rideau, même si le Aron est particulièrement splendide.
Il en est ainsi dans la synagogue de notre maître le Rav z.ts.l où le Aron est recouvert d’un rideau, conformément à l’ancienne tradition d’Israël.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

Les ustensiles pour Pessah’ – Les communautés qui ont des usages rigoureux

Nous avons expliqué qu’il faut utiliser durant Pessah’ uniquement des ustensiles qui n’ont pas absorbés de H’amets, c'est-à-dire, des ustensiles neufs (ou des ustensiles réservés pour Pessah’), ou bien des ustensiles qui ont &eacut......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha


Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Ustensiles en argent

Question: Des ustensiles en argent – comme une coupe de Kiddouch par exemple – est-il permis de les utiliser pendant Péssah’, alors qu’on les utilise toute l’année? Réponse: Tous les ustensiles que l’on utilise à froid, c'est-&ag......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha