Halacha pour lundi 8 Shevat 5780 3 février 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Le fondement des règles relatives aux bénédictions alimentaires – La conduite de notre maitre le Rav ztsl envers les bénédictions

Question: Que dois-je faire si j’ai introduit un aliment dans ma bouche sans avoir récité la bénédiction?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (35a) : Il est interdit à une personne de tirer profit de ce monde sans bénédiction. Celui qui tire profit de ce monde sans bénédiction est considéré comme celui qui profite de ce qui appartient à Hachem sans permission, comme il est dit dans le verset « A Hachem appartient la terre ainsi que ce qu’elle contient ». La Guémara demande alors une explication à la contradiction qu’il y a entre les versets, car une fois il est dit « A Hachem appartient la terre ainsi que ce qu’elle contient », et une fois il est dit « la terre, il l’a donnée aux hommes ». La Guémara répond que le verset « A Hachem appartient la terre ainsi que ce qu’elle contient » s’applique à une situation antérieure à la récitation de la bénédiction, alors que le verset « la terre, il l’a donnée aux hommes » s’applique après que l’on ait récité la bénédiction. Cela signifie qu’avant que l’on récite la bénédiction, la nourriture est encore dans une position où elle n’est pas autorisée à être utilisée au profit de l’homme. Ce n’est seulement qu’après avoir récité la bénédiction qu’Hachem nous autorise à en tirer profit.
Par conséquent, il incombe à chacun d’apprendre correctement les règles relatives aux bénédictions, et en particulier, d’être vigilent vis-à-vis de la bénédiction que l’on s’apprête à réciter et ne pas réciter des bénédictions avec légèreté, afin de ne pas arriver - à D. de plaise - à tirer profit d’un aliment qui ne nous est pas encore alloué, en s’abstenant par ignorance de réciter une bénédiction alors qu’il fallait la réciter, ou bien d’arriver à réciter une bénédiction en vain si l’on récite une bénédiction qu’il ne fallait pas réciter, ou bien si l’on récite une bénédiction qui n’est pas appropriée à l’aliment sur lequel on la récite. De même à l’inverse, celui qui récite les bénédictions correctement, avec la concentration requise, méritera une grande récompense, et comme nous le disent nos maitres les Kabbalistes, en récitant les bénédictions comme il se doit, une personne peut réparer beaucoup de choses, heureuse soit-elle, heureux soit son sort.

La vigilance de notre maitre le Rav z.ts.l envers les bénédictions 
Lorsqu’un jour on apporta par erreur les Téfilin de Rabbénou TAM à la place de ceux de RACHI à notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ), et qu’il récita la bénédiction par erreur sur ces Téfilin, il fut attristé durant toute la journée lorsqu’il fut informé de cette confusion, sur le fait d’avoir récité une bénédiction alors qu’il ne fallait pas la réciter. Ainsi, notre maitre le Rav z.ts.l faisait constamment preuve d’une extraordinaire vigilance envers les bénédictions, afin que chaque bénédiction soit récitée lentement et avec concentration, de façon précise, et non comme certaines personnes qui « jettent » littéralement les bénédictions de leurs bouches sans attention. De même, notre maitre le Rav z.ts.l avait la vigilance et mettait en garde chacun sur la façon de prononcer le Nom Divin dans les bénédictions, afin qu’il soit entendu de façon correcte, avec la vocalisation correcte, pas comme certaines personnes qui disent : « Barou’hatadonaï » en un seul mot, alors qu’il faut les découper en 3 mots distincts. Notre maitre le Rav z.ts.l mettait aussi en garde afin de ne pas dire par erreur « Adnaï », erreur fréquente chez les personnes qui récitent leurs bénédictions trop rapidement.

Celui qui met un aliment en bouche et omet de réciter la bénédiction
Venons-en à présent à la question.
Si une personne a mis un aliment en bouche en oubliant de réciter la bénédiction, quel comportement doit-elle adopter dans un tel cas?

Avant tout, il est important de préciser qu’il est interdit de réciter une bénédiction en ayant un aliment en bouche, car il est écrit dans le Téhilim (71) « ma bouche sera emplie de ta gloire », et nos maitres en déduisent qu’au moment où l’on récite la gloire d’Hachem en récitant une bénédiction, la bouche doit être emplie uniquement de la bénédiction et non de nourriture. C’est pour cela que dans un cas où la personne a mis un aliment en bouche sans bénédiction, on devra agir comme suit:

S’il s’agit d’un aliment qui ne sera pas répugnant en le rejetant de la bouche, par exemple un bonbon, que l’on peut rejeter de la bouche et réciter ensuite la bénédiction, on doit le rejeter de la bouche et réciter convenablement la bénédiction sur cet aliment, car on ne doit pas réciter de bénédiction en ayant un aliment dans la bouche. Par contre, s’il s’agit d’un aliment qui sera répugnant en le rejetant de la bouche, il faudra le placer  dans un coin de la bouche et réciter ensuite la bénédiction propre à cet aliment, puis continuer à le consommer.

S’il s’agit d’une boisson que l’on a introduit par erreur sans bénédiction (de sorte que l’on ne peut dans ce cas ni réciter la bénédiction avec la boisson dans la bouche, ni rejeter la boisson puisqu’il est certain qu’elle deviendra répugnante), on devra dire la bénédiction mentalement et ensuite avaler. Si l’on boit de nouveau par la suite, il faudra à ce moment là réciter réellement la bénédiction sur ce que l’on s’apprête à boire (et ne pas se fier à la première bénédiction récitée mentalement). Avant de réciter verbalement la bénédiction, il est bon dans ce cas de dire la formule « Barouh’ Chem Kévod Malh’outo Lé-‘Olam Va-‘Ed » (Bérah’ot 50b, Choulh’an ‘Arouh’ O.H chap.172).

8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha