Halacha pour mercredi 15 Sivan 5781 26 mai 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

Aliments cuits par des non-juifs (Bichoulé Goïm)

Question: Nous avons une employée non-juive qui s’occupe des tâches ménagères, ainsi que de la cuisine. Tous les ingrédients utilisés sont strictement Cacher, et nous sommes présents lors des préparations culinaires, de sorte qu’il n’y a pas de crainte d’un point de vue de Cacherout des ingrédients. Est-il permis de consommer les plats cuisinés?

Réponse: Nos maîtres ont érigé un décret selon lequel il est interdit de consommer un aliment cuit par un non-juif.

La raison au décret
Il existe 2 raisons à ce décret:
La 1ère raison redoutée par nos maîtres est le mariage.
C'est-à-dire: puisqu’il est interdit aux juifs de se marier avec les non-juifs, si les juifs s’habituent à consommer les aliments cuits par les non-juifs et d’être ainsi dans leur entourage, il est à craindre qu’ils en viennent à se marier avec eux.

La 2ème raison redoutée par nos maîtres est la crainte que le non-juif introduit des ingrédients non-Cacher dans le plat, et que le juif les consomme.

Par conséquent, il est strictement interdit de consommer un plat cuit par un non-juif.

Le statut des ustensiles utilisés par le non-juif lors de la cuisson
Nous avons déjà expliqué dans les Halachot relatives à la veille de Péssah’ ainsi que dans les Halachot relatives à la viande et au lait que tout ustensile dans lequel a cuit un aliment quelconque, le goût de l’aliment est absorbé dans les parois de l’ustensile par la chaleur de la cuisson. C’est pourquoi, nous réservons des batteries de cuisine distinctes pour le lait et la viande, ainsi que pour Péssah’ et pour le reste de l’année.

Le Din est le même concernant les plats cuits par des non-juifs.
Non seulement il est interdit de consommer des plats cuits par le non-juif, mais qui plus est, leur statut est le même que tous les autres interdits alimentaires, comme des Névelot ou des Térefot, ou bien un mélange de viande et de lait ou autre, où l’ustensile dans lequel l’interdit à été cuit devient interdit à l’utilisation, car les parois de l’ustensile sont imprégnées du goût de l’aliment cuit en lui.

Selon cela, un non-juif qui a cuit des plats dans les ustensiles d’un juif, il est non seulement interdit de consommer les plats cuits par le non-juif, mais tous les ustensiles dans lesquels il a cuit deviennent interdits à l’utilisation jusqu’à Cachérisation par « Hag’ala » dans de l’eau bouillante, comme nous l’avons expliqué la veille de Péssah’. (S’il s’agit d’un ustensile en argile qui généralement n’est pas Cachérisable même par « Hag’ala », notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que vis-à-vis de l’interdiction des aliments cuits par un non-juif on peut autoriser sa Cachérisation par « Hag’ala » 3 fois consécutives). (Halih’ot ‘Olam page 97 et page 104).

Lorsque notre maître le Rav z.ts.l occupait les fonctions de Av Beit Din au Caire, une femme arabe aidait l’épouse de notre maître dans les tâches ménagères. Un jour, cette femme fit une omelette pour elle-même dans une poêle à frire appartenant à notre maître le Rav z.ts.l et à sa famille. Notre maître le Rav z.ts.l indiqua à son épouse de tremper la poêle dans l’eau bouillante, et de le faire en présence de la femme non-juive afin qu’elle apprenne qu’elle ne doit plus agir ainsi dans l’avenir.
(Lorsque notre maître le Rav z.ts.l et sa famille quittèrent le Caire, cette femme arabe éclata en sanglots de la peine de se séparer de la Rabbanit, et pour le mérite qu’elle perdait désormais de ne plus se tenir aux côtés de l’épouse du saint H’ah’am).

Cependant, il existe des cas où il est permis de consommer un plat cuit par un non-juif, comme nous l’expliquerons dans les prochaines Halachot.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha