Halacha pour mardi 27 Tammuz 5779 30 juillet 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

« Dès le début du mois de Av, nous diminuons la joie »

Ce jeudi soir et vendredi, nous serons le jour de Roch H’odech Av.
Cette année (5779), nous avons certaines règles particulières puisque le 9 Av tombe un Chabbat, et que le jeûne est reporté au dimanche, comme nous l’expliquerons dans la suite.

La destiné d’Israël pendant le mois de Av
Même si quelques règles de deuil sont déjà en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim (les 3 semaines entre le 17 Tamouz et le 9 Av), comme nous l’avons expliqué dans des précédentes Halachot, malgré tout, dès le début du mois de Av - et cela, jusqu’au 10 Av - des règles supplémentaire entrent en vigueur, puisque c’est le mois dans lequel est survenue la destruction des 2 Baté Mikdach (les 2 Temples de Jérusalem à 2 époques différentes).
Nos maîtres nous enseignent que ces jours-là sont des jours de malheur pour Israël, et leur destin ne leur est pas favorable.
Voici les termes de la Guémara Ta’anit (26b) à ce sujet :
« Dès l’entrée du mois de Av, nous diminuons la Simh’a (la joie). Par conséquent, si un juif a un litige avec un non-juif, il doit éviter de passer en justice pendant ces jours là, et doit reporter le procès après le 10 Av. »

Achats liés à une réjouissance
Depuis Roch H’odech Av, nous diminuons toutes formes d’achats liés à une réjouissance, comme des nouveaux meubles pour un futur couple, ou bien des bijoux en or ou en argent même pour soi-même,  ou autre.
Pour ce qui est des autres achats qui ne sont pas liés à une réjouissance, comme acheter des nouveaux meubles pour soi-même, ou une nouvelle voiture, bien qu’il sera juste de s’en abstenir, cependant, on a l’habitude de le tolérer.
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’il est quand même convenable de s’abstenir de s’acheter des nouveaux meubles ou une nouvelle voiture pendant ces jours là, puisque cela représente quand même une réjouissance pour nous même.

Consommation de viande et de vin
Tout le peuple d’Israël a la tradition de ne consommer ni viande ni vin depuis Roch H’odech Av jusqu’au 10 Av inclus, excepté Chabbat. (Ce sujet sera traité largement dans une Halacha indépendante).
Vendredi - jour de Roch H’odech Av - il sera encore permis de consommer de la viande et du vin, car notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que l’on s’en abstient seulement après Roch H’odech, c'est-à-dire, à partir de dimanche 3 Av. Mais selon la tradition des Achkénazim, il faut s’en abstenir dès le jour de Roch H’odech (H’azon Ovadia-Arba’ Ta’aniyot page 169).

La semaine dans laquelle tombe le 9 Av
Pendant la semaine où tombe le jeûne
(« Chavoua’ Chéh’al Bo », par exemple lorsque le 9 Av tombe un mardi, la semaine débute dès le samedi-soir précédant), d’autres usages de deuil sont en vigueur, et parmi ces usages, l’interdiction de se laver le corps à l’eau chaude (mais il est permis de se laver à l’eau froide) , ainsi que l’interdiction de laver le linge ou bien de porter du linge propre.
Cette année (5779), le 9 Av tombe un Chabbat, et par conséquent, nous n’avons absolument pas de règles relatives à « la semaine où tombe le jeûne », comme le tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.551-4).

Les rigueurs observées par les Achkénazim
Cependant, la tradition des Achkénazim est de s’abstenir dès Roch H’odech Av de se laver, aussi bien à l’eau chaude qu’à l’eau froide.
(Ils s’imposent donc 2 rigueurs : S’interdire de se laver dès Roch H’odesh Av ; s’interdire également de se laver à l’eau froide).
Cependant, même selon la tradition des Achkénazim, s’il s’agit d’une personne qui habite un pays où le climat est chaud, comme Erets Israël, ou bien d’une personne qui transpire beaucoup, il est permis de se laver avec de l’eau qui n’est pas chaude même pendant la semaine où tombe le jeûne, car les Achkénazim n’ont pris sur eux ces rigueurs que pour les pays qu’ils habitaient, qui étaient des pays au climat assez froid, nous pouvons permettre même à un Achkénazi de se laver au moins à l’eau froide pendant cette période.

Nous avons entendu de la bouche de notre maitre le Rav z.ts.l qu’étant jeune, il avait déjà tranché qu’il était autorisé aux Achkénazim en Erets Israël de se laver en cette période avec de l’eau qui n’est pas chaude, et il eut beaucoup de peine lorsqu’il constata que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l trancha la rigueur sur ce point. Jusqu’au moment où l’on diffusa au nom du Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l qu’il autorisait lui aussi. C’est alors que notre maitre le Rav z.ts.l se réjouit de ses propos, car « le respect de la vie en société est tellement important » (Gadol KAvod Ha-Bériyot). 

De même, les Achkénazim sont plus rigoureux au sujet du lavage du linge et pour le fait de porter des vêtements propres, car les Séfaradim ne se l’imposent qu’à partir de la semaine dans laquelle tombe le 9 Av, alors que les Achkénazim se l’imposent dès Roch H’odech Av. Nous reviendrons plus largement sur ce point par la suite avec l’aide d’Hachem.

Achats pour un futur couple
Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que si la date d’un mariage est fixée immédiatement après le 9 Av, et que le H’atan (le marié) n’a pas encore accompli la Mitsva de « Pirya Vérivya » (le devoir de procréation duquel nous nous acquittons que lorsque nous avons au moins un garçon et une fille), il est permis d’acheter tout le nécessaire du mariage même pendant cette période, et cela, même s’il restera du temps pour le faire entre le 9 Av et le mariage (par exemple, si le mariage est fixé au 15 Av) mais que les prix risquent de monter.

En conclusion: Il existe 4 niveaux de sévérité du deuil pendant cette période :
La plus faible est depuis le 17 Tamouz jusqu’à Roch H’odech Av.
Ensuite, depuis Roch H’odech Av jusqu’au 10 Av inclus ;
Puis, toute la semaine dans laquelle tombe le jeûne.
Et enfin le niveau le plus sévère, le jour du 9 Av qui est un jour de deuil et de jeûne.

Qu’il en soit la volonté d’Hachem, que ce mois se transforme en joie et allégresse, en jours de fêtes, avec la venue de notre Machia’h et le reconstruction du Temple, Amen.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

האם מותר לחמם בשבת סופגנייה עם ריבה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha