Halacha pour mardi 4 Nissan 5779 9 avril 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

« Tu raconteras à ton fils »

Question: Accomplit-on la Mitsva de « Tu raconteras à ton fils » le soir du Séder, même lorsqu’on enseigne le miracle de la sortie d’Egypte à ses filles, ou bien la Mitsva n’est accomplie que lorsqu’on raconte exclusivement à ses fils?

Réponse: Au sujet de la Mitsva d’enseigner aux enfants le miracle de la sortie d’Egypte le soir de Péssah’, il est dit dans la Torah : « Tu raconteras ton fils ». C’est pourquoi nous avons l’usage de laisser les enfants poser les 4 questions, et le père répond à chacun selon ses capacités intellectuelles, en leur racontant le miracle de la sortie d’Egypte, que ce soit par la lecture de la Haggada, ou en ajoutant d’autres éléments.
Mais en réalité, on peut se poser la question si l’essentiel de cette Mitsva s’accomplit aussi avec des filles, car il est tout de même écrit explicitement dans la Torah « Tu raconteras à ton fils », ce qui sous entend que les filles ne sont pas incluses dans cette Mitsva. Mais il y matière à dire que le terme employé par la Torah n’est pas un terme exhaustif mais uniquement un terme approprié au contexte traité dans une Paracha précise.

Notre grand maître le Rav z.ts.l s’est longuement étendu sur ce sujet dans son livre Chou’t H’azon ‘Ovadia (chap.21), et il cite une preuve selon laquelle les filles sont également incluses dans cette Mitsva. En effet, le Téroumat Ha-Déchen écrit qu’il est interdit de donner une Matsa nouvelle à un enfant la veille de Péssah’, afin que la Matsa soit quelque chose de nouveau pour l’enfant et que l’on puisse dialoguer avec lui du sujet de la Matsa (comme nous le disons dans la Haggada : « Je ne parle que du moment où la Matsa et le Maror sont placés devant toi »). Le Maguen Avraham ajoute sur les propos du Téroumat Ha-Déchen qu’il en est de même pour une petite fille, afin que la Matsa soit pour elle aussi une chose nouvelle le soir du Séder. Nous pouvons donc en déduire que les filles sont elles aussi concernées par la Mitsva de « Tu raconteras à ton fils ».

Notre maître ajoute une preuve supplémentaire à partir de la Guémara Péssah’im (116a) où il est enseigné que si l’enfant est intelligent, c’est lui qui posera les questions et c’est le père qui y répondra. Si l’enfant n’est pas intelligent (ou n’a pas la capacité intellectuelle suffisante pour poser les questions), c’est la femme qui les posera.
Cette Guémara prouve donc que lorsque la Torah dit « Tu raconteras à ton fils », cela ne vient pas exclure les filles, mais au contraire, elles sont elles aussi incluses dans cette Mitsva, car lorsqu’un homme n’a pas d’enfant en mesure de poser les questions, c’est à sa femme de le faire. Nous en déduisons donc que l’essentiel de la Mitsva réside dans le fait de raconter la sortie d’Egypte à ses fils ou à ses filles ou à son épouse.

En réalité, même d’un point de vue logique, il n’y a pas matière à différencier les garçons des filles concernant le récit de la Sortie d’Egypte, car tout l’objectif de ce devoir est de faire pénétrer dans le cœur tendre des enfants notre Foi en Hachem, qui nous a délivrés d’Egypte, et qui a fait de nous le peuple Elu, qui nous a sanctifiés par toutes ses Mitsvott.
Concernant la Foi en Hachem, il n’y a aucune différence entre les garçons et les filles. Au contraire, la Foi des filles d’Israël et des femmes d’Israël a accompagné le peuple d’Israël durant toutes les générations, plus que celle des garçons et des hommes. Comme l’enseignent nos maitres : « C’est par le mérite des femmes justes qu’Israël fut délivré d’Egypte », car elles étaient plus attachées à la Foi en Hachem que les hommes.
Il en fut ainsi durant toutes les générations, lorsqu’Israël traversa de dures et terribles épreuves, les femmes étaient davantage renforcées dans la Foi en Hachem.
Cette notion est expliquée à divers endroits dans la Guémara.

En conclusion: Les filles sont également incluses dans la Mitsva de « Tu raconteras à ton fils », et il faut leur raconter de façon la plus détaillée l’histoire de la sortie d’Egypte, afin d’accomplir la Mitsva ordonnée par la Torah pour cette nuit là.
Il est interdit de se focaliser exclusivement sur les garçons dans le récit de la Sortie d’Egypte.

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha