Halacha pour mercredi 2 Sivan 5779 5 juin 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah.

Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié Mo’ed »
Nous devons avant tout clarifier un point mentionné lors de la précédente Halah’a concernant la préférence qu’il faut donner cette nuit là à la Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié Mo’ed ».

En effet, même si telle est la tradition chez les Séfaradim, conformément à l’opinion de nos maîtres les Kabbalistes, malgré tout, les personnes qui ont l’usage d’étudier durant cette nuit le « Livre des Mitsvot » rédigé par le Rambam, ou d’écouter des cours de Torah, ces gens ont un appui Halah’ic. En particulier, si les Rabbanim de l’endroit estiment que ce type d’étude sera davantage bénéfique, comme les différents programmes d’étude organisés dans des communautés où les fidèles sont éloignés de la religion. Ces gens méritent qu’on les stimule et qu’on les rapproche par des paroles de Torah agréables, en attirant leurs oreilles vers la morale. Or, il semble que la simple lecture du « Tikkoun » ne soit pas adaptée pour atteindre à cet objectif.

Notre maître le Rav z.ts.l écrit (dans son ouvrage H’azon Ovadia–Yom Tov page 311) que de nombreux grands Rabbanim Achkénazim, et parmi eux, le Gaon le Rav KOOK z.ts.l, avaient pris l’usage d’étudier le « Livre des Mitsvot » rédigé par le Rambam, durant la nuit de Chavou’ot.

De même, dans sa synagogue, notre maître le Rav z.ts.l avait l’usage d’étudier en public les commentaires de nos maîtres dans le Midrach, ainsi que des explications sur les Halah’ot (sans compter le temps que le Rav passait à la lecture du « Tikkoun » lui-même).
Malgré tout, si l’assemblée lit le « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié Mo’ed », il n’est pas correct de se démarquer de l’ensemble de la communauté, et il faudra dans ce cas lire le « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié Mo’ed », conformément à l’opinion des Kabbalistes.

Bénédictions sur des aliments ou des boissons lors de la nuit de Chavou’ot.
Lorsque des gens étudient la Torah durant la nuit, et qu’on leur sert régulièrement du thé ou du café ou autre, ils doivent réciter la bénédiction sur la boisson lors de la première consommation, et ils ne devront plus réciter de bénédictions sur les boissons lors des prochaines consommations durant la nuit. Ceci est valable même s’il y a un laps de temps de 72 mn et plus entre chaque consommation de boisson.
Il est bon de penser explicitement lors de la première consommation de la boisson à acquitter de bénédiction toute boisson qui sera servie durant la nuit.

Mais cependant, il est certain que si l’on sort à l’extérieur de la synagogue durant la nuit, et qu’au retour on désir consommer de nouveau une boisson, on doit dans ce cas réciter de nouveau la bénédiction sur cette boisson, car le fait d’être sorti de la synagogue est considéré comme une coupure avec la bénédiction récitée préalablement, et cette nouvelle boisson n’est plus incluse dans la première bénédiction. (Hazon Ovadia page 311).

Lecture du Chéma’
Il faut lire le Chéma’ la nuit de Chavou’ot avant l’heure de H’atsot (moitié de la nuit), comme on en a l’usage dans les synagogues. (Ibid.)

Bénédictions du matin et bénédictions de la Torah
On ne doit réciter les bénédictions de la Torah qu’à partir de l’aube (horaire indiqué dans les calendriers).
Même une personne qui n’a pas dormi peut réciter elle-même les bénédictions de la Torah à l’aube. Hormis les bénédictions de la Torah, il faut aussi réciter les bénédictions du matin, ce qui inclus celle de « Elokaï, Néchama », et qui exclu celle de Nétilat Yadaïm qui n’est récitée que lorsqu’on a dormi. (Concernant la bénédiction de Acher Yatsar, on ne la récite que lorsqu’on s’est rendu aux toilettes pour y soulager ses besoins naturels).

8 Halachot Les plus populaires

Bérah’a de Léshev Ba-Souccah

Question: Quel est l’usage le plus juste selon la Halah’a concernant la Bérah’a de « Léshev Ba-Souccah » : Faut-il la réciter debout, avant de s’asseoir pour prendre le repas dans la Souccah, ou bien faut-il réciter cette Bérah&r......

Lire la Halacha

Le devoir d’habiter dans la Souccah

Le devoir de siéger dans la Souccah Il est dit dans notre sainte Torah  (Vayikra 23):  « Vous habiterez dans des Souccot pendant 7 jours. Chaque membre d’Israël devra habiter dans les Souccot. Afin que les générations futures sachent que j&rsquo......

Lire la Halacha

« Hocha’ana Rabba »

La tradition des prières le soir de Hocha’ana Rabba Le 7ème jour de la fête de Soukkot – qui tombera cette année ce dimanche (depuis samedi soir) – est appelé le jour de « Hocha’ana Rabba », et l’on augmente ce jour l&agrav......

Lire la Halacha

La veille de Yom Kippour – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l en 5768 : « Je pardonne à tout le monde ! »

Le devoir de consommer la veille de Yom Kippour Il est écrit dans la Torah (Vaykra 23): « …Vous jeûnerez le 9 du mois, au soir… » Ce qui veut dire que, dès le soir qui précède le 10 Tichré, entre en vigueur l’obligation de j......

Lire la Halacha


La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

Le statut de celui qui oublie « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l&rs......

Lire la Halacha

La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les diffé......

Lire la Halacha

Sim’hatt Torah

Le RAMBAM écrit (chap.8 des règles relatives au Loulav): Bien qu’il soit un devoir de se réjouir lors de toutes les fêtes, lors de la fête de Soukkot il y avait dans le Temple une joie particulièrement intense, comme il est dit : « Vous vous r&eac......

Lire la Halacha