Halacha pour dimanche 17 Adar II 5779 24 mars 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Le H’amets et les KITNIOTT (légumineuses) pendant Pessah’ – année 5779 – Ce qu’instaura notre maitre le Rav z.ts.l

Définition du ‘Hamets
Il est dit dans la Torah au sujet de Pessah’ (Chémott 13):
« Les Matsot seront consommées durant 7 jours, et il ne sera vu ni H’amets, ni levain dans tes domaines.»
Le H’amets que la Torah interdit correspond au contact de la farine de l’une des 5 céréales du DAGAN (le blé ; l’orge ; le seigle ; l’avoine ; l’épeautre) avec de l’eau durant un certain laps de temps. Par ce contact s’opère une modification de la constitution intérieure de la farine et débute la fermentation. Dès le début de cette fermentation, ce H’amets devient interdit à la consommation et au profit, et il est également interdit à tout juif de le posséder chez lui durant Pessah’.

Les KITNYOTT
Le riz et les diverses KITNIOTT, comme les petits poids, les pois chiches, les haricots, le soja, les lentilles ou autres, sont autorisés à Pessah’, car il n’y a de H’amets que lorsque l’aliment est fait à base de l’une des 5 céréales du DAGAN que l’on a cité plus haut. Or, les KITNIOTT n’en font pas partie puisqu’ils sont des légumes.
Tout ceci, à la condition que l’on veille à vérifier le riz de sorte qu’il n’y a pas de grains de blé ou d’orge, ou d’autres céréales du DAGAN mélangés au riz, car il arrive parfois dans les régions où l’on fait pousser le riz, que les champs de blé ou d’autres céréales H’amets se trouvent à proximité. De même, les sacs dans lesquels on transporte le riz, servent aussi à transporter les céréales H’amets, qui peuvent ensuite se mélanger au riz et par cela, interdire tout un plat cuisiné avec ce riz (comme nous l’avons déjà expliqué antérieurement, puisque nous avons vu que même une miette de H’amets à la capacité d’interdire toute une grande marmite contenant un plat cuisiné).
C’est pourquoi, il est d’usage de trier le riz pour Pessah’ avec une grande vigilance et beaucoup de concentration, 3 fois consécutives, à un moment où les enfants en bas- âge ne se trouvent pas à proximité des personnes qui vérifient.

La tradition des Achkénazim et de quelques communautés Séfarades
À cause du risque de mélange de grains de céréales DAGAN avec les grains de KITNIOTT, les Achkénazes ont la tradition de s’interdire les KITNIOTT durant Pessah’. C’est ainsi que les maîtres Achkénazim ont tranchés de façon catégorique l’interdiction de la consommation des Kitniyot pendant Péssah’.
Cependant, cette interdiction ne s’est pas répandue dans la plupart des pays Séfarades. Un Séfarade ne doit pas s’imposer de rigueur sur ce point pour plusieurs raisons.
Il y a aussi quelques Séfarades très scrupuleux (essentiellement ceux originaires d’Afrique du Nord) qui s’imposent également l’usage de s’interdire la consommation de riz durant Pessah’, tout comme les Achkénazim.
Cependant, ils ne s’interdisent en général que le riz et non le reste des KITNIOTT. Certains d’entre eux s’interdisent également les pois chiches.

Notre maitre le Rav z.ts.l et le Rav ONTERMAN z.ts.l
Avant que notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l n’occupe les fonctions de Grand Rabbin de Tel Aviv, le grand rabbinat local distribuait une revue contenant les Halachot relatives à Péssa’h à tous les habitants de la ville, et il y était écrit ainsi:
« Les Kitniott sont interdites à Péssa’h, et les Séfaradim ont l’usage de se les autoriser. »
En 5730 (1970), lorsque notre maitre le Rav z.ts.l pris ses fonctions en tant que Grand Rabbin de la ville, il consulta le Gaon Rabbi Isser Yéhouda ONTERMAN z.ts.l - qui était le Grand Rabbin Achkénaze de Tel Aviv (et plus tard Grand Rabbin Achkénaze d’Israël) – et lui dit : « Que signifie ce texte diffusé dans la revue distribuée par le grand rabbinat ?? Les Kitniott sont permises ! »
C’est pourquoi, on modifia ensuite le texte ainsi:
« Les Kitniott sont autorisées à Péssa’h, et les Achkénazim ont l’usage de se les interdire. »
Il y a une conséquence Halachique à cela, car même les Achkénazim sont autorisés à conserver des Kitniott chez eux pendant Péssa’h (même sans les vendre).
Par exemple: Des Achkénazim qui ont un bébé nourri avec du substitut de lait, comme du Materna ou du Similac, il leur est permis sans conteste d’utiliser ce substitut de lait pendant Péssa’h, même s’il contient des Kitniott. Ils devront seulement veiller à l’utiliser avec précaution et dans des ustensiles spécifiques pour le bébé, mais ll n’y a pas matière à s’imposer la rigueur dans un tel cas en disant que les Kitniott sont totalement interdites.

Le problème qui se pose cette année
Cette année (5779), les habitants d’Israël sont confrontés à un problème particulier en rapport avec la règle des Kitnyott. En effet, le 7ème jour de Péssa’h (le dernier jour en Israël) tombe un vendredi. Se pose donc une question : les Achkénazim auront-ils le droit de cuisiner des Kitnyott pendant les jours de ‘Hol Ha-Mo’ed (jours de demi-fête), afin d’avoir de quoi manger le jour de Chabbat à la sortie de Péssa’h?
Nous traiterons cette question ultérieurement avec l’aide d’Hachem.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha