Halacha pour mardi 25 Av 5781 3 août 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Est-il permis de consommer du pain sans se laver les mains(Nétilatt Yadaïm), lorsqu’on le consomme sans le toucher, par l’intermédiaire d’une serviette ou autre?

La Guémara dans H’oulinn (107b) nous dit:

« Les H’ah’amim ont autorisé la serviette ( manger du pain s’en se laver les mains, mais simplement en les entourant d’un tissu) uniquement pour ceux qui consommaient la Térouma, mais ils n’ont pas autorisé la serviette pour ceux qui consommaient simplement leur nourriture en état de pureté. »

Explication : À l’époque du Temple, les Cohanim consommaient la Térouma, ce prélèvement sur la récolte que chaque juif avait l’obligation d’offrir. Cette Térouma, consommée exclusivement par les Cohanim, ne pouvait être consommée que lorsque le Cohen était pur. Pour cette raison, les H’ah’amim leur ont imposé l’obligation de se laver les mains (Nétilatt Yadaïm). Mais, si le Cohen consommait la Térouma sans la toucher avec ses mains, par l’intermédiaire d’une serviette, les H’ah’amim ne lui imposaient pas de se laver les mains. Pour les personnes qui n’étaient pas Cohen, mais qui, par volonté de s’élever dans la spiritualité, veillaient à rester purs en permanence, de façon à ne pas souiller leur nourriture, pour ces personnes, les H’ah’amim n’ont pas autorisé à consommer leur pain sans Nétilatt Yadaïm, en s’entourant les mains d’une serviette.
La raison à cette différence Halah’ique entre les Cohanim et le reste du peuple, nous est donnée par Rachi:

Les Cohanim étaient très habitués à une vigilance particulière sur leur état de pureté dans toutes leurs consommations, puisque pour eux, il serait question d’un véritable interdit, dans un cas de consommation de Térouma dans un état d’impureté. Par conséquent, il n’y avait pas à craindre qu’ils puissent rentrer en contact direct avec la Térouma en la mangeant avec une serviette, sans Nétilatt Yadaïm. Ce qui n’est pas le cas pour le reste du peuple, qui eux n’étaient pas forcément habitués à une vigilance particulière sur leur état de pureté (hormis une classe minoritaire d’individus très élevés dans la spiritualité), puisque si un juif consommait sa nourriture dans un état d’impureté, il ne commettait aucun interdit, alors qu’un Cohen qui consommait sa Térouma dans un état d’impureté, transgressait un interdit de la Torah. Il y avait donc lieu de craindre que malgré la présence de la serviette entre les mains et le pain, ils pouvaient en arrivé, accidentellement, à toucher le pain.

À la lueur de ces propos, nombreux de nos maîtres les Richonim (décisionnaires antérieurs au Choulh’an Arouh’), attestent que de notre époque, au sujet de la Nétilatt Yadaïm pour le repas, nous ne sommes pas du tout comparables au Cohanim, en ce qui concerne leur vigilance à rester purs lors de leurs consommations. L’institution de nos H’ah’amim de faire Nétilatt Yadaïm avant de manger du pain, reste donc applicable dans toute situation, sans aucune autorisation de s’y soustraire en s’enroulant les mains dans une serviette. Toute personne qui s’autoriserait à ignorer la Nétilatt Yadaïm, par ce qu’elle mange son pain avec une serviette, néglige son devoir de se soumettre aux décrets des H’ah’amim. C’est ainsi que tranchent le Tour (Rabbénou Yaakov Ben Acher Allemagne Espagne 13ème et 14ème siècle), ainsi que le Choulh’an Arouh’ (chap.163).

Tout ceci est valable même lorsqu’on doit se laver les mains pour consommer un aliment trempé dans un liquide (Davar Chétiboulo Bémachké), dont nous avons parlé dans le passé.

Conclusion: Il n’est pas autoriser de manger du pain sans se laver les mains (Nétilatt Yadaïm), même si l’on ne touche pas le pain directement, en le mangeant par exemple, avec une serviette enroulée autour. Dans toute situation, nous devons nous laver les mains avant de consommer du pain. Il existe certaines situations dans lesquelles les H’ah’amim ont autorisé de consommer du pain sans se laver les mains. Ceci sera expliqué dans la prochaine Halah’a.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&rs......

Lire la Halacha

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté d......

Lire la Halacha


Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

La règle de la 7ème année pour un jardin en commun

Cette année (5782), est une année de Chémita, et nous avons déjà expliqué dans les précédentes Halachot les principes du devoir de Chémita. Parmi ces principes, l’interdiction d’ensemencer ou de travailler d’une quelcon......

Lire la Halacha

Faire germer un noyau d’avocat, ainsi que la bénédiction sur des végétaux qui poussent sur l’eau

Question: Quelle est la bénédiction sur des légumes qui ne poussent pas sur le sol mais seulement sur l’eau? De même, est-il permis de planter des végétaux qui poussent sur l’eau pendant la Chémita? Réponse: La béné......

Lire la Halacha

Les travaux agricoles permis et interdits pendant la 7ème année

Dans cette Halacha ainsi que dans la suivante, nous expliquerons les principales règles qui touchent le traitement des jardins esthétiques pendant la 7ème année. Nous n’expliquerons pas tous les cas pratiques sur ce point, car les habitants de l’étrang......

Lire la Halacha