Halacha pour lundi 11 Av 5779 12 août 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

L’interdit de cuire pendant Chabbat

Il y a quelques années, nous avons expliqué certaines règles relatives à la cuisson et au réchauffement d’aliments pendant Chabbat. Nous allons à présent revenir sur ces règles, en ajoutant plus de détails.

L’interdit de cuire
Il est enseigné dans une Michna du traité Chabbat (73a) que l’interdit de cuire fait partie des 39 Mélah’ot (interdictions) que la Torah a interdit pendant Chabbat.

Dans le langage de la Michna, cet interdit porte le nom de « Ofé », qui signifie littéralement « cuire par enfournement ».

Tous les interdits en vigueur pendant Chabbat, correspondent aux activités en vigueur dans la Michkane (le Temple mobil que les Béné Israël possédaient dans le désert). Or, il est expliqué dans la Guémara que dans le Michkane, l’activité de Ofé correspondait à la cuisson des plantes qui devaient servir à la Kétoret (combustion d’encenses).

Cependant, si la Michna utilise le terme « Ofé » (cuire par enfournement), pour désigner un acte de Bichoul (cuisson sur le feu au moyen de liquides), c’est tout simplement parce que l’énumération des 39 Mélah’ot, suit le processus de la fabrication du pain (mettre en tas, battre le blé, vanner, moudre, trier, tamiser, pétrir…). C’est pour cela, que la Michna emploie le terme « Ofé » pour designer l’interdit de cuire.

Cuire pendant Chabbat un aliment qui n’a pas été cuit avant Chabbat
Est inclus dans cet interdit, le fait de placer sur le feu (ou sur la plaque électrique), un aliment ayant cuit avant Chabbat, mais pas suffisamment, comme par exemple, un aliment à moitié cuit, que l’on place pendant Chabbat sur la plaque électrique. Un tel acte constitue une transgression de Chabbat à titre de Mévachel (cuire).

(Même lorsque l’aliment a suffisamment cuit avant Chabbat, il n’est pas toujours permis de le placer sur la plaque pendant Chabbat, comme ce sera expliqué prochainement, avec l’aide d’Hashem.)

L’interdiction de cuire un aliment pendant Chabbat au moyen d’une plaque électrique
L’interdit de Mevachel (cuire) pendant Chabbat n’est du tout lié avec l’interdit de Mav’ir (allumer le feu).

En effet, l’interdit de Mav’ir est totalement détaché de l’interdit de Mévachel.

C’est pourquoi, si une personne cuit pendant Chabbat, elle est condamnable par la Torah, même si cette personne s’est juste contentée de poser son plat pendant Chabbat, sur un feu déjà allumé avant Chabbat. Il en est de même avec une plaque électrique.

Il est interdit de cuire pendant Chabbat, même sur une plaque électrique allumée avant Chabbat. Il faut aviser le public sur cela, car de nombreuses personnes font l’erreur de croire qu’il est permis de cuire pendant Chabbat sur une plaque électrique, et ces personnes trébuchent sur la profanation du Chabbat, tout ceci, par manque de connaissance de la Halah’a.

Chaleur équivalente à « Yad Solédet Bo »
L’interdiction de cuire pendant Chabbat existe uniquement lorsqu’on porte l’aliment à une température équivalente au niveau de « Yad Solédet Bo ».
C'est-à-dire: une telle intensité de chaleur que la main humaine ne pourrait pas en supporter le contact. Différents maitres de notre génération en ont fait une estimation qui correspond approximativement à 45°. Telle est l’opinion du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l. Il cite une importante preuve à ses propos, comme nous l’avons démontrer dans le passé. Nous avions ainsi fixé la Halah’a conformément à son opinion sur ce point.

Cependant, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, dans son livre Hazon Ovadia – Chabbat (vol.4 page 371) écrit que l’expérience prouve qu’à 45°, « le ventre d’un bébé brûle », et une telle chaleur correspond déjà à « Yad Solédet Bo ». Telle est également l’opinion du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l.

Il est interdit de placer un aliment (non-cuit) pendant Chabbat à proximité d’un feu, même si l’on a l’intention de le retirer avant qu’il n’atteigne la température de « Yad Solédet Bo », car tant qu’il est possible que l’aliment atteigne cette température durant la journée s’il était maintenu à cette place, le simple fait de l’y placer constitue un interdit.
Mais il est permis de placer de l’eau à proximité d’un feu, de sorte que l’eau en reste soigneusement éloignée et ne pourra jamais atteindre la température de « Yad Solédet Bo », car ce geste n’est pas considéré comme cuire.

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha


Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha