Halacha pourlundi 20 Iyar 5781 mai 2 2021

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier. En écoutant cette répétition, ces personnes se rendent quittes de leur devoir de prier.
Cette institution préserve un sens même de notre époque.
La répétition de la ‘Amida nous fait bénéficier de pouvoir répondre à la Kedousha (Nakdisha’h ou Keter), ainsi que de pouvoir répondre Barou’h Hou OuBarou’h Shemo et AMEN AUX Béra’hot.

Ne peut se rendre quitte de son devoir de prier, par le biais de la répétition de la ‘Amida, uniquement la personne qui ne sait pas prier.
Par contre, la personne qui est capable de prier d’elle-même, est tenue de prier d’elle-même.
Lorsqu’une personne ne sait pas prier d’elle-même, mais qu’elle comprend le sens des mots de la prière, elle a le devoir de tendre l’oreille et d’écouter attentivement l’officiant, afin de s’acquitter de son devoir de prier.
De notre époque – Barou’h Hashem – la, plupart des gens savent lire, et nous bénéficions aussi de Sidourim (rituels de prières) imprimés dans de nombreuses langues (y compris des Sidourim en phonétique), de sorte que même les gens qui sont inspirés à faire Teshouva, et se mettent à prier, même s’ils n’ont jamais prié de leur vie, ils peuvent - grâce à ces livres – prier facilement.
C’est pour cela que chacun (et chacune) se doit de prier de par lui-même, sans avoir recours à l’acquittement de la répétition.

Lorsque le ‘Hazzan (l’officiant) débute la ‘Hazara (la répétition de la ‘Amida), le Kahal (l’assemblée) a le devoir d’écouter attentivement les Béra’hot, de se pencher sur leurs sens, et de répondre Barou’h Hou OuBarou’h Shemo et AMEN.
Bavarder durant la répétition de la ‘Amida, représente une très lourde transgression.

Voici les termes du Shoul’han ‘Arou’h sur ce sujet (Shoul’han Arou’h O.H chap.124 parag.7):

Celui qui entretient une conversation futile durant la répétition de la ‘Amida, est qualifiable de « fauteur », sa faute sera trop lourd à porter pour lui, et on doit le réprimander.

Voici les termes du Zohar Hakadosh (Terouma):
Tout celui qui bavarde à la synagogue, pendant que l’assemblée s’adonne à prononcer des louanges à Hashem, exprime qu’il n’a pas de part en le Dieu d’Israël.
Ce Zohar est rapporté par de nombreux Poskim.

Les Poskim écrivent que c’est cette terrible faute de bavarder pendant la répétition de la ‘Amida, qui a entraîné la destruction de nombreuses synagogues (voir Kol Bo, rapporté par les A’haronim. Certains rapportent que la cathédrale « Notre Dame de Paris » est construite sur les ruines d’une très ancienne synagogue dans laquelle on bavardait pendant la prière. On rapporte au nom du Saint Tsaddik Rabbenou Israël ABOU’HATSIRA – « Baba salé » z.ts.l, que de nombreuses synagogues ont été épargnées durant la Shoah, par le mérite du fait que les fidèles avaient la vigilance de ne pas bavarder pendant la prière… On rapporte aussi que le Admour de GOUR, aurait dit à ces élèves après la guerre, que les Sefaradim ont été épargnés de la Shoah, par le mérite du respect qu’ils observent dans leurs synagogues durant la prière…)

Il est souhaitable de nommer des responsables du silence dans la synagogue, afin qu’ils fassent la remarque, qu’ils infligent une amande ou bien – si cela ne suffit pas - qu’ils fassent honte aux personnes qui osent récidiver une telle attitude scandaleuse de bavarder pendant la prière.

Les personnes qui passent leur temps à bavarder à la synagogue, sont qualifiées en ces termes par Hashem, dans une prophétie du prophète Isha’ya (Isha’ya chap.1):

« Lorsque vous venez contempler Ma Face, qui donc vous a demander une telle chose, de venir fouler mes palais… ».

Il est certain que les choses sont encore plus grandes dans le sens positif, car celui qui observe le respect dû à une synagogue, en ayant la vigilance de ne pas bavarder lors de la répétition de la ‘Amida, et qu’il respecte donc Hashem, Hashem – lui aussi – lui montrera du respect et lui rétribuera sa récompense dans la totalité, comme il est écrit: « Ceux qui m’honorent, je les honorerais, et ceux qui me dédaignent seront maudits » (Shemouel I chap.2)

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Reciting Birkat Hamazon While Walking on One’s Way

Question: If one is eating while walking outdoors, may one recite Birkat Hamazon while continuing to walk? Answer: In the previous Halacha we have discussed that our Sages have enacted that one must recite Birkat Hamazon while sitting in order for the individual to have maximum concentration. ......

Lire la Halacha

The Significance of Tu Bishvat

The Fifteenth of Shevat or Tu Bishvat is the Rosh Hashanah for trees (Rosh Hashanah 2a). Most people commonly think that just as on the First of Tishrei, which is the day of Rosh Hashanah, all creations are judged for life or death, for wealth or poverty, and the like, so too, on Tu Bishvat, trees a......

Lire la Halacha

A Dish Comprised of Several Kinds of Food

Question: What is the correct blessing on stuffed peppers? Similarly, what is the correct blessing on a cake which has just a little flour but the primary ingredients of the cake are fruits and nuts? Answer: In the previous Halacha we have explained that when one eats two different foods requirin......

Lire la Halacha

Foods Which Contain Flour

During the past few days, we have discussed that when a dish is comprised of several different foods which require different blessings, one should recite the blessing on the primary food in the dish. Thus, if one eats grape leaves stuffed with rice, one should recite the Mezonot blessing, for the ri......

Lire la Halacha


Reciting Birkat Hamazon While Seated

Question: Is one obligated to sit while reciting Birkat Hamazon or is it permissible to recite it while walking as well? Answer: The Gemara in Masechet Berachot (51b) states that one must recite Birkat Hamazon while seated. The Poskim as well as Maran Ha’Shulchan Aruch (Chapter 183) rule li......

Lire la Halacha

The Law that the Blessing on a Primary Food Exempts a Secondary Food

Next Sunday night marks Tu Bishvat, a day we customarily recite many blessings. We shall therefore discuss the laws of blessing for the next several days. The Mishnah in Masechet Berachot (44a) states: “The rule is: If there is a primary food and a secondary food along with it, one recites ......

Lire la Halacha

The Laws of a Primary and Secondary Food Regarding Blessings

Question: If one eats a slice of bread along with fish, is it possible that one only recites a blessing on the fish and the bread will be considered secondary to the fish and exempted by it? Answer: In the previous Halacha we have explained the basic laws of primary and secondary foods regarding ......

Lire la Halacha

The Order for Lighting Shabbat and Chanukah Candles

There is a disagreement among the Rishonim as to the order of lighting Shabbat and Chanukah candles on Erev Shabbat Chanukah. The Ba’al Halachot Gedolot (commonly referred to as “Behag”) is of the opinion that Chanukah candles must be lit before Shabbat candles because women cu......

Lire la Halacha