Halacha pour dimanche 21 Shevat 5779 27 janvier 2019

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Respecter des parents non-religieux

Question: Y a-t-il une obligation de respecter ses parents, même lorsqu’il s’agit de parents non-religieux qui persévèrent dans leur voie, qui n’observent pas le Chabbat ni la Cacherout, ni même les lois de pureté familiale, ou bien dans ces conditions, il n’y a pas d’obligation de les respecter?

Réponse: Notre maître le RAMBAM écrit (chap. 6 des règles relatives aux renégats):
« … même si le père est un Racha’ (un impie) et accomplit des transgressions, le fils est tenu de le respecter et de le craindre. »

Nous apprenons à partir de là que selon le RAMBAM, même si les parents sont de véritables impies, il faut les respecter et les craindre.
A fortiori lorsqu’il s’agit des laïcs de notre époque, dont la plupart agissent par pure ignorance de la douceur et de l’importance de notre sainte Torah, car ils ont reçu une éducation détériorée depuis l’enfance, et on les a déracinés de cette religion pour laquelle leurs ancêtres ont sacrifié leurs vies durant des millénaires. 

Cependant, les propos du RAMBAM ne sont pas partagés par tous les décisionnaires. En effet, le TOUR réfute les propos du RAMBAM et écrit:
« Il me semble que si le père est un impie, le fils n’est pas tenu de le respecter. »
Le TOUR cite des preuves à ses paroles.
De nombreux Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) tranchent selon l’opinion du TOUR.
Cependant, le Gaon Rabbi Ya’akov BERLIN (des Rabbanim d’Allemagne il y a environ 300 ans) écrit au nom de Rabbenou Yéhonatan EWESHITZ qu’il faut interpréter les propos du RAMBAM selon ce qui est expliqué dans la Guémara Kiddouchin (49b):
Celui qui dit à une femme : te voici sanctifiée (fiancée) à moi à la condition que je sois un Tsaddik. Même s’il s’agit d’un Racha’, la femme est déclarée Mékoudechete (fiancée à lui), car on prend en considération l’hypothèse selon laquelle il aurait eu à cet instant des réflexions de Téchouva.
Selon cela, il faut dire qu’un fils est tenu de respecter son père (même s’il s’agit d’un Racha’), car on peut prendre en considération l’hypothèse selon laquelle le père a peut être eu des réflexions de Téchouva.
Mais malgré cela, de nombreux décisionnaires réfutent l’opinion du Gaon Rabbi Yéhonatan EWVESHITZ, car selon ses propos, l’obligation de respecter son père Racha’ n’incombe le fils que par doute, alors que selon les propos du RAMBAM, cette obligation l’incombe de façon certaine. Ces mêmes décisionnaires ont écrit différentes interprétations des propos du RAMBAM.

Du point de vue de la Halacha, MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ tranche selon l’opinion du RAMBAM selon qui, même s’il s’agit de parents impies, le fils est tenu de les respecter.
C’est ainsi que tranche notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, en particulier de notre époque où la Providence Divine ne se remarque pas de façon dévoilée comme elle l’était du temps où les miracles étaient fréquents, quand on utilisait la Bat Kol (la voix céleste), et quand les Taddikim de la génération étaient dirigés par la Providence Divine, visible à l’œil de tout le monde.
Mais de notre époque, la foi a été déracinée de la classe moyenne du peuple, et la conduite d’Hachem se fait de façon voilée. C’est pourquoi, il faut se comporter avec respect même envers des parents impies afin de contribuer à l’amour du Nom d’Hachem par leur intermédiaire.

Mais notre maître le Rav z.ts.l ajoute que tout ceci n’est valable qu’envers des parents qui n'importunent pas leurs enfants qui ont eu le mérite de faire Téchouva, et qui les admirent pour avoir eu le courage de faire Téchouva, ou qui restent au moins indifférents envers leurs enfants.
Mais s’il s’agit de parents hostiles à leurs enfants parce qu’ils ont fait Téchouva, et les oppressent par haine pour la religion, ces gens sont à considérer comme des hérétiques et Apikorsim envers qui il est certain qu’il ne faut exprimer aucune marque de respect, car Hachem les a privés de tout respect. Dans un tel cas – si le fils en a la possibilité – il est préférable qu’il se sépare complètement de ses parents et qu’il aille vivre dans une autre ville afin de ne pas les rencontrer.
Mais ceci ne doit être envisagé qu’après avoir consulté des gens érudits dans la Torah et qui craignent Hachem, qui indiqueront la meilleure voie à suivre sur ce problème délicat, s’il faut couper tout contact avec de tels parents hostiles à la Téchouva de leurs enfants mais qui les ont élevés durant des années, ou bien s’il faut opter pour une vague relation avec eux, constituée de quelques brèves rencontres très espacées.

Quoi qu’il en soit, aussi bien selon le TOUR qui pense qu’il n’y a pas d’obligation de respecter des parents impies, aussi bien selon le RAMBAM qui pense que l’on est malgré tout tenu de les respecter, il est certain qu’il est interdit de leur faire de la peine ou de les mépriser, comme il est rapporté dans le Zohar Ha-Kadoch au sujet de Rah’el qui n’a pas mérité d’élever Yossef parce qu’elle a fait de la peine à son père Lavan au sujet des idoles.

Si – à D.ieu ne plaise – on a un fils ou une fille qui se sont écarté du droit chemin, on ne doit pas se hâter à les abandonner et à couper tout contact avec eux, car cette voie ne mènera à rien. On doit au contraire s’efforcer à les rapprocher autant que possible, car ils feront peut être une sincère Téchouva, et si ce n‘est pas eux ce sera peut être leurs enfants qui auront ce mérite.

Mais dans ce cas aussi il faut consulter des érudits dans la Torah, clairvoyants et compétents en matière d’éducation, afin qu’ils indiquent la meilleur voie à suivre dans ces situations complexes.

Hachem ramènera tous les fauteurs du peuple d’Israël dans le chemin de la Téchouva sincère, AMEN.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha