Halacha pour dimanche 3 Av 5779 4 août 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger ; une personne âgée ; une femme accouchée
Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorité rabbinique (pour des douleurs passagères comme des maux de tête coutumiers ou autre, il est certain que l’on ne peut pas autoriser une personne à manger pendant le 9 Av.)

Une personne âgée dont le jeûne diminue la force de façon significative, a le statut d’un malade sur tout point de vue. Cette personne est donc exempte de jeûner, et cela, même dans le cas où il n’y a pas de maladie interne, cette personne doit manger le jour du 9 Av.

Les Poskim (décisionnaires) discutent sur le cas d’une accouchée.
Si elle se trouve dans les 7 jours depuis son accouchement, elle est exempte de jeûner selon tous les avis.
Si elle se trouve dans les 30 jours depuis son accouchement, selon l’opinion de nombreux décisionnaires, elle est tenue de jeûner, mais selon l’opinion de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, une femme qui se trouve dans les 30 jours de son accouchement est exempte de jeûner.

Le statut d’une femme qui a fait une fausse couche est le même que celui d’une accouchée.
Si la fausse couche s’est produite après 40 jours de grossesse (elle a fait une fausse couche d’un fœtus qui est resté au moins 40 jours dans l’utérus, et ces 40 jours se comptent depuis le véritable début de la grossesse et non comme le comptent les médecins en ajoutant 2 semaines supplémentaires), elle est exempte de jeûner tant qu’elle se trouve dans les 30 jours de sa fausse couche.

Une femme enceinte ; une femme qui allaite
Une femme enceinte ou une femme qui allaite sont exemptes de jeûner lors des autres jeûnes (excepté Yom Kippour), mais elles sont tenues de jeûner le 9 Av.
Si elles sont malades lors du jeûne du 9 Av, leur statut Halachque devient immédiatement le même que celui de n’importe quelle personne malade qui est exempte de jeûner.
Cependant, cette année (5779) où le 9 Av tombe Chabbat et que le jeûne est reporté au dimanche, selon l’opinion de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (dans son livre Chou’t Yabiya’ Omer tome 5 chap.40), les femmes enceintes ainsi que celles qui allaitent (réellement) sont exemptes du jeûne du 9 Av. Notre maitre le Rav z.ts.l cite des preuves à ses propos. A cette époque, certains voulurent réfuter les propos de notre maitre le Rav z.ts.l sur ce point, c’est pourquoi, notre maître le Rav z.ts.l exposa ses arguments devant le Gaon Rabbi Yéhouda Chako z.ts.l et celui-ci approuva l’opinion de notre maitre le Rav z.ts.l et lui apporta son soutien. (Le Gaon Rabbi Yéhouda Chako z.ts.l était l’un des grands Guéonim de Jérusalem il y a environ 60 ans. Notre maître le Rav z.ts.l était membre de son Beit Din dans sa jeunesse, en compagnie de son vénéré maitre le Gaon Rabbi ‘Ezra ATTIE z.ts.l. Notre maître leurs soumettait ses décisions Halachiques afin d’obtenir leurs approbations, comme nous l’avons écrit dans le livre « Avir Ha-Ro’im » volume 1).

Les sages de notre génération se sont demandé à partir de quel moment dans la journée pouvons-nous autoriser ces femmes enceintes et qui allaitent à consommer pendant le 9 Av (lorsqu’il est reporté, comme cette année). Nous avions consulté notre maître le Rav z.ts.l et il nous a répondu qu’il est préférable que ces femmes exemptes du jeûne ne s’excluent pas totalement de la collectivité, et qu’elles attendent au moins l’après midi pour consommer, c'est-à-dire après H’atsot Ha-Yom (à Jérusalem, 12h45. En France, environ 13h45).
Tout ceci n’est valable que lorsqu’elles ne ressentent pas de faiblesse ou de déshydratation ou autre, car selon le strict Din, elles sont autorisées à consommer lorsque le jeûne du 9 Av est reporté au dimanche. 

Les jeunes enfants
Les enfants sont totalement exempts du jeûne du 9 Av. Tout enfant qui n’a pas atteint l’âge de 13 ans pour un garçon, et de 12 ans pour une fille, est exempt du jeûne du 9 AV, et il n’est pas nécessaire de les faire jeûner même quelques heures.
En effet, les enfants en dessous de l’âge des Mitsvot sont totalement exempts de toutes les obligations liées au deuil, puisque même un enfant qui perd son père ou sa mère (qu’Hachem nous en préserve) ne prend absolument pas le deuil, car la notion de H’inouh’ (éducation) n’existe pas dans ce domaine (excepté la déchirure du vêtement qui concerne même les enfants).

8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha