Halacha pour mercredi 4 Tevet 5780 1 janvier 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Un Talmid H’ah’am (un érudit dans la Torah) qui fait l’objet d’un mauvais renom

Question: Un Talmid ‘Ha’ham qui fait l’objet de mauvaises rumeurs selon lesquelles il aurait commis diverses transgressions de la Torah, en laissant libre cours à ses pulsions, y a-t-il malgré tout l’obligation de le respecter?

Réponse: Rabbénou Meïr ABOUL’AFIA Ha-Levy (On le surnomme également le « Rama », à ne pas confondre avec le Rama auteur des notes sur le Choul’han ‘Arou’h. Il a vécu il y a environ 800 ans, et il était le compagnon d’étude du RAMBAN. Il a rédigé également des ouvrages sur la Kabbala) écrit que toutes les règles qui ont été dites au sujet du respect envers les Talmidé H’ah’amim, concernent uniquement un véritable Talmid H’ah’am qui craint Hachem. Mais par contre, des Talmidé H’ah’am qui se montrent négligeant dans les Mitsvot et qui ne reflètent pas la crainte d’Hachem, sont à considérer comme les personnes les plus insignifiantes de la communauté, et ces gens profanent le nom d’Hachem. C’est sur de tels individus que le prophète Mih’a s’exprime en disant (chap.3) : « Écoutez cela, vous les dirigeants de la maison de Ya’akov et les chefs de la maison d’Israël, qui font du jugement une abomination et qui détournent toute forme de droiture… c’est pourquoi, à cause de vous Tsion sera labouré comme un champ, et Jérusalem deviendra un monticule de ruines. Le Mont du Temple deviendra une hauteur boisée. »
On déduit des propos du prophète qu’il n’y a plus de sens à la sagesse du Rav lorsque celui-ci ne possède pas la crainte d’Hachem, comme MARAN le tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ en ces termes:
Un Talmid H’ah’am qui est négligeant dans les Mitsvot et qui ne possède pas la crainte d’Hachem, est à considérer comme la personne la plus insignifiante de la communauté. Nous avons déjà écrit à ce sujet il y a 2 jours.

On rapporte dans la Guémara Mo’èd Katann (17a) une anecdote au sujet d’un grand Talmid H’ah’am qui avait un mauvais renom, mais dont les connaissances en Torah étaient nécessaires aux Talmidé H’ah’amim de sa génération. Rav Yéhouda excommunia ce Talmid H’ah’am à cause de son mauvais renom, même si les Talmidé H’ah’amim de sa génération avaient besoin de ses connaissances en Torah. En effet, cette Guémara commente un verset : « Les lèvres du Cohen préserveront la connaissance, et on ira réclamer la Torah de sa bouche, car il est un ange d’Hachem. » Lorsque le Rav est comparable à un ange d’Hachem, on va réclamer la Torah de sa bouche, mais sinon, on ne va pas réclamer la Torah de sa bouche. C’est pourquoi, Rav Yéhouda excommunia ce Talmid H’ah’am, même si on avait besoin de ses connaissances en Torah, malgré tout, il est préférable de ne pas apprendre de la Torah de sa bouche, puisqu’il a un mauvais renom.

MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ tranche en ces termes:
Le Rav qui ne marche pas dans le droit chemin, même s’il s’agit d’un grand H’ah’am et que tout le peuple a besoin de lui, on ne doit rien apprendre de lui jusqu’à ce qu’il revienne dans le droit chemin.
Ces propos du Choulh’an ‘Arouh’ prennent leur source dans la Guémara Mo'èd Katann que nous avons mentionné.

Même s’il est expliqué dans la Guémara que Rav Yéhouda a excommunié un H’ah’am parce qu’il avait un mauvais renom, malgré tout, le fait d’excommunier un Talmid H’ah’am qui a commis des transgressions, n’est pas évident du tout, par égard au rang des Talmidé H’ah’amim. Un Talmid H’ah’am expérimenté dans la sagesse de la Torah ou bien un Av Beth Din (chef de tribunal rabbinique) qui a commis une transgression, on ne peut jamais l’excommunier publiquement, sauf s’il a agit comme Yérov’am Ben Névatt, mais on doit lui signifier qu’il est préférable - par égard pour son rang - de rester désormais chez lui.)

De plus, il est possible que le Talmid ‘Ha’ham a fauté et s’est ensuite repenti de façon sincère, et dans ce cas sa faute aura été pardonnée.
Mais ces questions contiennent de très nombreuses nuances, et il faut agir pour chaque question de ce domaine en accord avec les Grands de la Torah, de véritables Talmidé ‘Ha’hamim qui maitriseront l’authenticité du sujet.

8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha


La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha