Halacha pour mercredi 26 Av 5781 4 août 2021

Manger sans se laver les mains (Nétilatt Yadaïm)

Nous avons expliqué dans la Halah’a précédente qu’il n’est pas permis de manger du pain sans se laver les mains (Nétilatt Yadaïm), et cela, même dans le cas où l’on ne touche pas le pain avec ses mains, comme lorsqu’on mange avec les mains dans une serviette ou avec des gants, même dans ces conditions, nous ne pouvons pas négliger l’exécution de l’institution de nos H’ah’amim (nos Sages).

Mais nous avions conclu qu’il existe toutefois une situation dans laquelle nous pouvons autoriser de manger du pain sans se laver les mains, en les entourant simplement d’une serviette ou autre, comme cela va être expliqué.

Dans la Guémara Péssah’im (46), il est question d’une personne qui voyage et qui n’a pas d’eau pour se laver les mains (Nétilatt Yadaïm). Quelle distance cette personne a t'-elle le devoir de parcourir pour se procurer de l’eau?

Voici ce que la Guémara dit: pour la Nétilatt Yadaïm, cette personne a le devoir de parcourir jusqu’à 4 Milin (environ 4 km). C'est-à-dire, si cette personne sait qu’en continuant son voyage sur une distance d’environ 4 km, elle trouvera de l’eau, elle n’a pas le droit de manger sans Nétilatt Yadaïm, même si elle ne touche pas le pain de façon direct, elle a le devoir de poursuivre sa route jusqu'à ce qu’elle trouve de l’eau.

Tout ceci, dans l’hypothèse où elle sait qu’elle trouvera de l’eau en poursuivant sa route sur une distance de 4 km, mais si elle sait que même en poursuivant sa route sur une distance de 4 km, elle ne trouvera pas d’eau, mais par contre, en faisant plutôt marche arrière, elle en trouvera, elle n’est pas tenue de parcourir 1 Mil (environ 1 km). C'est-à-dire, que dans ce cas, les H’ah’amim ne lui imposent que moins de 1 km pour trouver de l’eau.

Si dans tous ces cas, elle sait qu’elle ne trouvera pas d’eau, cette personne est autorisée à entourer ses mains d’une serviette ou de les couvrir avec des gants, afin de pouvoir manger son pain.

Marann tranche cette Halah’a dans le Choulh’an Arouh’ (chap.163). Cependant, certains autorisent de manger sans Nétilatt Yadaïm, en mettant des gants ou autre, même quand le fait de trouver de l’eau n’est qu’un doute.

Il est important de préciser qu’aussi bien la distance de 4 Milin (env. 4 km) que nous avons le devoir de parcourir en poursuivant notre voyage afin de trouver de l’eau, que la distance de moins de 1 Mil (env. 1 km) que nous avons le devoir de parcourir en faisant marche arrière afin de trouver de l’eau, correspondent toutes les deux au temps que l’on met pour parcourir ses distances à pied.

Pour parcourir 4 Milin (env. 4 km) à pied, il faut environ 72 min. Pour parcourir 1 Mil (env. 1 km), il faut environ 18 min.

Par conséquent, s’il y a de l’eau à une très grande distance en avant (plus de 4 km), mais que nous avons un moyen de locomotion qui nous permettra de parcourir cette grande distance en moins de 72 min, il est interdit de manger du pain en s’entourant les mains d’une serviette ou de gants, et nous avons le devoir de parcourir cette distance pour trouver de l’eau. De même, s’il y a de l’eau à une très grande distance en arrière (plus de 1 km), mais que nous avons un moyen de locomotion qui nous permettra de parcourir cette distance en moins de 18 min, il est interdit de manger du pain en s’entourant les mains d’une serviette ou de gants, et nous avons le devoir de parcourir cette distance pour trouver de l’eau.

Conclusion
Une personne qui se trouve en voyage et qui n’a pas d’eau pour se laver les mains (Nétilatt Yadaïm), si cette personne sait qu’en poursuivant son voyage sur une durée de 72 min, à pied ou par un moyen de locomotion, elle trouvera de l’eau, elle a le devoir de retarder son repas et d’attendre d’arriver jusqu’à l’endroit où elle trouvera de l’eau, en procédant à la Nétilatt Yadaïm selon le véritable Din (la véritable loi). De même, s’il est nécessaire que cette personne fasse marche arrière afin de trouver de l’eau pour se laver les mains, si elle sait qu’en moins de 18 min, à pied ou par un moyen de locomotion, elle trouvera de l’eau, cette personne a le devoir de rebrousser chemin, pour se laver les mains selon le Din. Mais si elle ne trouve pas d’eau, même à ces distances, cette personne a le droit de manger sans se laver les mains, en s’enroulant les mains dans une serviette, ou avec des gants ou autre.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Laws of Mentioning “Mashiv Ha’Ruach”

We Begin Reciting “Mashiv Ha’Ruach” “Mashiv Ha’Ruach U’Morid Ha’Geshem” is a praise we recite to Hashem during the winter months within the “Mechayeh Ha’Metim” blessing of the Amidah as is printed in all Siddurim. We begin recitin......

Lire la Halacha

Things Which Cause Forgetfulness

Five Things Which Cause One to Forget What He Has Learned The Gemara (Horayot 13b) states: “Our Sages taught: Five things cause one to forget the Torah one has learned: One who eats food which a cat or mouse have eaten from, one who eats the heart of an animal, one who eats olives regularly, ......

Lire la Halacha

A Rainbow

One Who Looks at a Rainbow Our Sages (Chagiga 16a) state: “The eyes of one who gazes at a rainbow are dimmed, as the verse (Yechezkel 1) states, ‘Like the appearance of a rainbow in the clouds on a rainy day, so is the radiance around and this is the appearance of the glory of Hashem.&r......

Lire la Halacha

The Laws of One Who Forgets to Mention “Ve’Ten Tal U’Matar” in the “Blessing of the Years”

In the previous Halacha, we have discussed in a general manner that our Sages enacted that beginning from the Seventh of Marcheshvan (outside of Israel from the Fourth or Fifth of December), one begins reciting “Ve’Ten Tal U’Matar” (a request for dew and rain) in the “B......

Lire la Halacha


Question: At what point does it become permissible to speak after reciting a blessing on food? Is one permitted to speak immediately after placing the food in one’s mouth and tasting the food’s flavor or must one wait until one swallows the food?

Answer: The Gemara in Masechet Berachot (40a) and Rashi ibid. state that one may not speak in between reciting a blessing on food and eating it because this constitutes an interruption between the blessing and the eating and there is no longer any connection between them, as we have discussed severa......

Lire la Halacha

Must One Recite a Blessing Before Merely Tasting a Food?

We have already discussed several times that regarding the laws of Blessings of Enjoyment recited before eating that there is no limit for reciting a blessing before eating, meaning that no matter what amount of food or beverage one eats or drinks, one must still recite a blessing. The reason for th......

Lire la Halacha

When the Sanctity of Shevi’it Will Apply to Fruits and Vegetables and More on “Heter Mechira”

In the previous Halachot we have explained that any produce grown in Jewish-owned fields in the Land of Israel this year (5782) retain the sanctity of Shevi’it. We have likewise discussed the ramifications of this sanctity and the proper way to treat such produce. This sanctity rests even on f......

Lire la Halacha

Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha