Halacha pour dimanche 14 Tishrei 5779 23 septembre 2018

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Règles de la fête de Soukkot

A la demande de nombreux lecteurs et pour l’utilité de la collectivité, nous proposons ici un abrégé des règles nécessaires à la fête de Soukkot.

  1. Il faut veiller à aider les nécessiteux par la Tsédakka, afin qu’ils puissent célébrer la fête de Soukkot dans la joie. Nos maitres enseignent dans le Zohar Ha-Kadoch (Béréchit) qu’Hachem rend visite aux nécessiteux pendant la fête, et lorsqu’il constate qu’il ne possède rien pour se réjouir, il pleure sur eux et se retire dans les hauteurs en voulant – H’ass Véchalom – détruire le monde. Un ange accusateur se présente à lui et lui dit : « Maitre du monde ! Untel mange et boit possède les moyens de réjouir les nécessiteux et il ne leur donne rien ! » A ce moment là, on donne immédiatement l’autorisation à cet ange accusateur d’aller poursuivre cet homme, et de nombreux et terribles malheurs s’abattent sur lui, qu’Hachem prenne pitié !        
  2. Les décorations que l’on a l’usage de suspendre sous le Ska’h, afin d’embellir la Soukka, sont susceptibles de rendre la Soukka non-valable car elles ne constituent pas un Ska’h Casher. C’est pourquoi, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’il faut suspendre les décorations de sorte qu’elles soient rapprochées du Ska’h, dans les 4 Téfa’him du Ska’h (dans les 32 cm), et qu’elles ne descendent pas à 4 Téfa’him du Ska’h, car dans ce cas elles risquent de rendre la Soukka non-valable. Mais lorsqu’elles sont dans les 4 Téfa’him du Ska’h, elles s’annulent au Ska’h, et il n’y a pas de risque qu’elles rendent la Soukka non-valable, même si elles sont de très grandes tailles.
  3. Une Soukka qui laisse passer plus de soleil que d’ombre, n’est pas valable. Il faut faire en sorte que le Ska’h laisse entrevoir les grosses étoiles, mais malgré tout, si le Ska’h est si épais que même les grosses étoiles, ou même les rayons du soleil ne sont pas visibles de l’intérieur de la Soukka, la Soukka est valable. Si le Ska’h est si épais que même de très fortes pluies ne peuvent pénétrer la Soukka, ce cas fait l’objet d’une Ma’hloket (divergence d’opinion Hala’hic) et il est bon de s’imposer l’avis rigoureux sur ce point. Il est impératif de veiller à ne pas construire une Soukka sous un balcon, car dans ce cas, la Soukka n’est pas valable.
  4. La veille de Soukkot, on ne doit pas manger une quantité de pain supérieure à Kabétsa (54 g) à partir de la 10ème heure du jour (environ 16h en Israël), afin de pouvoir consommer le repas du soir de la fête avec appétit. Selon certains décisionnaires, il faut s’imposer cette restriction depuis ‘Hatsot (la moitié de la journée), mais en cas de nécessité on peut se fier à l’opinion souple.
  5. Il est un commandement positif de la Torah de consommer le premier soir de Soukkot une quantité de pain d’au moins un Kazaït (27 g) dans la Soukka. Lors de cette consommation, il faut avoir la pensée que l’on est assis dans la Soukka en souvenir de la sortie d’Egypte, et que l’on accomplit un commandement positif par cette consommation.
  6. Les autres jours de la fête, il n’y a pas d’obligation de consommer un repas accompagné de pain, mais si l’on en consomme en quantité supérieure à Kabétsa, on est tenu de le consommer sous la Soukka, en récitant la bénédiction de Lichev Ba-Soukka.
  7. Il est permis de consommer des fruits ou des légumes en dehors de la Soukka. De même, il est permis de consommer du riz en dehors de la Soukka, et à fortiori, il est permis de boire en dehors de la Soukka. Si l’on consomme des pâtisseries en quantité supérieure à Kabétsa, il faut les consommer sous la Soukka, mais sans réciter la bénédiction de Lichev Ba-Soukka. Si l’on en consomme en quantité égale ou supérieure à 162 g, il faut réciter la bénédiction de Lichev Ba-Soukka.
  8. Lorsqu’on doit réciter le bénédiction de Lichev Ba-Soukka, à priori le meilleur usage est de réciter d’abord la bénédiction de Lichev Ba-Soukka, et ensuite réciter la bénédiction sur ce que l’on doit consommer.
  9. La Soukka doit être constituée de 3 parois et d’un Skah’ (toit de la Soukka). Chaque paroi doit avoir une hauteur minimale de 10 Tefa’him (80 cm ou 1 M selon certains) et une hauteur maximale de 20 Amot (9,60 M). Les parois – c'est-à-dire les murs – de la Soukka, peuvent être constituées de la matière que l’on désire, à la condition que les parois soient suffisamment résistantes et stables, pour tenir correctement face au vent, car les parois qui ne résistent pas au vent, ne sont pas valables pour accomplir la Mitsva de Soukka, ce qui exclut les draps ou autres tissus.
  10. Lorsqu’on constitue une des parois de la Soukka avec une chose qui est réceptive de l’impureté, comme le métal ou le plastique, il ne faut pas placer directement le Ska’h sur cette matière. Il faut dans ce cas placer une planche en bois sur cette matière, de sorte que le Ska’h soit posé sur la planche de bois, et non sur une chose réceptive de l’impureté.
  11. Le Ska’h (le toit) doit être constitué uniquement de végétaux comme des planches de bois ou des branches d’arbres ou autre, qui ne sont plus rattachées au sol, et d’éléments qui ne sont pas réceptifs de l’impureté. Ceci vient exclure le métal, le verre, les peaux d’animaux, le papier, des meubles quelconques (même s’ils sont démontés), … Il est interdit de constituer le Ska’h avec du lin ou du coton, car leur apparence a été modifiée. Un tapis de paille qui est normalement réserver à se coucher, est inutilisable pour le Ska’h, car il est réceptif de l’impureté. Mais un rouleau de roseau destiné à être un Ska’h est valable pour le Ska’h sans la moindre crainte.
  12. Un mur rattaché au sol est valable pour servir de paroi à la Soukka. De même, la balustrade d’un balcon (non couvert), constituée de barres de métal entre lesquelles il n’y a pas 3 Tefa’him (24 cm), peut également servir de parois pour la Soukka. Ou bien des longues planches de bois, couchées en largeur, solidement clouées, et entre lesquelles il n’y a pas 3 Tefa’him (24 cm), peuvent aussi servir de parois pour la Soukka.
  13. Il est impératif de créer d’abord les parois de la Soukka, et seulement ensuite le Ska’h, car si l’on a fait l’inverse, la Soukka est Péssoula (non valable).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha