Halacha pour mercredi 12 Adar 5781 24 février 2021

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit
La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir de prendre le repas de Pourim n’existe que durant la journée et non la nuit. Malgré tout, nombreux de nos maîtres les décisionnaires médiévaux écrivent qu’il y a aussi une Mitsva de prendre un repas le soir de Pourim, comme nous le faisons pour toutes les autres fêtes. Tel est l’avis des Guéonim.
Cependant, d’un point de vue Halachique, l’essentiel du repas de Pourim est en journée exclusivement.
Si quelqu’un a pris son repas de Pourim uniquement le soir, il n’est pas quitte de son obligation vis-à-vis du repas de Pourim, car il est dit : « Les jours » de festins et de joie. Nous apprenons de là qu’il faut prendre le repas de Pourim en journée et non la nuit.
Lorsqu’on prend le repas en journée, il faut veiller à le prendre dans un endroit éclairé, et de multiplier toute forme de réjouissance de Mitsva, par des paroles de Torah, en se réjouissant de ce qu’Hachem donne à chacun, et pour le fait qu’il nous a distingués de ceux qui s’égarent, et qu’il nous a donné une Torah de vérité ainsi que de bonnes et justes lois selon lesquelles nous devons nous conduire, et par lesquelles nous mériterons le Monde Futur.

Le moment du repas de Pourim
Toutes les autres années, le repas de Pourim se prend exclusivement en journée, comme nous l’avons écrit. Les décisionnaires ont mis en garde à chaque année, afin que l’on ne prenne pas le repas de Pourim peu de temps avant le coucher du soleil, car dans ce cas, la réjouissance de Pourim se fera essentiellement à la sortie de Pourim. C’est pourquoi, les décisionnaires écrivent qu’il faut avancer le repas de Pourim au maximum, et ceci pour diverses raisons supplémentaires.

De nombreuses personnes ont l’usage de prier l’office de Minh’a en début d’après midi (« Minh’a Guédola »), et de prendre le repas de Pourim immédiatement après.
Les gens méticuleux veillent à prendre le repas de Pourim le matin, avant même qu’arrive le moment de l’office de Minh’a, car telle est l’opinion de plusieurs décisionnaires, comme le Chla Ha-Kadoch, qui écrit qu’il faut avancer le repas de Pourim au matin, et que toute personne qui prend le repas de Pourim le plus tôt possible, est digne de la louange.

Tel était l’usage de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, de prendre le repas de Pourim immédiatement après l’office de Chah’arit, comme on le fait le jour de Chabbat, conformément aux propos du Chla Ha-Kadoch..

Cependant, selon le Din, il est possible de débuter le repas de Pourim même à une heure plus tardive (au milieu de la journée), comme le font la plupart des gens (Selon certains, il est même préférable d’agir ainsi).

Le moment du repas de Pourim cette année (5781)
Toutefois, cette année (5781), Pourim (14 Adar) tombe ce vendredi (26 février), c'est-à-dire depuis le jeudi soir (25 février). Or, dans les villes fortifiées d’une muraille depuis l’époque de Yéhochoua’ Bin Noun, c’est à dire Jérusalem, puisque le 15 Adar tombe un Chabbat ; les habitants Jérusalem célèbreront la fête de Pourim en 3 parties (Pourim Méchoulach), comme nous l’expliquerons demain, si D. veut.

Pour les endroits où l’on célèbrera Pourim vendredi, le RAMA écrit (chap.695 note 5) qu’il faut dans ce cas avancer l’heure du repas de Pourim, par respect pour le Chabbat, afin que le repas de Chabbat soit pris avec appétit, et non dans le rassasiement et la fatigue du repas de Pourim.
Tel est également l’avis du Gaon auteur du Michna Béroura qui écrit que lorsque Pourim tombe un vendredi, il faut prendre le repas de Pourim le matin, avant la moitié de la journée (11h50 à Jérusalem, environ 12h55 en France).

Notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion le Rav Its’hak YOSSEF Chlita écrit (Yalkout Yossef- Pourim chap.695) que selon le stricte Din on peut autoriser à prendre le repas de Pourim même dans l’après-midi du vendredi, puisqu’il s’agit d’un repas de Mitsva, qu’il est permis de consommer un vendredi après-midi lorsqu’il est pris au véritable jour où il doit être pris (« Sé’oudatt Mistva Bizmana »). (Certains prolongent ce repas jusqu’au vendredi-soir, puis ils posent une nappe et procèdent à Kiddouch, et ils prient ensuite ‘Arvit).

Malgré tout, le Yalkout Yossef ajoute au nom du livre Séfer Omets que lorsque Pourim tombe un vendredi, si l’on prend le repas de Pourim en après-midi, on porte atteinte par cela au respect du Chabbat. De ce fait, il est préférable d’avancer « l’essentiel » du repas au matin, c'est-à-dire, que l’on entame au moins le repas en fin de matinée, afin que dans l’après-midi on ne consomme que très peu, en l’honneur de Chabbat.
Il ajoute encore que tel est l’usage de Jérusalem où l’on prend le repas de Pourim le matin, en ayant au préalable accomplit les Mistvott du jour – Michloa’h Manott et Matanott Laevyonim – avant le repas.

A postériori, si l’on n’a pas pris le repas de Pourim le matin, on peut le prendre dès que possible, en s’efforçant de l’avancer au maximum, par respect pour le Chabbat. On devra aussi veiller à ne pas négliger – ‘Hass Véchalom –  l’office de ‘Arvit de vendredi-soir.

En conclusion: Il faut prendre le repas de Pourim le jour de Pourim et non la nuit.
Il est bon d’avancer au maximum le repas de Pourim, particulièrement cette année où Pourim tombe un vendredi, et où l’on doit donc avancer le repas au matin, afin de consommer le repas de Chabbat avec appétit. A postériori, on peut prendre le repas de Pourim dès que possible.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

TIEMPO DE LLUVIAS

Comenzamos a citar el párrafo “Mashib Haruaj…” en la plegaria de Musaf (adicional) de la festividad de Simjat Torá (shemini atzeret, fuera de Israel). No se trata de un pedido formal por las lluvias sino de una alabanza al Creador, por ello se denomina en el lenguaje......

Lire la Halacha

EL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír los sonidos del Shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá será para ustedes. A partir de que se oyen las bendiciones correspondientes está absolutamente prohibido hablar hasta que finalicen ......

Lire la Halacha

HOL HAMOED

Los días intermedios entre el primero y el séptimo día de Sucot o el primero y el último de Pesaj, son denominados Hol Hamoed y nuestra sagrada Torá los denomina “mikrae kodesh”, o sea convocación sagrada y así mismo los citamos en la pleg......

Lire la Halacha


MACETAS DENTRO DE LA CASA

Como vimos anteriormente, las prohibiciones de trabajar la tierra durante el año sheviit aplican incluso a las macetas conectadas, según la Torá, a la tierra por medio de huecos. A continuación, veremos sobre esta prohibición referida a las macetas que se hallan......

Lire la Halacha

SOBRE LA SANTIDAD DE LOS FRUTOS EN EL AÑO SHEVIIT

Como vimos anteriormente en las entregas que precedieron, los frutos que crecen durante el año sheviit, este año 5782, poseen una santidad especial, incluso si se los exporta fuera de Israel. Por ello los etroguim que saldrán de Israel el año próximo deben cuidarse......

Lire la Halacha

LEYES SOBRE LA FESTIVIDAD DE SUCOT

A pedidos de numerosos suscriptores, citamos a continuación un compendio de leyes sobre la festividad de Sucot. 1. La Sucá debe estar construida de –por lo menos- tres paredes y el “secaj” –techo de paja-. Las paredes pueden confeccionarse de cualquier mater......

Lire la Halacha

JARDIN COMPARTIDO

Como vimos anteriormente, durante el año sheviit –este año 5782- está prohibido realizar cualquier trabajo agrícola en la tierra de Israel, como plantar, etc. a menos que se trate de algún trabajo destinado a proteger la plantación para que no sufra da......

Lire la Halacha