Halacha pour mardi 23 Shevat 5779 29 janvier 2019

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

« Ne pas être trop pointilleux »

Notre maitre le RAMBAM écrit:
« Même si nous sommes soumis à ce devoir (de respecter les parents quoi qu’il en soit), il est interdit à un homme de peser lourdement sur ses enfants et d’être pointilleux envers eux sur l’honneur qu’ils lui doivent, afin de ne pas les entraîner vers une embuche (une situation où ils risquent de ne pas remplir leur devoir).
Il doit au contraire leur pardonner et se dérober (à son honneur), car un père qui renonce à son honneur, est autorisé à le faire. »

Cela signifie que même si les enfants sont soumis au devoir d’honorer leurs parents, malgré tout, si les parents renoncent à cet honneur, ils sont autorisés à le faire, et ainsi, ils épargneront leurs enfants d’embuches.
Cette Halacha est tranchée également par le TOUR et par MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h.

Un père qui renonce à son humiliation
Lorsque le RAMBAM écrit qu’un père est autorisé à renoncer à son honneur, cette Halacha prend sa source dans la Guémara Kiddouchin (32a):
Rav Its’hak Bar Chila enseigne au nom de Rav Matena, au nom de Rav ‘Hasda: Un père peut renoncer à son honneur, mais il n’est pas autorisé à renoncer à son humiliation.
Par exemple: si un père autorise ses enfants à l’insulter et à l’humilier, il n’a aucune autorité pour autoriser cela, car celui qui maudit ou insulte son père ou sa mère est passible de lapidation, et aucune autorisation n’entre en ligne de compte dans ce sujet.

C’est pourquoi, il est interdit à un père de permettre à ses enfants de l’appeler par son prénom – comme le font certaines personnes appartenant au « fin fond du camp » en pratiquant une véritable brèche dans ce domaine – car le fait d’appeler son père ou sa mère par son prénom entre dans le cadre de l’humiliation, puisqu’il n’est absolument pas courant d’appeler les parents par leurs prénoms, et une telle chose porte atteinte à toute personne consciente.
C’est pourquoi, un tel agissement constitue une humiliation, sur laquelle le renoncement n’entre pas en ligne de compte.

L’interdiction de frapper les enfants lorsqu’ils sont grands
Nos maitres enseignent dans la Guémara Mo’ed Katan (17a):
Celui qui frappe son enfant lorsqu’il est grand (13 ans pour un garçon et 12 ans pour une fille) est passible de bannissement (Niddouy), car il transgresse l’interdit de « mettre l’obstacle devant l’aveugle ».
En effet, la nature humaine veut que lorsqu’on subit des coups, on a tendance à vouloir les rendre. De ce fait, si le fils reçoit des coups de son père ou de sa mère alors qu’il est assez grand en âge, il est susceptible de se heurter facilement à l’interdit gravissime de frapper ses parents en retour.
C’est pourquoi, il faut être très vigilant, et ne pas frapper les enfants de cet âge, car cela peut entraîner une embuche, et ils pourraient rendre véritablement les coups à leurs parents, ou les insulter.
Mais tout est relatif à la nature de l’enfant.

Tout ceci ne concerne pas seulement les coups en tant que punition à l’enfant, que l’on avait coutume d’infliger dans les générations passées, mais aussi toutes autres formes de punitions pour lesquelles il faut avoir la vigilance de ne pas les alourdir exagérément sur l’enfant. Parfois, même pour un enfant de 7 ou 8 ans, si l’on exagère les punitions au point qu’il lui est difficile de les supporter, l’enfant est susceptible de mal parler envers ses parents, et il faut être très vigilant sur ce point.

Un fils honoré par ses parents qui lui servent à manger ou à boire
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l fut consulté au sujet d’un fils qui rend visite à ses parents, et ceux-ci lui servent une collation, un verre de café avec des gâteaux et autres douceurs, le fils est-il autorisé à accepter d’être servi par ses parents puisque faire leur volonté c’est les honorer, ou bien lui est-il interdit d’accepter?
Après un long développement dans les propos des décisionnaires sur ce sujet, notre maitre le Rav z.ts.l conclut que le fils est autorisé à accepter d’être servi par ses parents, après leur avoir demander pardon pour s’être dérangé pour lui.
Cependant, si son père est un Talmid ‘Ha’ham (un érudit dans la Torah), le fils doit refuser son service, jusqu’à ce que le père insiste. Ceci afin de montrer combien il est pénible aux yeux du fils que le père se dérange pour lui.
Ce n’est qu’après insistance du père que le fils pourra dans ce cas accepter d’être servi, en lui demandant pardon et en lui adressant des paroles d’agrément.

Un érudit peut renoncer à son respect
Au même titre qu’un père est autorisé à renoncer à son respect, ainsi un érudit dans la Torah est autorisé lui aussi à renoncer à son honneur.
Par contre, le roi d’Israël n’est pas autorisé à renoncer à son honneur.
D’ailleurs, les initiales en hébreu du mot « ‘Ha’ham » (érudit) forment la phrase:
" חכם כבודו מחול "
« ‘Ha’ham Kévodo Ma’houl » (L’érudit, son honneur peut être renoncé
Alors que les initiales en hébreu du mot « Méle’h » (roi) forment (à l’envers) la phrase:
" כבודו לא מחול "
« Kévodo Lo Ma’houl » (Son honneur ne peut être renoncé).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha