Halacha pour mardi 22 Tammuz 5780 14 juillet 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha
Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par décret de nos maîtres.

Ce décret est expliqué de 2 façons différentes dans les Poskim (décisionnaires):
Selon RACHI, ce décret a pour but d’empêcher que la viande et les laitages ne se touchent, et qu’on en arrive à les consommer ensemble.
Selon le RAMBAM, ce décret a pour but d’empêcher que l’on ne mange par inadvertance, aussi le plat de viande ou de laitage se trouvant sur la table.

Manger seul ou en compagnie d’une autre personne
Il n’y a pas de différence sur ce point aussi bien lorsqu’on est assis seul et que des aliments « viandes » et des laitages se trouvent sur la table, aussi bien lorsqu’on est assis en compagnie d’une autre personne qui consomme des aliments « viandes » ou des laitages, car dans les 2 cas la crainte que l’on en arrive à consommer l’aliment interdit persiste.

Lorsque les 2 personnes ne se connaissent pas
Cependant, on enseigne dans la Guémara ‘Houlin (107b) que cet interdit ne concerne que 2 personnes qui se connaissent, et qui mangent à la même table, l’un de la viande, et l’autre des laitages. Dans ce cas, nous craignons effectivement que le fait qu’ils se connaissent entraîne que l’un en arrive à consommer du plat de l’autre. Mais s’il s’agit de 2 personnes qui ne se connaissent pas, par exemple, 2 clients d’un hôtel qui mangent à la même table, il n’y a pas d’interdit à ce qu’ils mangent à la même table, l’un de la viande, et l’autre des laitages, car dans ce cas, il n’y a pas tellement à craindre que l’un en arrive à manger du plat de l’autre, puisqu’ils ne se connaissent pas.

Nous apprenons à partir de là que lorsqu’on mange dans un restaurant où l’on sert aussi bien des aliments « viandes » que des laitages (sous contrôle rabbinique), et que les clients mangent à une même table, les uns des aliments « viandes » et les autres des laitages, il n’y a pas d’interdiction vis-à-vis de l’interdit de consommer des aliments « viandes » et des laitages à la même table.

Mais en réalité, l’expérience a prouvé que dans de tels endroits où l’on sert aussi bien des aliments « viandes » que des laitages ensemble, les accidents Halachiques sont très fréquents, car les serveurs et les cuisiniers ne sont pas toujours suffisamment vigilants pour séparer la viande des laitages, et il est très probable que l’on en vienne à transgresser. Il faut donc être très vigilant et vérifier la qualité de la Cacherout d’un tel endroit avant d’y consommer quoi que ce soit.               

Lorsque les personnes sont assises à des places éloignées l’une de l’autre
Si 2 personnes consomment, l’un de la viande, et l’autre des laitages, mais sur une très grande table, de sorte qu’elles sont très éloignées l’une de l’autre, au point où personne ne peut accéder à l’assiette de l’autre en tendant le bras, elles peuvent manger ainsi sans placer de signe distinctif.

Conclusion: On ne doit pas consommer des laitages à une table où se trouvent également des aliments « viandes », et inversement. Si l’autre aliment appartient à une personne que l’on ne connait pas, il est permis de consommer l’aliment contraire à cette même table, car du fait que les personnes ne se connaissent pas, il n’y a pas de crainte que l’un consomme l’aliment de l’autre.

Dans la prochaine Halacha, nous apporterons – avec l’aide d’Hachem – d’autres détails sur cette règle.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha