Halacha pour lundi 22 Shevat 5779 28 janvier 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Opposition des parents au mariage de leur enfant – Une anecdote de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Un garçon ou une fille qui désire se marier mais dont les parents s’opposent au mariage pour une raison quelconque, l’enfant a-t-il le devoir de les écouter?

Réponse: Il y a environ 3 ans, nous avons appris que selon la Halacha, le devoir d’honorer les parents se fait essentiellement à partir du propre argent des parents, et les enfants ne sont pas tenus de dépenser de l’argent pour honorer leurs parents (excepté dans les cas où les parents n’ont pas d’argent).

A partir de là, le Gaon MAHARIK (Rabbénou Yossef KOLON, l’un des grands décisionnaires d’Italie il y a environ 500 ans) écrit au sujet d’un fils qui désire épouser une femme qui lui plait, mais dont le père s’oppose fortement à ce mariage, le MAHARIK tranche que le fils n’est pas tenu d’écouter son père sur ce point, car la chose ne touche pas réellement le respect du père, comme le nourrir ou le vêtir ou autre.
En particulier, du fait que la décision négative du père envers son fils provoque au fils une grande peine, du fait de laisser une femme qu’il désire pour prendre une autre femme qui ne lui plaira pas autant.
De plus, selon la Halacha, si un père ordonne à son fils de transgresser la Torah, il est interdit au fils d’écouter son père, et c’est quasiment le cas dans notre sujet, puisque nos maitres enseignent (Kiddouchin 41a) : il est interdit à un homme de sanctifier (d’épouser) une femme avant qu’il ne la voit, car nos maitres ont insisté pour qu’un homme épouse une femme qui lui plait et qu’il désire.
En l’occurrence, cette femme est celle que le fils a choisie, et par conséquent, le père n’a pas le pouvoir d’empêcher le mariage de son fils, et le fils ne doit pas écouter son père sur cette question.
C’est ainsi que tranchent également le RAMA, ainsi que le MAHARACHDAM (Rabbénou Chémouel Di Modéna, contemporain de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h. Il est l’auteur d’un ouvrage de Responsa, et l’un des grands décisionnaires des derniers siècles) qui écrit que lorsqu’un père interdit catégoriquement à son fils de se marier avec une fille précise qui plait au fils par sa droiture, il est évident que le fils peut épouser la femme qui est droite à ses yeux, et la volonté du père n’a aucun poids dans ce domaine, car en se mariant avec la femme de son choix, il méritera d’avoir de bons enfants, puisqu’elle est une femme digne comme toutes les autres filles dignes du peuple d’Israël. Par contre, en épousant une femme qu’il ne désire pas, ses enfants seront ceux d’une « femme détestée », et seront détestés devant Hachem (sujet qui mérite développement, mais ce n’est pas l’occasion).
Le Gaon auteur du Chou’t Michpatt Tsédek (Maharam MELAMED) écrit que même si les propos du MAHARACHDAM traitaient à l’origine d’un garçon, il semble que la règle est la même concernant une fille dont le père s’oppose à son choix de conjoint, car même un père n’a pas le droit de marier sa fille jusqu’à ce qu’elle grandisse et qu’elle dise : « Voici celui avec qui je désire me marier ! ».
C’est ainsi qu’écrivent également d’autres nombreux décisionnaires.
C’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav Ovadia YOSEF z.ts.l, et il s’étend longuement pour réfuter l’opinion de ceux qui prétendent qu’il y a une différence entre un garçon et une fille sur ce point.

Tout ceci du point de vue de la Halacha.
Cependant, chaque jeune homme et chaque jeune fille se doit de peser intelligemment leurs choix et leurs décisions, et tendre malgré tout l’oreille aux arguments de leurs parents avec savoir vivre et respect.
En particulier du fait qu’un mariage opposé à la volonté des parents est en général très difficile à vivre, et il engendre parfois des séparations.
C’est pourquoi, il est juste de se pencher correctement sur la question, et de prendre conseil auprès de véritables érudits dans la Torah, afin de savoir comment agir.

Il y a environ 30 ans, les parents d’une jeune fille issue d’une famille qui n’était pas connue, s’opposaient au futur mariage de leur fille qui était sur le point d’épouser un homme craignant Hachem, et cette union était parfaitement appropriée.
Les parents de la jeune fille s’y opposaient fortement et menaçaient de ne pas assister à ce mariage et de renier leur fille pour toujours.
La chose arriva aux oreilles de notre maitre le Rav z.ts.l.
Le jour du mariage, dans l’après-midi, notre maitre le Rav z.ts.l arriva au domicile des parents de la jeune fille par surprise, et il insista auprès des parents pour qu’ils acceptent de venir avec lui au mariage de leur fille. Il leur promit que ce serait lui en personne qui célèbrera le mariage et qu’il les honorerait par sa présence. Il leur adressa toutes sortes de bénédictions, jusqu’à ce qu’ils acceptèrent de se rendre au mariage, pour la joie de tous les invités.
Le couple mérita d’ériger un foyer fidèle à la Torah au sein du peuple d’Israël.

Il faut encore préciser que tout ce que nous avons dit selon la Halacha, qu’il n’y a pas de devoir d’écouter les parents dans ce domaine, ceci bien-sûr à la condition que la conjointe (ou le conjoint) choisie est une femme digne et pudique comme toutes les dignes filles d’Israël. Mais si le fils désire épouser une femme qui n’est pas pudique, dont la famille n’est pas recommandable, et qu’un tel mariage cause de la peine et de la tristesse au père, le fils est dans ce cas tenu d’écouter son père, car un tel mariage causera la peine et la honte à ses parents, et il est dit:
« Maudit celui qui humilie son père et sa mère ».
De même, nous trouvons dans le Zohar Ha-Kadoch au sujet de Its’hak Avinou qui ordonna à son fils Ya’akov de ne pas épouser une femme de Kéna’an, car ces gens étaient mauvais et fauteurs, et ils possédaient des qualités dépravées.
Mais si la jeune fille est une femme digne, le fils n’est pas tenu d’écouter son père, comme expliqué précédemment.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

העובר דירה, יכול להוציא את המזוזה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Bérah’a de Léshev Ba-Souccah

Question: Quel est l’usage le plus juste selon la Halah’a concernant la Bérah’a de « Léshev Ba-Souccah » : Faut-il la réciter debout, avant de s’asseoir pour prendre le repas dans la Souccah, ou bien faut-il réciter cette Bérah&r......

Lire la Halacha

Le devoir d’habiter dans la Souccah

Le devoir de siéger dans la Souccah Il est dit dans notre sainte Torah  (Vayikra 23):  « Vous habiterez dans des Souccot pendant 7 jours. Chaque membre d’Israël devra habiter dans les Souccot. Afin que les générations futures sachent que j&rsquo......

Lire la Halacha

La veille de Yom Kippour – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l en 5768 : « Je pardonne à tout le monde ! »

Le devoir de consommer la veille de Yom Kippour Il est écrit dans la Torah (Vaykra 23): « …Vous jeûnerez le 9 du mois, au soir… » Ce qui veut dire que, dès le soir qui précède le 10 Tichré, entre en vigueur l’obligation de j......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha


Le statut de celui qui oublie « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l&rs......

Lire la Halacha

La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les diffé......

Lire la Halacha

« Hocha’ana Rabba »

La tradition des prières le soir de Hocha’ana Rabba Le 7ème jour de la fête de Soukkot – qui tombera cette année ce dimanche (depuis samedi soir) – est appelé le jour de « Hocha’ana Rabba », et l’on augmente ce jour l&agrav......

Lire la Halacha

Soukkot – La fête de tout le peuple d’Israël

Notre maitre le ‘HYDA explique dans son livre « Dévach Léfi » que le mot « Soukka » contient une allusion aux règles de la Soukka. En effet, certains construisent une Soukka de 4 murs, ce qui représente le meilleur de la Mitsva, et une telle......

Lire la Halacha