Halacha pour dimanche 18 Nissan 5780 12 avril 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

La mention de « Morid Ha-Tal » et de « Baréh’énou »

La période estivale dans la prière 
Depuis le 1er Yom Tov de Péssah’, nous quittons la période des pluies, et par conséquent, à partir de l’office de Moussaf, on ne mentionne plus « Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guéchem » dans la prière. Nous disons à la place: « Morid Ha-Tal ». Certaines communautés Achkénazes ne mentionnent absolument pas « Morid Ha-Tal » dans la prière.

De même, dès la sortie du 1er Yom Tov de Péssah’ (du 2ème Yom Tov, en dehors d’Israël), on ne dit plus « Bareh’ ‘Alénou », mais Baréh’énou » chez les Séfaradim, alors que les Achkénazim ne font plus la moindre mention particulière à cet emplacement de la prière.

Lorsqu’on a dit « Machiv Ha-Rouah’ » par erreur
Puisque les pluies ne sont pas un signe de bon augure durant l’été, nos maîtres enseignent dans la Guémara Roch Ha-Chana (3b): que lorsqu’on mentionne par erreur « Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem », on doit recommencer la ‘Amida.

Cependant, l’obligation de recommencer depuis le début de la ‘Amida n’est pas en vigueur dans tous les cas, car cela dépend de l’endroit de la ‘Amida où l’on s’est rendu compte de l’erreur.

Si l’on se rend compte de l’erreur avant de conclure la Bérah’a, c’est-à-dire avant de dire « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Méh’ayé Ha-Métim », on recommence seulement depuis « Ata Guibor » en disant « Morid Ha-Tal » conformément au Din.

Si l’on se rend compte de l’erreur après avoir dit « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï », on dira les termes « Lamédéni H’oukéh’a » (afin que la bénédiction ne soit pas dite en vain), et on recommencera depuis le début de la Bérah’a (« Ata Guibor »).
Si l’on se rend compte de l’erreur après avoir dit « Méh’ayé Ha-Métim », on recommence depuis le début de la ‘Amida.

Lorsqu’on a dit « Bareh’ ‘Alénou » par erreur
Lorsqu’on a dit « Bareh’ ‘Alenou » en été par erreur, on doit recommencer depuis le début de la ‘Amida, mais là aussi, cela dépend de l’endroit de la ‘Amida où l’on s’est rendu compte de l’erreur.

Si l’on se rend compte de l’erreur avant de conclure la Bérah’a de « Mévareh’ Ha-Chanim », on recommence depuis le début de la Bérah’a (en disant Baréh’enou).
Si l’on se rend compte de l’erreur après avoir dit « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï », on dira les termes « Lamédéni H’oukéh’a » (afin que la bénédiction ne soit pas dite en vain), et on recommencera depuis le début de la Bérah’a (Baréh’enou).

Si l’on se rend compte après avoir conclut la Bérah’a, ou même dans l’une des Bérah’ot suivantes, ou bien même dans le passage de « Eloha-ï Nétsor », on recommence depuis le début de la Bérah’a de « Mévareh’ Ha-Chanim » (Baréh’enou), et on continuera les Bérah’ot suivantes.

Si l’on se rend compte de l’erreur lors du dernier « Ihyou Lé-Ratson », on recommence depuis le début de la ‘Amida (Choulh’an ‘Arouh’ chap.117 et les Ah’aronim).

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’interdiction de consommer de la viande et des laitages à la même table

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de consommer des laitages à une table où se trouvent des aliments « viande », car il y a lieu de craindre que l’un consomme l’aliment interdit et que l’......

Lire la Halacha