Halacha pourjeudi 28 Tammuz 5779 juillet 31 2019

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début du jeûne). De même, il y est interdit de consommer 2 plats cuisinés, comme du riz et un œuf par exemple.

Bien que nous constatons de cette Michna que l’interdit de consommation de viande et de vin ne débute qu’à la veille de Tich’a Beav, lors de Séouda Ha-Mafsekete, le peuple d’Israël a cependant la tradition de ne plus consommer de viande depuis Roch H’odech Av, et cela, jusqu’au 10 Av. Ces traditions sont mentionnées dans les propos des Guéonim ainsi que dans les enseignements de nos maîtres les Richonim. Ces traditions se sont répandues au sein de tout le peuple d’Israël. Il n’y a pas de différence entre de la viande de bétail et de la volaille sur ce point. Il est également interdit de consommer un plat dans lequel on a cuit de la viande même si on a retiré le morceau de viande, car le plat reste imprégné du goût de la viande. Par contre, il est permis de consommer du poisson.

Consommer de la viande le jour de Roch H’odech Av, ainsi que le 10 Av
La tradition des Séfaradim est de consommer de la viande et du vin le jour de Roch H’odech Av, mais les Achkenazim ont pour tradition de s’en abstenir même ce jour-là. Sur ce point, les Séfaradim ont un usage plus souple que les Achkenazim, alors que pour ce qui est de consommer la viande et le vin le 10 Av, les Séfaradim sont plus rigoureux puisqu’ils s’en abstiennent durant toute la journée du 10 Av, et les Achkenazim en consomment après la moitié de la journée du 10 Av.

Consommer de la viande la veille de Chabbat
Pendant les Chabbatot de la période des 9 jours, nous mangeons de la viande sans aucune restriction.
Il est même permis de goûter les plats de viande, la veille de Chabbat, afin de vérifier s’ils sont suffisamment assaisonnés.
Certains autorisent même de goûter les plats la veille de Chabbat, même sans la nécessité de vérifier leur assaisonnement, puisque selon la Kabbala (le sens mystique de la Torah), il y a une grande signification au fait de goûter systématiquement les plats destinés à Chabbat, la veille de Chabbat.
C’est ainsi que tranche notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l. Toutefois, la personne qui s’impose la rigueur sur ce point est digne de la Bénédiction.

Consommer les restes de viandes du Shabbat H’azon
Notre maitre le Rav z.ts.l écrit que lorsqu’il reste de la viande cuisinée pour les repas du Chabbat, il est permis de la consommer lors du « 4ème repas » que l’on prend à la sortie du Chabbat. La personne qui s’autorise à consommer ces restes même durant les jours suivants a sur qui s’appuyer. Pour des enfants qui ne sont pas encore arrivés à l’âge de soumission au Mitsvot (qui ont moins de 13 ans pour des garçons et moins de 12 ans pour des filles), il est permis de leur donner à consommer ces restes même durant les jours suivants. (à la condition de ne pas cuisiner sciemment une importante quantité de viande pour Chabbat afin qu’il en reste plus tard). Pour des enfants en bas âge qui ne sont absolument pas encore en mesure de comprendre le sens de la destruction du Temple, il est permis de leur cuisiner de la viande pendant ces jours, il est même permis de le faire durant la semaine dans laquelle tombe le 9 AV.

Une personne physiquement faible qui doit consommer de la viande
Un malade, même sans gravité, a tout à fait le droit de consommer de la viande pendant cette période. Une accouchée depuis moins de 30 jours, a tout à fait le droit de consommer de la viande pendant cette période. Une femme qui allaite, dont l’enfant est faible, et dont la privation de viande pendant cette période, risque d’engendrer des conséquences négatives sur la santé de l’enfant, a tout à fait le droit de consommer de la viande pendant cette période. Nous pouvons autoriser à une femme enceinte qui souffre beaucoup de sa grossesse de consommer de la viande pendant cette période là.
Mais une personne en bonne santé qui mange de la viande alors que d’autres se l’interdisent, sa faute sera trop lourde à porter, et cette personne est qualifiée de PORETS GUEDER – celui qui brise la barrière que nos maîtres ont érigée, et son châtiment est très grave.

Le vin de la Havdala
MARAN tranche dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.551-10) qu’il est permis de boire le vin de la Havdala durant cette période, et tel est l’usage chez les Séfaradim. Mais les Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur ce point, conformément à l’opinion du RAMA, et ils font donc goûter le vin à un enfant.

8 Halachot Les plus populaires

The Laws of the Holiday of Sukkot

As per the request of many of our members and as a public service, we shall now list a synopsis of some laws which are essential for the upcoming Sukkot holiday: The Sukkah must be made of three walls and Sechach (the roof). The walls may be made of any material which can withstand a normal wi......

Lire la Halacha

Chol Ha’Mo’ed

The days between the first and seventh days (outside of Israel between the second and eighth days) of the Pesach holiday and the days between the first day of Sukkot and the holiday of Shemini Atzeret (outside of Israel between the second day of Sukkot and Shemini Atzeret) are called “Chol Ha&......

Lire la Halacha

The Blessing of “Lee’shev Ba’Sukkah”

Question: Regarding the “Lee’shev Ba’Sukkah” blessing, what is more halachically preferable: To recite the blessing while standing before sitting down to begin one’s meal in the Sukkah or should one recite this blessing when he is already seated after having recited the......

Lire la Halacha

The Laws of Dwelling in the Sukkah

Since we will not have enough time to discuss the laws of Sukkot between Yom Kippur and Sukkot, we shall therefore begin discussing some of the pertinent laws of the Sukkot holiday now. The Mitzvah of Dwelling in the Sukkah The Torah (Vayikra 23) states: “You shall dwell in the huts for se......

Lire la Halacha


Motza’ei Yom Kippur

Adding From the Mundane Onto the Holiness One must add some of the mundane weekday onto the holiness of Yom Kippur upon its exit, i.e. one should not end this holy day immediately with nightfall; rather, one should wait another few minutes. Thus, it is prohibited to eat or perform work on Motza&rsq......

Lire la Halacha

Erev Yom Kippur and Maran zt”l’s Epic Words, “I Forgive Everyone”

The Mitzvah to Eat on Erev Yom Kippur The Torah (Vayikra 23) states: “And you shall oppress yourselves on the ninth of the month at night,” meaning that the obligation to fast on Yom Kippur begins from the night of the tenth of Tishrei. Our Sages (Berachot 8a) inquired about the languag......

Lire la Halacha

Simchat Torah

The Rambam (end of Chapter 8 of Hilchot Lulav) states: “Even though it is a Mitzvah to rejoice on all the festivals, there was an additional celebration in the Temple on the festival of Sukkot, as the Torah commands: ‘And you shall rejoice before Hashem, your G-d, for seven days.’ ......

Lire la Halacha

Ha’Melech Ha’Kadosh

Today is the Fast of Gedaliah. We have discussed the laws of public fast days in the context of the other public fast days of the year. The Gemara (Berachot 12b) states: “Rabba bar Hinena said in the name of Rav: Throughout the entire year, one recites the blessings of ‘Ha’el H......

Lire la Halacha