Halacha pour mercredi 16 Sivan 5778 30 mai 2018

Pour l’élévation de la Néshama de mon vénéré père Henri Ishoua ben Réphaël (PITOUN) z’’l

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Traditions populaires et superstitions

Question: Il existe un usage répandu selon lequel une femme qui vient d’accoucher ne doit pas assister à un mariage, ou bien qu’un couple de jeune mariés n’aille pas visiter une femme qui vient d’accoucher tant qu’elle se trouve dans les 30 jours après son accouchement. Y a-t-il un fondement à cet usage?

Réponse: Cette tradition prend sa source dans les traditions en vigueur dans différends pays, où l’on prétend que cela peut engendrer des risques de ‘Ain Hara’, ou bien aussi que la femme qui vient d’accoucher peut provoquer à la nouvelle mariée – par sa présence au mariage - de ne pas pouvoir avoir d’enfants.

Il est certain qu’une telle chose n’a pas de fondement à partir de l’esprit logique, et il est nettement reconnaissable qu’il s’agit plutôt d’une tradition erronée, empruntée aux arabes et autres idiots habitants ces contrées, qui pratiquent ces usages par superstition et pauvreté d’esprit.

Nous savons que des Gueonim d’Israël  - et parmi eux le Gaon Rabbi Mantsour Ben Shim’on z.ts.l qui faisait partie des Grands Rabbanim Kabbalistes d’Israël, ainsi que d’autres - ont déjà été consultés sur le fondement de cette tradition, et ils exprimèrent tous un avis très clair:
Une telle tradition n’est fondée, ni selon l’interprétation Kabbalistique de la Torah, ni selon son interprétation littérale.

Par conséquent, il ne nous reste qu’a débattre afin de définir si de telles traditions ne représentent pas une interdiction selon la Halacha.

Puisque cette tradition prend sa source parmi les traditions non juives, il semble apparemment qu’il faut interdire de tels usages parce qu’il est interdit d’adopter les usages des non juifs, comme il est dit : « Vous n’adopterez pas leurs usages… ».

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l traite de ce sujet à plusieurs reprises dans ses ouvrages, et il en arrive à la conclusion que selon le Din, il n’y a pas d’interdiction à adopter tous les usages des non juifs, tant qu’il ne s’agit pas d’usages de débauche ou d’usages propres au culte de leurs idoles.

Hormis les usages mentionnés explicitement dans la Guemara Shabbat (67b) et qu’il est interdit d’adopter, il ne nous est pas permis d’ajouter de notre propre réflexion personnelle, d’autres usages non juifs, et d’affirmer qu’ils sont interdits, comme le RASHBA l’écrit dans une responsa (chap.167), et comme le rapporte MARAN dans le Beit Yossef (Y.D fin du chap.178) au nom du Hagahot Maïmoniyot (chap.11 des Hal. des Hala. relatives à l’idolâtrie) qui cite lui-même Rabbi Eli’ezer de Metz.

C’est pour cela qu’il ne faut pas interdire selon le Din, le fait de marcher sans Kippa sur la tête (comme nous l’avons expliqué antérieurement dans un exposé Hala’hique consacré à ce sujet). De même, il ne faut pas interdire selon le Din, le fait de déposer des fleurs sur une tombe (même s’il n’est pas correct d’agir ainsi). De même, il n’y a pas d’interdiction de placer des branches d’arbres ou des fleurs dans les synagogues à l’occasion de la fête de Shavou’ot en l’honneur de la Torah, même si les non juifs ont aussi cette tradition (comme nous l’avons expliqué antérieurement dans un exposé Hala’hique consacré à ce sujet).

De même, il ne faut pas interdire le fait d’écrire la date civile (excepté sur une pierre tombale), qui – comme nous le savons – correspond au compte des années selon les chrétiens, comme nous l’avons déjà expliqué, même s’il est bon d’éviter également cela.

Il semble donc que du point de vue de l’interdiction d’adopter les usages des non juifs, il n’y a pas de réelle interdiction à adopter l’usage que l’on a cité, même s’il n’a absolument aucun sens.

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit dans son livre Shou’t Yabiya’ Omer (tome 10 section Y.D chap.58 page 346 colonne 1):
« L’homme sage et clairvoyant dans la Torah d’Hashem, se doit de s’éloigner de toutes ces futilités et illusions adoptées par des femmes pauvres d’esprit, comme par exemple, ceux qui prétendent qu’il y a un danger pour une mariée si une femme qui vient d’accoucher assiste à son mariage alors qu’elle se trouve encore dans les 40 jours de son accouchement, de peur de provoquer à la nouvelle mariée d’être stérile, ou bien le contraire, que la nouvelle mariée n’aille pas visiter une femme qui vient d’accoucher, ou bien d’autres sottises  de ce genre, qui ne sont que les papotages de femmes dénuées d’esprit. Il semble que ces femmes ont appris ces usages en dehors d’Israël, de femmes non juives.
Notre maître le RAMBAM écrit (chap.11 des Hala. relatives à l’idolâtrie, Hala. 17):

« Il n’est pas digne du peuple d’Israël – qui est un peuple sage et intelligent – de se laisser entraîner vers les futilités et les illusions des non juifs, et celui qui donne dans son cœur de la crédibilité à ces choses, en considérant qu’elles sont vraies et fondées de façon intelligente, mais qu’elles sont interdites par la Torah, cet individu n’est qu’un sot et un idiot, et il peut être classés parmi les femmes et les enfants, dont l’esprit n’est pas complet. Mais par contre, ceux qui possèdent la sagesse et ceux dont l’esprit est complet, savent que toutes ces choses ne sont pas fondées par la sagesse, mais plutôt par le néant et la futilité, qui n’attirent que les pauvres d’esprits. C’est pour cela que la Torah met en garde en disant : « Sois entier avec Hashem ton D. »
J’ai également constaté que le Gaon Rishon Letsion, Rabbi Ben Tsion Meïr ‘Haï ‘OUZIEL z.ts.l écrit dans son livre Shou’t Mishpeté ‘Ouziel (section Y.D dernière édition chap.21) qu’il a eu vent de ce que l’ont dit au sujet du fait qu’un couple de nouveaux mariés visite une femme qui vient d’accoucher ou le contraire, et il écrit : « Ces choses ne sont que vanité et superstition, elles n’ont rien de concret, et il faut s’en éloigner. Qui plus est, ces superstitions engendrent de véritables conflits entre les familles d’Israël, et nous pouvons constater au quotidien que des femmes qui viennent d’accoucher, ainsi que des jeunes mariées, se visitent mutuellement, sans subir le moindre désagrément, « il n’y a pas de Satan, ni de malheur ». Il est donc interdit de se mettre à l’esprit de telles illusions et autres superstitions, et il faut publier que ce ne sont que des futilités. « Il n’y aura aucun mal ni dégât ».

« Les paroles qui sortent de la bouche du Sage, ne reflètent que la grâce ».

De même, il faut s’éloigner à l’extrême de toutes les choses qui sortent du cadre naturel et intellectuel, comme l’écrit le RAMBAM dans le Guide des Egarés (tome 3 chap.37) et il n’est pas utile de s’étendre d’avantage sur ce sujet. »

Fin des propos de notre maître le Rav z.ts.l dans sa responsa extraite de son livre Shou’t Yabiya’ Omer (tome 10 section Y.D chap.58 page 346 colonne 1)

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, lundi 15 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha