Halacha pour jeudi 16 Sivan 5781 27 mai 2021

Conditions d’autorisation pour consommer des plats cuits par les non-juifs

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué de façon générale l’interdiction de consommer des plats cuits par un non-juif. Par exemple, si le non-juif a cuit une pomme de terre, il est interdit de la consommer, bien qu’il n’y a pas la moindre crainte de Cacherout de l’aliment, malgré tout, nos maîtres ont érigé un décret interdisant la consommation d’aliments cuits par un non-juif, pour les raisons citées dans la précédente Halah’a.

Cependant, le Din selon lequel il est interdit de consommer des aliments cuits par les non-juifs possède 2 conditions, et en l’absence de l’une d’entre elles, il est permis de consommer les plats (strictement Cacher et cuisinés dans des ustensiles Cacher) cuisinés par les non-juifs.

Conditions de l’interdit de consommer des plats cuits par les non-juifs
1ère condition : le plat doit être constitué d’aliments qui ne se consomment pas lorsqu’ils sont crus. Par exemple, une pomme de terre, de la viande (pour la plupart des sortes de viande), du riz ou autre. Il est impossible de consommer tous ces types d’aliments sans les cuire, et par conséquent, il est interdit de les consommer si le non-juif les a cuits.

Mais un aliment qui se consomme même lorsqu’il est cru, comme des pommes, des carottes ou autre, que l’on a l’usage de consommer même sans cuisson, il est permis de les consommer même si le non-juif les a cuits, car toute chose qui se consomme lorsqu’elle est crue, n’est pas interdite à la consommation par cuisson du non-juif.

2ème condition: le plat doit être digne d’être placé à la table d’un roi.
C'est-à-dire : seul un plat possédant une certaine importance, comme de la viande ou du poisson est concerné par le décret de nos maîtres interdisant les cuissons des non-juifs. Mais s’il s’agit d’un plat très simple, qui ne serait pas digne d’être présent à la table d’un roi, il est permis de le consommer, même s’il a été cuit par un non-juif.

Tout plat auquel il manque l’une ou l’autre de ces 2 conditions, c’est à dire, soit un plat qui est consommable lorsqu’il est cru, soit un plat qui n’est pas digne de la table d’un roi, est permis à la consommation même s’il a été cuit par un non-juif. Il n’est pas nécessaire que les 2 conditions soient toutes les 2 réunies.

Dans la prochaine Halah’a, nous citerons des exemples de plats qu’il est permis de consommer, même s’ils ont été cuits par un non-juif. (Choulh’an ‘Arouh’ Y.D chap.113)

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

TIEMPO DE LLUVIAS

Comenzamos a citar el párrafo “Mashib Haruaj…” en la plegaria de Musaf (adicional) de la festividad de Simjat Torá (shemini atzeret, fuera de Israel). No se trata de un pedido formal por las lluvias sino de una alabanza al Creador, por ello se denomina en el lenguaje......

Lire la Halacha

EL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír los sonidos del Shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá será para ustedes. A partir de que se oyen las bendiciones correspondientes está absolutamente prohibido hablar hasta que finalicen ......

Lire la Halacha

HOL HAMOED

Los días intermedios entre el primero y el séptimo día de Sucot o el primero y el último de Pesaj, son denominados Hol Hamoed y nuestra sagrada Torá los denomina “mikrae kodesh”, o sea convocación sagrada y así mismo los citamos en la pleg......

Lire la Halacha


MACETAS DENTRO DE LA CASA

Como vimos anteriormente, las prohibiciones de trabajar la tierra durante el año sheviit aplican incluso a las macetas conectadas, según la Torá, a la tierra por medio de huecos. A continuación, veremos sobre esta prohibición referida a las macetas que se hallan......

Lire la Halacha

SOBRE LA SANTIDAD DE LOS FRUTOS EN EL AÑO SHEVIIT

Como vimos anteriormente en las entregas que precedieron, los frutos que crecen durante el año sheviit, este año 5782, poseen una santidad especial, incluso si se los exporta fuera de Israel. Por ello los etroguim que saldrán de Israel el año próximo deben cuidarse......

Lire la Halacha

LEYES SOBRE LA FESTIVIDAD DE SUCOT

A pedidos de numerosos suscriptores, citamos a continuación un compendio de leyes sobre la festividad de Sucot. 1. La Sucá debe estar construida de –por lo menos- tres paredes y el “secaj” –techo de paja-. Las paredes pueden confeccionarse de cualquier mater......

Lire la Halacha

JARDIN COMPARTIDO

Como vimos anteriormente, durante el año sheviit –este año 5782- está prohibido realizar cualquier trabajo agrícola en la tierra de Israel, como plantar, etc. a menos que se trate de algún trabajo destinado a proteger la plantación para que no sufra da......

Lire la Halacha