Halacha pour jeudi 22 Tammuz 5778 5 juillet 2018

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour la guérison totale de Gilles Moshé Ben Aharon Daien parmi tous les malades d'Israël

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Une personne revenue à la Torah, qui avait dans le passé lavé des vêtements pendant Chabbat

Question d’un Ba’al Téchouva: Une personne qui était non-pratiquante et qui a dans le passé lavé des vêtements pendant Chabbat, si elle a à présent eut le mérite de revenir vers la Torah, lui est-il interdit à jamais de tirer profit de ces vêtements?

Réponse:
Avant tout, il est juste de préciser qu’une personne qui a lavé des vêtements pendant Chabbat, ces vêtements lui sont interdits même à la sortie de Chabbat.
Cependant, si la chose a été réalisée de façon involontaire, il lui sera permis de revêtir le vêtement dès la sortie de Chabbat, comme le tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.318) en ces termes : Une personne qui cuit de façon volontaire pendant Chabbat, il lui est interdit (de consommer ce plat) à jamais, mais ce plat reste permis aux autres dès la sortie de Chabbat. Si la chose s’est produite de façon involontaire, le plat reste interdit seulement durant le Chabbat à la personne qui l’a cuit, mais le soir (à la sortie de Chabbat), le plat lui sera permis immédiatement.

Une personne non-pratiquante est-elle considérée comme commettant des interdits de façon « volontaire » ?
Dans notre cas, où cette personne manquait de connaissance dans la Torah et dans la crainte d’Hachem, et pour qui ceux qui observent la Torah ressemblaient à des êtres obscures et primitifs, comme on l’enseigne malheureusement dans divers établissements laïcs, il est donc très probable qu’une telle personne doit être considérée comme quelqu’un qui a transgressé de façon involontaire, et on doit lui permettre d’utiliser les vêtements qui on été lavés pendant Chabbat dans le passé.

Un mélange de vêtements
Il y a un argument supplémentaire pour autoriser.
Cette personne ne sait pas avec certitude quel vêtement a été lavé pendant Chabbat, car certains de ses vêtements ont été lavés pendant Chabbat, mais d’autres ont été lavés en semaine.
Selon cela, nous avons donc des vêtements lavés pendant Chabbat mélangés à des vêtements lavés en semaine.
Or, l’interdiction de tirer profit d’une transgression commise pendant Chabbat ne prend pas sa source dans la Torah mais dans les interdits érigés par nos maîtres. Selon cela, nous sommes seulement face à un doute d’ordre Midérabbanan (sur une loi de nos maîtres). De plus, nous sommes aussi face à un mélange de vêtements dont certains ont été lavés pendant Chabbat et d’autres en semaine, et il est certain que la plupart des vêtements ont été lavés en semaine, nous pouvons donc nous fier à la majorité des vêtements qui ont été lavés en semaine. (Et puisqu’il faut faire d’autres dépenses pour une nouvelle lessive, ce n’est donc pas considéré comme un cas de « Davar Chéyech Lo Matirinn » qui ne s’annule dans aucun mélange, mais nous ne pouvons nous étendre davantage sur ce dernier point).

Un vêtement lavé pendant Chabbat, qui a été de nouveau lavé en semaine
Même si les vêtements ont tous été forcément lavés un jour de Chabbat, si ce n’est lors du dernier lavage, peut-être lors de l’avant dernier, malgré tout, puisqu’ils se sont de nouveau salis et qu’on les a de nouveau lavés en semaine, il n’y a plus d’interdiction à les porter.

Il est vrai que le Gaon auteur du Ben Ich H’aï écrit qu’un foulard lavé pendant Chabbat, même s’il a été de nouveau salit et qu’on l’a de nouveau lavé en semaine, ce foulard n’a pas de permission, malgré tout, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l réfute ses propos dans son livre H’azon Ovadia-Chabbat (volume 4 page 441), car nos maîtres n’ont interdit de tirer profit d’un interdit commis pendant Chabbat seulement lorsqu’on tire profit de l’acte concret de la transgression, mais si le vêtement a été de nouveau salit et qu’on l’a de nouveau lavé en semaine, il n’y a plus de profit de l’acte commis pendant Chabbat, et il est permis d’utiliser le foulard sans la moindre crainte.

En conclusion: Par conséquent, dans notre cas où il y a un doute si les vêtements ont été lavés la dernière fois pendant Chabbat, et que cette personne a eut le mérite de revenir à ses sources spirituelles, il lui est permis d’utiliser ces vêtements à sa guise.
« Alors les esprits égarés connaîtront la sagesse, et les révoltés accepteront l'instruction. » (Yécha’ya 29-24).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’obligation de manger dans la Souccah – Les jours entre Yom Kippour et Soukkot

Les jours entre Yom Kippour et Soukkot sont des jours saints, durant lesquels nous sommes occupés à la Mitsva de la Soukka, afin de s’élever de niveau en niveau. Nos maîtres enseignent que les 4 jours qui séparent Yom Kipour de Soukkot sont reconnus comme &eac......

Lire la Halacha

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

Les 10 jours de pénitence

« Réclamez Hachem là où il se trouve » Nos maîtres enseignent (traité Roch Ha-Chana 18a) que les propos du verset « Réclamez Hachem là où il se trouve, implorez le lorsqu’il est proche » concernent la périod......

Lire la Halacha

Les 10 jours de Téchouva

Remarque importante: Les personnes qui souffrent de certaines maladies, comme le diabète ou autre, doivent dès maintenant consulter un médecin qui craint le Ciel et prendre conseil auprès d’une autorité rabbinique compétente, afin de se prépare......

Lire la Halacha


Règle du Ska’h de la Souccah et des décorations suspendues au Ska’h

Le devoir d’embellir la Souccah Il est une très grande Mitsva d’embellir la Souccah et de la décorer le plus possible, en y introduisant de beaux objets, et en l’éclairant de façon agréable. Les Kabbalistes écrivent que par le fait d&rsqu......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana

La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour.  Pour la veille de Roch Ha-Chana ou de tout autre Yom Tov,......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

La bonne conduite à adopter pendant les jours de Roch Ha-Chana – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Nous avons la tradition de consommer de la viande grasse, ainsi que des douceurs, le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit dans le livre de Néh’emya : « Allez manger des plats gras, et buvez des boissons aromatisées. Envoyez des cadeaux au nécessiteux, car ce jour ......

Lire la Halacha