Halacha pour lundi 22 Shevat 5779 28 janvier 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Opposition des parents au mariage de leur enfant – Une anecdote de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Un garçon ou une fille qui désire se marier mais dont les parents s’opposent au mariage pour une raison quelconque, l’enfant a-t-il le devoir de les écouter?

Réponse: Il y a environ 3 ans, nous avons appris que selon la Halacha, le devoir d’honorer les parents se fait essentiellement à partir du propre argent des parents, et les enfants ne sont pas tenus de dépenser de l’argent pour honorer leurs parents (excepté dans les cas où les parents n’ont pas d’argent).

A partir de là, le Gaon MAHARIK (Rabbénou Yossef KOLON, l’un des grands décisionnaires d’Italie il y a environ 500 ans) écrit au sujet d’un fils qui désire épouser une femme qui lui plait, mais dont le père s’oppose fortement à ce mariage, le MAHARIK tranche que le fils n’est pas tenu d’écouter son père sur ce point, car la chose ne touche pas réellement le respect du père, comme le nourrir ou le vêtir ou autre.
En particulier, du fait que la décision négative du père envers son fils provoque au fils une grande peine, du fait de laisser une femme qu’il désire pour prendre une autre femme qui ne lui plaira pas autant.
De plus, selon la Halacha, si un père ordonne à son fils de transgresser la Torah, il est interdit au fils d’écouter son père, et c’est quasiment le cas dans notre sujet, puisque nos maitres enseignent (Kiddouchin 41a) : il est interdit à un homme de sanctifier (d’épouser) une femme avant qu’il ne la voit, car nos maitres ont insisté pour qu’un homme épouse une femme qui lui plait et qu’il désire.
En l’occurrence, cette femme est celle que le fils a choisie, et par conséquent, le père n’a pas le pouvoir d’empêcher le mariage de son fils, et le fils ne doit pas écouter son père sur cette question.
C’est ainsi que tranchent également le RAMA, ainsi que le MAHARACHDAM (Rabbénou Chémouel Di Modéna, contemporain de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h. Il est l’auteur d’un ouvrage de Responsa, et l’un des grands décisionnaires des derniers siècles) qui écrit que lorsqu’un père interdit catégoriquement à son fils de se marier avec une fille précise qui plait au fils par sa droiture, il est évident que le fils peut épouser la femme qui est droite à ses yeux, et la volonté du père n’a aucun poids dans ce domaine, car en se mariant avec la femme de son choix, il méritera d’avoir de bons enfants, puisqu’elle est une femme digne comme toutes les autres filles dignes du peuple d’Israël. Par contre, en épousant une femme qu’il ne désire pas, ses enfants seront ceux d’une « femme détestée », et seront détestés devant Hachem (sujet qui mérite développement, mais ce n’est pas l’occasion).
Le Gaon auteur du Chou’t Michpatt Tsédek (Maharam MELAMED) écrit que même si les propos du MAHARACHDAM traitaient à l’origine d’un garçon, il semble que la règle est la même concernant une fille dont le père s’oppose à son choix de conjoint, car même un père n’a pas le droit de marier sa fille jusqu’à ce qu’elle grandisse et qu’elle dise : « Voici celui avec qui je désire me marier ! ».
C’est ainsi qu’écrivent également d’autres nombreux décisionnaires.
C’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav Ovadia YOSEF z.ts.l, et il s’étend longuement pour réfuter l’opinion de ceux qui prétendent qu’il y a une différence entre un garçon et une fille sur ce point.

Tout ceci du point de vue de la Halacha.
Cependant, chaque jeune homme et chaque jeune fille se doit de peser intelligemment leurs choix et leurs décisions, et tendre malgré tout l’oreille aux arguments de leurs parents avec savoir vivre et respect.
En particulier du fait qu’un mariage opposé à la volonté des parents est en général très difficile à vivre, et il engendre parfois des séparations.
C’est pourquoi, il est juste de se pencher correctement sur la question, et de prendre conseil auprès de véritables érudits dans la Torah, afin de savoir comment agir.

Il y a environ 30 ans, les parents d’une jeune fille issue d’une famille qui n’était pas connue, s’opposaient au futur mariage de leur fille qui était sur le point d’épouser un homme craignant Hachem, et cette union était parfaitement appropriée.
Les parents de la jeune fille s’y opposaient fortement et menaçaient de ne pas assister à ce mariage et de renier leur fille pour toujours.
La chose arriva aux oreilles de notre maitre le Rav z.ts.l.
Le jour du mariage, dans l’après-midi, notre maitre le Rav z.ts.l arriva au domicile des parents de la jeune fille par surprise, et il insista auprès des parents pour qu’ils acceptent de venir avec lui au mariage de leur fille. Il leur promit que ce serait lui en personne qui célèbrera le mariage et qu’il les honorerait par sa présence. Il leur adressa toutes sortes de bénédictions, jusqu’à ce qu’ils acceptèrent de se rendre au mariage, pour la joie de tous les invités.
Le couple mérita d’ériger un foyer fidèle à la Torah au sein du peuple d’Israël.

Il faut encore préciser que tout ce que nous avons dit selon la Halacha, qu’il n’y a pas de devoir d’écouter les parents dans ce domaine, ceci bien-sûr à la condition que la conjointe (ou le conjoint) choisie est une femme digne et pudique comme toutes les dignes filles d’Israël. Mais si le fils désire épouser une femme qui n’est pas pudique, dont la famille n’est pas recommandable, et qu’un tel mariage cause de la peine et de la tristesse au père, le fils est dans ce cas tenu d’écouter son père, car un tel mariage causera la peine et la honte à ses parents, et il est dit:
« Maudit celui qui humilie son père et sa mère ».
De même, nous trouvons dans le Zohar Ha-Kadoch au sujet de Its’hak Avinou qui ordonna à son fils Ya’akov de ne pas épouser une femme de Kéna’an, car ces gens étaient mauvais et fauteurs, et ils possédaient des qualités dépravées.
Mais si la jeune fille est une femme digne, le fils n’est pas tenu d’écouter son père, comme expliqué précédemment.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha