Halacha pour mardi 29 Tammuz 5780 21 juillet 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début du jeûne). De même, il y est interdit de consommer 2 plats cuisinés, comme du riz et un œuf par exemple.

Bien que nous constatons de cette Michna que l’interdit de consommation de viande et de vin ne débute qu’à la veille de Tich’a Beav, lors de Séouda Ha-Mafsekete, le peuple d’Israël a cependant la tradition de ne plus consommer de viande depuis Roch H’odech Av, et cela, jusqu’au 10 Av. Ces traditions sont mentionnées dans les propos des Guéonim ainsi que dans les enseignements de nos maîtres les Richonim. Ces traditions se sont répandues au sein de tout le peuple d’Israël. Il n’y a pas de différence entre de la viande de bétail et de la volaille sur ce point. Il est également interdit de consommer un plat dans lequel on a cuit de la viande même si on a retiré le morceau de viande, car le plat reste imprégné du goût de la viande. Par contre, il est permis de consommer du poisson.

Consommer de la viande le jour de Roch H’odech Av, ainsi que le 10 Av
La tradition des Séfaradim est de consommer de la viande et du vin le jour de Roch H’odech Av, mais les Achkenazim ont pour tradition de s’en abstenir même ce jour-là. Sur ce point, les Séfaradim ont un usage plus souple que les Achkenazim, alors que pour ce qui est de consommer la viande et le vin le 10 Av, les Séfaradim sont plus rigoureux puisqu’ils s’en abstiennent durant toute la journée du 10 Av, et les Achkenazim en consomment après la moitié de la journée du 10 Av.

Consommer de la viande la veille de Chabbat
Pendant les Chabbatot de la période des 9 jours, nous mangeons de la viande sans aucune restriction.
Il est même permis de goûter les plats de viande, la veille de Chabbat, afin de vérifier s’ils sont suffisamment assaisonnés.
Certains autorisent même de goûter les plats la veille de Chabbat, même sans la nécessité de vérifier leur assaisonnement, puisque selon la Kabbala (le sens mystique de la Torah), il y a une grande signification au fait de goûter systématiquement les plats destinés à Chabbat, la veille de Chabbat.
C’est ainsi que tranche notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l. Toutefois, la personne qui s’impose la rigueur sur ce point est digne de la Bénédiction.

Consommer les restes de viandes du Shabbat H’azon
Notre maitre le Rav z.ts.l écrit que lorsqu’il reste de la viande cuisinée pour les repas du Chabbat, il est permis de la consommer lors du « 4ème repas » que l’on prend à la sortie du Chabbat. La personne qui s’autorise à consommer ces restes même durant les jours suivants a sur qui s’appuyer. Pour des enfants qui ne sont pas encore arrivés à l’âge de soumission au Mitsvot (qui ont moins de 13 ans pour des garçons et moins de 12 ans pour des filles), il est permis de leur donner à consommer ces restes même durant les jours suivants. (à la condition de ne pas cuisiner sciemment une importante quantité de viande pour Chabbat afin qu’il en reste plus tard). Pour des enfants en bas âge qui ne sont absolument pas encore en mesure de comprendre le sens de la destruction du Temple, il est permis de leur cuisiner de la viande pendant ces jours, il est même permis de le faire durant la semaine dans laquelle tombe le 9 AV.

Une personne physiquement faible qui doit consommer de la viande
Un malade, même sans gravité, a tout à fait le droit de consommer de la viande pendant cette période. Une accouchée depuis moins de 30 jours, a tout à fait le droit de consommer de la viande pendant cette période. Une femme qui allaite, dont l’enfant est faible, et dont la privation de viande pendant cette période, risque d’engendrer des conséquences négatives sur la santé de l’enfant, a tout à fait le droit de consommer de la viande pendant cette période. Nous pouvons autoriser à une femme enceinte qui souffre beaucoup de sa grossesse de consommer de la viande pendant cette période là.
Mais une personne en bonne santé qui mange de la viande alors que d’autres se l’interdisent, sa faute sera trop lourde à porter, et cette personne est qualifiée de PORETS GUEDER – celui qui brise la barrière que nos maîtres ont érigée, et son châtiment est très grave.

Le vin de la Havdala
MARAN tranche dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.551-10) qu’il est permis de boire le vin de la Havdala durant cette période, et tel est l’usage chez les Séfaradim. Mais les Achkénazim ont l’usage de s’imposer la rigueur sur ce point, conformément à l’opinion du RAMA, et ils font donc goûter le vin à un enfant.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha


Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha

La Mitsva de BIKOUR ‘HOLIM (Rendre visite aux malades)

Il y a environ 15 ans, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l s’est entretenu avec nous au sujet de la « Halacha Yomit », et il nous a exprimé son avis selon lequel il serait bon d’étudier de temps en temps des sujets Halachiques imprégnés de suj......

Lire la Halacha