Halacha pour jeudi 7 Av 5779 8 août 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5779 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la Havdala sur le verre de vin.

Il y a 3 opinions sur ce point:

  • Selon les Guéonim, il faut procéder à la Havdala à la sortie du jeûne, c'est-à-dire, dimanche soir avant de consommer quoi que ce soit, il faut procéder à la Havdala sur un verre de vin (uniquement).
     
  • Selon l’auteur du Manhig, il faut procéder à la Havdala à la sortie de Chabbat et donner à un enfant qui n’est pas soumis à l’obligation de jeûner, à goûter au verre de vin de la Havdala.
     
  • Selon le RAMBAN, on ne fait pas de Havdala du tout, puisqu’il est dit dans la Guémara Bérah’ot (33a) qu’à l’origine, nos sages avaient instauré d’inclure le passage de Havdala dans la prière de ‘Arvit du samedi soir, et lorsqu’ Israël s’est enrichit, nos maitres instaurèrent de réciter la Havdala sur un verre de vin.
    Or, le 9 Av qui tombe un samedi soir, tout Israël est considéré comme pauvre et misérable.

Il y a une longue argumentation dans les propos des Poskim (décisionnaires) sur ces opinions.

MARAN l’auteur du Choulh’an Arouh’ tranche selon l’opinion des Guéonim, qu’il faut procéder à la Havdala sur un verre de vin à la sortie du 9 Av.
Nous adoptons l’opinion de MARAN puisque nous avons accepté ses décisions Halachiques.
Par conséquent, nous avons l’usage de procéder à la Havdala à la sortie du 9 Av sur un verre de vin, et par cela, nous marquons la sortie du jeûne.

Mais immédiatement à la sortie de Chabbat, lorsque le jeûne débute, il faut prononcer verbalement la phrase « Barouh’ Hamavdil Ben Kodech Léh’ol », afin d’être autorisé à faire des Mélah’ot (des activités qui sont interdites pendant Chabbat).

On ne récite pas la bénédiction sur les parfums dans la Havdala que nous faisons à la sortie du 9 Av, car on n’apporte pas de parfums dans une maison de deuil, puisque les parfums sont voués au plaisir. C’est ainsi que tranche MARAN l’auteur du Choulh’an Arouh’.

Nous sommes tenus de réciter la bénédiction sur les flammes le samedi soir du 9 Av, bien que l’on ne fasse pas la Havdala sur le verre de vin à ce moment là.
Selon l’usage, l’officiant ou le Rav de la synagogue récite la bénédiction sur les flammes avant la lecture du livre de Eih’a (même si certains réfutent cet usage, voir H’azon Ovadia page 342).

Les femmes qui ne se rendent pas à la synagogue, doivent réciter la bénédiction sur les flammes samedi soir à la maison. (ibid. page 343).

Une personne malade autorisée à consommer le jour du 9 Av - comme nous l’avons expliqué dans les précédentes Halachot - doit procéder au préalable à la Havdala (complète) le samedi soir sur le verre de vin, car elle n’est pas autorisée à consommer sans réciter la Havdala. Dans ce cas, cette personne est même autorisée à acquitter les membres de son foyer de leur obligation de Havdala comme chaque samedi soir.

Les femmes enceintes et celles qui allaitent - qui sont autorisées cette année (5779) à consommer le jour du jeûne puisqu’il est reporté au dimanche 10 Av - sont elles-aussi tenues de réciter au préalable la Havdala sur un verre de vin avant de consommer. Or, puisqu’elles ne consommeront que durant la journée du jeûne après la moitié de la journée (dans la mesure du possible), elles devront seulement réciter samedi soir la bénédiction sur les flammes, et dimanche après midi, elles réciteront la Havdala sur un verre de vin sans les parfums, ni les flammes (ibid. page 348).

8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha